Facebook
Mauritanie : ''J’ai été gavé de force cinq fois par jour pour m’engraisser pour le mariage à l’âge de 12 ans – si je refusais ou vomissais, je serais battu''   
12/02/2021

Des larmes coulaient sur le visage d’Annie, âgée de quatre ans *, alors que sa mère introduisait une autre cuillerée de porridge dans sa bouche déjà bourrée.



 Elle était si pleine, son petit ventre sur le point d’éclater, après avoir été gavée de force cinq fois par jour jusqu’à ce qu’elle soit malade dans le but de l’engraisser pour le mariage.

Bien que cela puisse paraître choquant, c’est un problème très réel pour les filles vivant dans le pays ouest-africain de la Mauritanie, où la taille est considérée comme belle et considérée comme un indicateur de bonne santé, malgré les nombreux problèmes associés à l’obésité.

Sur la base du régime alimentaire et de la fréquence des repas décrits par les victimes de la tradition du gavage, connue sous le nom de Leblouh, l’UNICEF estime que les jeunes filles pourraient être obligées de consommer jusqu’à 9000 calories par jour – plus de quatre fois plus que la recommandation quotidienne de l’Organisation mondiale de la santé , et certains rapports suggèrent que ce chiffre pourrait atteindre jusqu’à 16 000 calories par jour.

Il a été rapporté qu’environ un quart des filles mauritaniennes sont gavées pendant la «  saison d’alimentation  », et il existe même des fermes d’engraissement pour «  aider  » les filles à prendre du poids, avec un processus d’engraissement «  réussi  » visant une période de 12 ans. vieux pour peser 80 kg (plus de 12). C’est presque le double du poids moyen d’une femme de 12 ans en bonne santé.

Zeinabou, présidente de l’Association mauritanienne pour la santé maternelle et infantile, déclare: «En Afrique, et pas seulement en Mauritanie, la beauté d’une femme vient de ses courbes.

« Le but [par le gavage] était d’embellir la femme, de montrer qu’elle venait d’une bonne famille et qu’elle n’était pas sous-alimentée. »

Ici, nous regardons de plus près la pratique, et parlons exclusivement aux femmes concernées …

« J’étais enfermé dans une pièce jusqu’à ce que j’aie fini de manger »
Issu d’une famille pauvre, l’histoire d’Annie est malheureusement loin d’être rare.

L’homme de 29 ans a été gavé de force dès l’âge de quatre ans. Elle dit: «Cela a continué jusqu’à ce que je me marie à l’âge de 12 ans.

«Plusieurs fois par jour, ma mère me poussait à avaler de grandes quantités de couscous fin à base de millet ou de maïs mélangé à du lait, de la bouillie et du lait fermenté dilués dans de l’eau et du sucre.

«Elle me disait: « Mange, mange, pour être grosse et belle comme tes amis »« mais je ne voulais pas, je n’avais pas faim. »

«J’étais enfermé dans une pièce, je n’avais aucune chance de sortir avant d’avoir fini mes repas – alors je vidais secrètement le bol par la fenêtre jusqu’à ce que quelqu’un me dénonce. À partir de ce moment, ma mère s’asseyait avec moi et m’assurait J’ai tout mangé.

« Le plus dur n’était pas de vomir. Quand je refusais de manger ou de vomir, elle me frappait ou me pinçait. En vieillissant, j’ai vu mon corps changer et j’ai rapidement pris du poids. »

Alors que la Mauritanie a fixé l’âge légal du mariage à 18 ans conformément aux normes internationales, le mariage plus précoce est probable pour de nombreuses jeunes filles.

Selon une étude menée en 2015, près d’une fille sur trois âgée de 15 à 19 ans se marie en Mauritanie, et Annie est l’une d’entre elles.

Le plus dur n’était pas de vomir. Quand je refusais de manger ou que je vomissais, ma mère me frappait ou me pinçait.  » (Annie *)


Elle se souvient: «J’ai été mariée de force à l’âge de 12 ans à un ami de mon oncle qui était beaucoup plus âgé que moi.

«Je ne connaissais pas cet homme, il me faisait peur. À peine un an plus tard, peu après mes premières règles, je suis tombée enceinte. Depuis, j’ai eu sept enfants et le huitième est façon. »

Récemment prise en charge par l’Association mauritanienne pour la santé maternelle et infantile grâce au soutien de l’UNICEF, Annie, dont le mari l’a quittée, est optimiste quant à l’avenir et a déterminé que ses trois filles ne vivront jamais la même expérience.

Elle dit: «Une minute, je jouais avec mes amis et la suivante j’étais une femme. Une chose est sûre, je ne laisserai jamais mes filles vivre la même chose que moi. Je m’y opposerai.


« Je suis traumatisé pour la vie »

En plus d’être une experte et une militante pour les droits des femmes, Zeinabou sait aussi de première main à quoi cela ressemble, ayant expérimenté la pratique à l’âge de cinq ans.

Elle dit: «Je souffre encore de séquelles – j’ai le diabète et mon corps est marqué. J’ai été traumatisée à vie par l’expérience. Il y avait un proverbe bien connu qui disait que plus une femme prend de la place dans une maison, plus elle prend de place dans le cœur de son mari.

«J’ai été emmenée chez une infirmière et chaque jour elle me donnait d’énormes quantités de lait que je pouvais avaler sans me disputer. Les fois où je refusais de le faire, elle me battait sur mes pieds avec une grosse pince en bois.

« Quand j’ai vomi, elle m’a frappé et entre les repas elle a tiré sur la peau de mon ventre pour le rendre plus souple et faire ressortir les vergetures. C’était comme ça jusqu’à ce que je me marie, à l’âge de 14 ans. »


Médicament de gain de poids acheté au marché noir
Aujourd’hui, les adolescentes utiliseraient de plus en plus des médicaments et des produits chimiques pour favoriser la prise de poids.

Le traitement des allergies et des rhumes avec l’effet secondaire d’une augmentation de l’appétit et des hormones de croissance pour les animaux sont apparus ces dernières années comme des «aides» à la prise de poids vendues sur le marché noir.

Zeinabou dit: « C’est très grave parce que ce n’est pas du tout contrôlé. Ces traitements sont facilement disponibles pour 1.000 ouguiyas (environ 20 £). »

Heureusement, la pratique ancienne est loin d’être aussi répandue qu’elle l’était, et Zeinabou continue de faire campagne aux côtés de l’UNICEF pour que les femmes et les enfants jouissent de droits équitables.

Elle dit: «Nous devons changer la façon dont nous regardons les femmes dans la société mauritanienne.

«Tant que cette mentalité ne change pas, de nombreuses filles continueront à se mettre en danger en essayant négligemment de prendre du poids.

Pour plus d’informations sur l’UNICEF et son travail en faveur des enfants, visitez  www.unicef.org ou suivez l’UNICEF sur  Twitter  et  Facebook .

* Le nom a été changé pour protéger l’identité.

Source : The Sun, 6 fév 2021

moroccomail


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés