Facebook
Nouadhibou: Atelier sur l'application de la nouvelle loi sur les organisations de la société civile   
21/03/2021

Le Commissaire aux droits de l’homme, à l’action humanitaire et aux relations avec la société civile, M. Mohamed El Hacen Ould Boukhreiss, a supervisé samedi, à Nouadhibou, l’ouverture d’un atelier de concertation avec les



autorités administratives, judiciaires et de sécurité sur la mise en œuvre de la nouvelle loi sur les associations, fondations et réseaux dans la wilaya de Dakhlet Nouadhibou.

La rencontre a donné lieu à des exposés portant sur l’ordonnance n ° 004/2021 récemment adoptée, qui donne une définition plus précise de l’association et détermine les règles régissant sa création, son fonctionnement, ses règles internes, les raisons conduisant à sa dissolution ou sa suspension, etc.

Le texte rend plus explicites les conditions d’accréditation des organisations étrangères ou dirigées par des étrangers et fournit des détails sur la création des associations et amicales ainsi que la signature d’accords-cadres et d’accords de siège.

Dans son discours pour la circonstance, le Commissaire a affirmé que cette loi constitue un cadre qui traduit une nouvelle vision des pouvoirs publics qui est en cohérence avec notre arsenal constitutionnel en matière de libertés et de droits et contribue à renforcer la présence de la société civile et partant de l’état de droit et de la consolidation de la démocratie en plus de la mise en œuvre des politiques de développement.

Il a ajouté que le Commissariat continue de s’occuper de l’encadrement et de la professionnalisation des associations. Dans ce contexte, dit-il, une loi a été élaborée et un système d’information mis en place pour assurer le suivi et l’évaluation du forum des acteurs non étatiques et activer le Fonds d’appui à la professionnalisation des ONG.

En outre, des travaux sont en cours pour élaborer une stratégie nationale de mise à niveau de la société civile et de mise à jour de la base de données afin que les organisations non gouvernementales soient accessibles via un portail électronique et un système d’information qui a été préparé pour accompagner la loi en vigueur.

Le Commissaire a annoncé qu’en marge de cet atelier et en concertation avec le réseau associatif de la wilaya de Dakhlet Nouadhibou, un processus de mise en place d’un forum régional des ONGs a été lancée, une expérience qui sera généralisée dans toutes les wilayas.

Il a expliqué qu’au cours de l’atelier, des exposés sur la nouvelle loi seront présentés faisant état des efforts menés au plan officiel en matière de lutte contre le phénomène de la traite des êtres humains et des pratiques esclavagistes ainsi que les différentes étapes de la promotion et de la protection des droits de l’homme. Ces acquis ont été salués et appréciés par nos partenaires au développement.

De son côté, le maire adjoint de la commune de Nouadhibou, M. Eyda Ould Mohamed Saleh, a pour sa part, apprécié les pas franchis par la Mauritanie dans le domaine de la consécration des droits de l’homme, notamment s’agissant de la mise à jour de l’arsenal juridique.

Des experts du Commissariat aux droits de l’homme et du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme ont fait des exposés sur la nouvelle loi, les motifs à l’origine de son élaboration, la création d’associations et les moyens de se conformer aux dispositions applicables.

L’ouverture de l’atelier s’est déroulée en présence du wali de Dakhlet-Nouadhibou M. Yahya Ould Cheikh Mohamed Vall, des hakems des moughataas de Nouadhibou et de Chami, et des responsables des services de sécurité de la wiliya.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés