Facebook
L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE POURRAIT DONNER LE FEU VERT À UNE CAPACITÉ DE GNL DE 74 MILLIONS DE TONNES / AN D’ICI 2030: AGIR   
10/02/2021

Londres – L’ Afrique subsaharienne pourrait approuver 74 millions de tonnes supplémentaires / an de capacité d’exportation de GNL d’ici 2030 si les conditions du marché le permettent, a déclaré la Coalition africaine pour le commerce et l’investissement dans le gaz naturel dans un rapport publié le 9 février.



 S’inscrire maintenant Cela s’ajouterait au total de 60 millions de tonnes / an de capacité d’exportation que la région devrait avoir d’ici 2025, a déclaré ACTING – lancé le 3 février par la Chambre africaine de l’énergie et la société de recherche d’investissement Hawilti – dans son rapport inaugural.
ACTING a déclaré que l’Afrique subsaharienne avait un potentiel important pour augmenter sa capacité d’exportation de GNL et pour augmenter sa propre consommation de gaz, en particulier grâce à des projets de production de gaz à l’électricité.

« Le gaz naturel a le potentiel d’être un véritable catalyseur de la reprise économique post-COVID et de soutenir la transition énergétique de l’Afrique », a déclaré Nj Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie.

L’Afrique subsaharienne reste un producteur de gaz limité malgré ses abondantes réserves et n’a pas encore pleinement profité de ses propres ressources en gaz, a déclaré ACTING.

L’Afrique subsaharienne dispose actuellement de 33,8 millions de tonnes / an de capacité d’exportation de GNL dans quatre pays: l’Angola, le Cameroun, la Guinée équatoriale et le Nigéria.

En outre, 26 millions de tonnes supplémentaires / an de capacité d’exportation sont en cours de construction – le septième train de Nigeria LNG, le projet flottant de production de GNL de BP en Mauritanie / Sénégal et deux nouvelles installations d’exportation au Mozambique (le projet Coral FLNG).

«D’ici 2025, l’Afrique subsaharienne abritera quatre terminaux GNL terrestres et trois unités FLNG, capables d’exporter 60 millions de tonnes / an de GNL», a déclaré ACTING.


Extension supplémentaire
ACTING a déclaré qu’une autre série d’approbations de capacité d’exportation de GNL sub-saharienne pourrait avoir lieu d’ici 2030, allouant au vert 74 millions de tonnes supplémentaires / an de capacité d’exportation, mais qu’elle dépendrait beaucoup des conditions du marché.

« Les quantités de gaz trouvées au large de la Mauritanie, du Sénégal et du Mozambique sont telles qu’elles pourraient justifier plus de 90 millions de tonnes / an de capacité d’exportation de GNL combinée, plus que le Qatar », a-t-il indiqué.

Le Qatar, qui a une capacité d’exportation de GNL de 77 millions de tonnes / an, a pris le 8 février la décision finale d’investissement sur son projet d’expansion de North Field, qui verra sa capacité passer à 110 millions de tonnes / an.

Il prévoit également de l’augmenter encore à 126 millions de tonnes / an et au-delà.

ACTING a déclaré que le projet d’exportation de Rovuma LNG de 15,2 millions de tonnes / an au Mozambique était « susceptible d’obtenir le FID dans un proche avenir », mais a mis en garde contre une croissance future.

« Tout ce qui est au-delà de cela est très incertain, au mieux », dit-il. « En termes simples, les perspectives des futurs projets d’exportation de GNL en Afrique subsaharienne ne sont pas claires. »

À moyen et long terme, les conditions du marché pourraient affecter l’approbation d’un certain nombre de projets, a-t-il déclaré.

Celles-ci incluent la poursuite du développement du projet Mauritanie / Sénégal de BP dans les phases ultérieures, initialement conçu pour porter la capacité totale à 10 millions de tonnes / an.

Les autres projets qui pourraient représenter une partie des 74 millions de tonnes supplémentaires / an de nouvelles capacités sont le hub de GNL Yakaar-Teranga de 10 millions de tonnes / an au Sénégal, le hub de GNL de Bir Allah-Orca de 10 millions de tonnes par an en Mauritanie et l’expansion du Mozambique de Total. Installation de GNL à 42 millions de tonnes / an.

«De tels projets dépendent désormais de la capacité de leurs développeurs à optimiser les coûts et à trouver de nouvelles synergies, en particulier lorsqu’il s’agit de plans d’expansion de friches industrielles», a déclaré ACTING.

Gas-to-power
Selon ACTING, l’Afrique devrait connaître une croissance significative de sa consommation de gaz alors qu’elle «rattrape» le reste du monde.

L’Afrique subsaharienne, a-t-il déclaré, n’a exploité que 5% de son potentiel total de gaz à énergie identifié de 400 GW.

Mais cela est sur le point de changer. << Sur la base des projets en construction, des projets pré-FID et des centrales thermiques existantes dont la conversion est prévue, nous estimons que les capacités gaz-électricité installées et connectées au réseau pourraient augmenter de 55% en Afrique subsaharienne d’ici 2025 et atteindre environ 28 GW « , a déclaré ACTING.

De nouveaux marchés du gaz à l’électricité seront créés au Sénégal et en Afrique du Sud, tandis que la croissance est attendue en République démocratique du Congo, au Botswana et en Namibie.

Les projets de gas-to-power peuvent également être facilités par les importations de GNL, le Ghana, l’Afrique du Sud et le Bénin devant tous commencer à importer du GNL avant la fin de la décennie.

Le Ghana devrait commencer à recevoir du GNL le mois prochain après la livraison de son terminal flottant d’importation en janvier.

L’Afrique du Sud, où les plans d’importation de GNL remontent à plusieurs années, pourrait enfin avancer avec la construction d’un premier terminal d’importation et de regazéification de GNL, a déclaré ACTING.

« Alors que le ministère de l’Énergie fait progresser Coega comme emplacement d’au moins un terminal, le conglomérat d’État Transnet me semble aller de l’avant dans d’autres endroits », a-t-il déclaré.

En juillet 2019, il a signé un accord de partage des coûts avec la Société financière internationale, membre du Groupe de la Banque mondiale, pour conclure une étude de faisabilité pour le développement d’un terminal de stockage et de regazéification de GNL à Richards Bay et la réorientation de son pipelines pour le transport de gaz vers les marchés intérieurs.

Source : SPGlobal.com, 9 fév 2021
moroccomail


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés