Facebook
L’État de droit est le seul garant de la paix, du développement et de la stabilité (ministre)   
03/10/2021

Le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, M. Mohamed Salem Ould Merzoug, a présidé samedi, dans la ville de Kaédi, une série de réunions séparées avec les autorités administratives et sécuritaires, les chefs de services régionaux, les élus et les représentants de la société civile dans la wilaya du Gorgol.



 Au cours de ces rencontres, le ministre a souligné que cette visite vise à s’enquérir de la situation des citoyens. Il s’agit ainsi de matérialiser un souci particulier de Son Excellence le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, qui attache une importance majeure aux préoccupations des habitants partout dans le pays.

Il a ajouté qu’un État fort, par la loi et le droit est le seul à pouvoir garantir la paix, le développement et la stabilité, ce qui ne peut se faire sans que chacun assume pleinement ses responsabilités, travaille de manière coordonnée, et veille à la réalisation des prestations requises par le public dans les différents services de l’Etat.

M. Mohamed Salem Ould Merzoug a expliqué qu’un travail institutionnel sérieux suffit pour surmonter tous les problèmes soulevés, pour peu que l’on fasse prévaloir les principes de justice et d’équité dans le traitement des affaires publiques et que l’on s’attelle à servir l’intérêt général. C’est ainsi que l’on peut aboutir aux résultats positifs escomptés.

Il a souligné que les autorités ont décidé de dynamiser de nouveaux types de contrôle et de les intensifier pour garantir la bonne marche des services et institutions de l’Etat dans tout le pays.

Il s’agit de s’assurer que les problèmes soulevés dans divers domaines sont résolus, sur la base de principes et de critères objectifs qui constituent les traits les plus marquants du projet de société de Son Excellence le Président de la République.

A son tour, le président du Conseil Régional du Gorgol, M. Amadou Abou Ba, a apprécié cette visite, qui s’inscrit dans la perspective de la vision de Son Excellence le Président de la République, qui repose sur la prise en compte des conditions du citoyen et l’évaluation des projets et des interventions qui lui sont destinées.

Pour sa part, le maire de la commune de Kaédi, M. Tahara Baradji, a exprimé sa satisfaction pour cette visite qui ne manquera pas d’ordonner les priorités et de traiter les affaires locales, en exécution du programme Mes promesses du Président de la République, dont les citoyens ont commencé à récolter les fruits grâce à des réalisations qui touchent les franges vulnérables.

Le ministre a visité le siège du Centre de coordination de la lutte contre l’immigration clandestine à Sélibabi, qui a été construit dans le cadre du partenariat entre notre pays, l’Organisation internationale pour les migrations et l’Union européenne.

Ce centre vise à coordonner les tâches de la gendarmerie, de la police et des douanes en Mauritanie, au Mali et au Sénégal, notamment dans le domaine des migrations irrégulières en provenance de la wilaya du Guidimakha car il surplombe une zone frontalière entre les trois pays.

Le ministre était accompagné lors de cette visite par le wali du Gorgol, M. Ahmedna Ould Sid Ebbe, le délégué général à la sécurité civile et à la gestion des crises, M. Khattar Ould Mohamed Mbarek, le Chef d’état- major adjoint de la Garde nationale, le général Mohamed Ould Baba Ahmed, le chef d’état-major adjoint de la gendarmerie nationale, Mohamed Val Ould Maïev et le directeur général adjoint de la sûreté nationale, le commissaire divisionnaire, Mohamed Vall Ould Taleb, et les responsables des services de sécurité de la wilaya du Gorgol.
AMI


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés