Le ministre des Finances présente les grandes lignes du Budget 2009    
15/11/2008

«Nous voulons à travers la présentation du Budget 2009 informer le citoyen de ce qui se passe sur le plan économique et financier» a indiqué, M Sid’Ahmed Ould Rayess ministre des Finances, lors d’une conférence de presse, organisée le 15 novembre au Ministère des Affaires Economiques à Nouakchott.



«La préservation des grands équilibres macro-économiques,  la poursuite des politiques de lutte contre la pauvreté,  l’amélioration de l’accès aux services de base et le renforcement du pouvoir d’achat des citoyens qui s’est traduit par la baisse des prix, ainsi que des mesures de nature à encourager les industries nationales à travers l’exonération des intrants et la baisse de la fiscalité, en plus de  la création d’un fonds de solidarité nationale doté d’un fonds de 16 milliards d’UM,  constituent  les grandes lignes du Budget 2009»  a  expliqué  M. Ould Rayess ,entouré de son Secrétaire Général et des principaux directeurs de son Département.
Le   budget 2009 (Loi de Finances) sera soumis la semaine prochaine au Parlement. Le Gouvernement y table sur un taux de croissance de 5,5% (hors pétrole) et une  maîtrise l’inflation à un taux  de 7,3%, a-t-on appris  du ministre des Finances,  qui –réaliste-, a souligné que le contexte international  reste néanmoins difficile, car  marqué par une double crise sur les plans, économique et financier.
Aussi   le  Gouvernement a-t-il envisagé un train de mesures susceptibles  d’ assurer la croissance de l’économie, à travers  «l’ amélioration du recouvrement des recettes  fiscales (sans l’augmention  des impôts), la  rationalisation des dépenses de fonctionnement avec  la réduction des dépenses inopportunes telles que  les transports et missions,  les frais d’acquisition de véhicules et les dépenses de prestige». Ce qui a permis de  dégager des économies substantielles et une épargne pour  financer des actions prioritaires,  souligne le ministre des Finances. C’est grâce à une réduction de  l’ordre de 4% dans les dépenses, que le Budget 2009  a pu offrir  une couverture budgétaire à l’augmentation  des salaires annoncée en juillet 2008. La  réduction  du train de vie de l’Etat dans le  Budget 2009  avoisine les 36 milliards d’UM. Les dépenses globales prévues  se chiffrent à 233 milliards d’UM.  En 2008,  elles étaient de  270 milliards.  Au niveau des prélèvements sur le Fonds National des Revenus d’Hydrocarbures (FNRH), le ministre a souligné qu’ils ne constitueront que 50% des montants qui  y en ont été prélevés dans l’exercice 2008, soit un montant de 16 milliards d’UM comprenant des pénalités payées par des  sociétés qui n’ont pas respecté leurs engagements.  La contribution des ressources extérieures, au titre de la nouvelle Loi de Finances  est estimée  35%. Le Budget 2009  a tablé sur un baril de  pétrole à 45 dollars sur le marché international.

 

                     Budget 2009 : Priorité à l’investissement
Le projet de Loi de Finances 2009 porte sur un budget sur ressources propres de 233 856 497 550 UM soit une diminution de 36 992 670 871 UM correspondant à une réduction  de 13,6% par rapport au budget rectifié de l’année 2008.
Cette diminution résulte, des économies substantielles sur les  dépenses sur biens et services, ainsi que celles liées aux transferts et subventions. Elle a permis de réaliser une importante amélioration du niveau des dépenses d’investissement sur ressources propres.
Des mesures incitatives à l’endroit des industries nationales seront initiées à travers l’exonération totale des intrants industriels des droits de douane. Cet effort sera accompagné de la réduction du taux de l’IMF qui passe de  3% à 2,5%.
Le Budget Consolidé d’Investissement (BCI), pour l’année 2009 s’élève à 196,5 Milliards d’UM toutes ressources confondues, soit environ 22,6% du Produit Intérieur Brut (PIB) hors pétrole. Il enregistre une augmentation de 34,7% par rapport au BCI de l’exercice 2008.
Le projet de Budget 2009 met l’accent sur l’investissement, financé sur ressources propres, orienté vers les secteurs porteurs de croissance et plafonné à un niveau de 66 milliards pour l’année 2009. Dans ce cadre des efforts seront mis en oeuvre pour la mobilisation de ressources internes et sur la programmation réaliste des dépenses d’investissements susceptibles d’être réalisées dans la limite de la capacité d’absorption de l’économie nationale.
L’ensemble des dépenses du secteur public, programmées dans le projet de Loi de Finances  2009 atteindront 364 356 497 550 UM
La politique de prudence budgétaire mise oeuvre par les pouvoirs publics devra ramener le niveau du déficit budgétaire à 6,2 milliard d’UM en 2009 soit 0,7% du PIB (hors pétrole) contre un déficit budgétaire de 20,7 milliards projeté en 2008 soit 2.52 % du PIB (hors pétrole).


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2022 Tous droits reservés