Facebook
Tourisme en Adrar: Multiplicité des sites et diversité des produits   
10/03/2021

La wilaya de l’Adrar est réputée pour ses paysages naturels charmants, qui reflètent la richesse et la diversité de la culture et de la civilisation des populations qui sont installées dans cette partie du territoire mauritanien.



Cette culture ancestrale, qui se manifeste aujourd’hui, par des objets d’archéologie, des styles architecturaux, mais aussi des traditions et coutumes, reflète la bravoure, la sobriété et la détermination des habitants, qui ont su forger des conditions de vie dans une nature marquée par la cohabitation des dunes de sable dorées, des plaines et, des montagnes avec des oueds et oasis verdoyantes.

Il s’agit là d’un magnifique panorama, qui tire sa beauté des sources d’eau qui coulent dans les oasis de palmiers. Dans cet univers vaste et rafraîchissant, tout individu assoiffé par sa beauté est attiré par son naturel, la générosité de ses hommes et la force de ses références morales. Un mode de vie original que s’est approprié la population locale.

Au plan économique, le tourisme est porteur de revenu pour les habitants de l’Adrar. Ses avantages son multiples : création des opportunités d’emploi, circulation de fonds dans le marché, de quoi faire fleurir certains commerces et services comme la restauration, les auberges, les agences de location de voiture, les guides touristiques, les métiers de l’artisanat et le folklore.

Pour donner davantage de détails sur les retombées économiques de ce secteur, le bureau de l’AMI à Atar a interviewé le directeur régional du commerce, de l’industrie et du tourisme, M. Sidi Haïba Abderrahmane.

Abordant les infrastructures du secteur, M. Haïba a précisé que l’Adrar, compte soixante douze auberges officiellement autorisées dont seize opérationnelles, sept restaurants et vingt deux agence de tourisme.

Il a ajouté que le secteur était mis à genou après dix ans d’arrêt de ses activités entre 2007-2017.

Évoquant l’afflux des touristes, le directeur régional a précisé que la wilaya a connu ces trois dernières saisons touristiques l’arrivée de plus cinq mille touristes venus par voie aérienne et trois mille autres par voie terrestre, ce qui a contribué à la renaissance économique et permis à la wilaya de transcender une situation de léthargie qui a perduré de longues années.

«Le secteur a été frappé de plein fouet par la pandémie de la COVID-19, qui a occasionné une régression significative. Il souffre encore de certains handicaps liés au marché du secteur, au caractère inadapté des services bancaires, au manque de formation des guides touristiques et à l’absence de cahier de charges chez les fournisseurs», a-t-il noté.

Pour sa part, M. Mohamed Ould Idoumou Ould Soumbara, directeur régional de l’officie national du tourisme (ONT), a précisé que son établissement s’attelle actuellement à mettre en œuvre une politique comprenant plusieurs activités et programmes de nature à faire de la Mauritanie une destination touristique privilégiée.

«L’ONT a mobilisé des ressources suffisantes pour développer le tourisme dans le pays, et lui permettre des transcender les conséquences douloureuses de la covid-19».

M. Ould Soumbara a, également, précisé que son établissement cherche à valoriser le tourisme à travers la préparation de la prochaine saison de la Gueïtna (période de cueillette des dattes).


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés