Facebook
«Affaires Air Mauritanie et PSI» : Des mandats de dépôt et des non-lieux   
20/11/2008

Une dizaine d’accusés poursuivis suite à une "plainte" formulée par quatre délégués du personnel de la compagnie aérienne en liquidation, «Air Mauritanie», ont  été présentés l’après-midi du 20 novembre devant le parquet à Nouakchott. Après leur comparution  devant le procureur de la République, ce dernier a ordonné la relaxe de 5 d’entre eux: Hafedh Ould N’Dary, Mohamed Lemine Ould Mohamed Moussa, Abdallahi Ould M’Boirik, Mohamed Yehdhih Ould Vilaly et  Mohamed Lemine Ould El Alem.



Le procureur a requis, cependant, le placement sous mandat de dépôt (détention préventive avant le procès) de plusieurs accusés (principalement, ceux parmi eux,  qui militent activemment au sein du Front National de la Défense de la Démocratie (FNDD- coalition de partis anti-Putsch). Il s’agit de  Moustapha Ould Hamoud, Sidi Mohamed Ould Biye,  Isselmou Ould Khattry,Yahya Ould Ahmed Waghf (l’ex-Premier ministre constitutionnel, renversé par coup d’Etat le 6 août dernier ), ainsi que Abdallahi Ould Moctar, le président du conseil d’administration d’«Air Mauritanie» de 2000, à sa liquidation en 2008.
Un impressionnant dispositif de sécurité a été déployé aux alentours du palais de justice de Nouakchott durant la presentation des accusés devant le parquet. «Un bureau exécutif du collège des délégués du personnel d’ Air Mauritanie», avait  récemment porté plainte contre «les anciens dirigeants» de cette compagnie créée en 1973,  sans pour autant préciser  l’identité des  directeurs concernés par leur  plainte. Plus de dix directeurs généraux se sont sucédés, par le passé, à la tête de la compagnie. Mais seuls quatre, parmi eux, par hasard, opposés au putsch du 6 aout, se retrouvent,  illico  presto envoyés en prison.
De sources concordantes, les enquêteurs ne possédaient aucune donnée comptable sérieuse compromettante (audit, rapport de gestion) qui peut être présentée à la justice, à part la  plainte en question. 
Dans un  discours en date du 18 novembre  devant les populations de Toujounine (quartier populaire de Nouakchott),  le Général Mohamed Ould Abdel Aziz président du Haut Conseil d’Etat (junte) avait accusé "3, 4, ou 6 individus" -dans ce qui a été percu comme une orientation de l’enquête- (au moment où ces individus étaient encore déténus  au niveau de la police), d’être responsables des «souffrances endurées par des centaines de familles mauritaniennes restées sans ressources», du fait de la liquidation de la compagnie aérienne.

Dans le cadre du dossier d’Air Mauritanie,  deux mandats d’arrêt internationaux ont été délivrés contre Tijani ben El  Houssein, directeur de Star-Oil et ex-président du conseil d’administration d’Air Mauritanie ainsi que Moctar Ould Mohamed Ould Awva, ancien pilote et ex-Directeur Général d’Air Mauritanie, expatrié au Sultanat d’Oman. Vont-ils se rendre à la justice pour rejoindre leurs ex-compagnons?
Après les inculpés  du dossier d’Air Mauritanie, le parquet  a envoyé devant le juge les accusés dans le cadre  de l’affaire du  Programme Spécial d’Intervention (PSI). Le juge a ordonné de placer sous mandat de dépôt :  Madame Hawa Djibril ex-commissaire adjoint à la sécurité alimentaire qui a été placée en détention à la prison des femmes, au Ksar, Mohamed Ould Abidine Sidi, directeur administratif et financier du CSA et Samba Soumaré, responsable des stocks du CSA.
Yahya Ould Ahmed El Waghf le premier ministre constitutionnel et Sidi  Mohamed  Ould Biyé ex-conseiller principal du président Sidi Ould Cheikh Abdellahi sont en plus du dossier d’Air Mauritanie, poursuivis également au titre du dossier du PSI.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés