Facebook
Le Gouvernement a déployé des efforts exceptionnels pour atténuer les effets de la covid-19 (PM)   
30/01/2021

En réponses aux questions des députés, le Premier ministre, Monsieur Mohamed Ould Bilal, les a remercié pour leurs interventions constructives, leurs hautes appréciations du bilan de l’action du gouvernement et pour le



 soutien qu’ils ont manifesté pour le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, vrai artisan de l’action du gouvernement, et à qui l’honneur lui revient dans l’atteinte ce bilan.

« Le bilan que je viens de présenter n’est pas du tout exhaustif. Plusieurs acquis n’ont pas été cités dans le rapport, bien qu’ils existent et visibles. Mais ce qui est important c’est que le citoyen en tire profit ».

Au sujet des doléances soulevées par les députés et concernent leurs circonscriptions électorales, le Premier ministre a précisé qu’elles sont inscrites par les membres du gouvernement concernés, et que les recommandations seront prises en compte.

Il a nié l’existence d’un retard dans l’action de la commission d’enquête parlementaire (CEP), et attire l’attention sur le caractère spécifique de son travail.

« Ce type un travail traite une sorte de dysfonctionnements inhabituels, et nécessitent assez du temps et davantage d’investigations pour garantir que personne ne soit lésée, et que les choses soient bien maitrisées et correctes».

Le Premier ministre a rappelé à, cet effet, la décision courageuse prise par le Président de la République à l’endroit des personnes citées dans le rapport, et appelé les députés à ne pas se précipiter dans cette affaire , qui entrera, les prochains jours, dans l’étape d’accusation.

A propos des questions relatives à une dette impliquant des individus et une entité morale, le Premier ministre a précisé que cette question était posée avant la mise en place du gouvernement actuel. « C’est question complexe. Elle aurait pu être réglée avant qu’elle atteint le stade actuel. Il n’est pas d’usage que L’État supporte les dettes d’une personne donnée. Mais il a prêt à traiter la question avec les concernés ».

Réagissant à des appels à la concertation, adressés par certains députés, M. Mohamed Ould Bilal, a précisé que le pays ne traverse pas une crise politique, que ses différentes institutions fonctionnent convenablement, et que les portes de la Présidences de la République sont ouvertes devant tous les membres du spectre politique.

« En dépit de tout cela, le Président de la République est ouvert, et prêt à écouter l’ensemble des acteurs politiques. Il est prêt à engager la concertation, surtout si elle représente une doléance des élus du peuple. Cette concertation devra s’inscrire dans le cadre du renforcement de la cohésion sociale, et l’accélération du rythme du travail engagé en matière de lutte contre les séquelles de l’esclavage, et pour la bonne gouvernance financière et économique. Elle doit être orientée vers la lutte contre la fraude ».

Au sujet des déchets, le Premier ministre a précisé qu’ils constituent un sérieux problème du fait qu’ils nuisent à la santé des citoyens, et que ce dossier a connu des dysfonctionnements depuis la résiliation du contrat d’une société étrangère qui était en charge de la gestion des ordures domestiques.

« Cette situation a généré des difficultés en matière du transport de la poubelle vers le site d’enfouissement. Il s’agit d’un site qui a coûté des moyens énormes pour l’État, et qui suffisamment préparé pour prendre en compte toutes les dimensions scientifiques et environnementales ».

Il a ajouté que le gouvernement est très soucieux de la santé des citoyens qui se trouvent non loin du site, et que les problèmes dont ils souffrent vont être résolus dans les meilleurs délais. De même, il est soucieux de la santé des habitants de Nouakchott où se trouvent encore plus de 30 sites de versement de déchets au centre de la ville et dans ses abords.

Abordant le sujet du passif humanitaire, le Premier ministre a rappelé que le gouvernement a engagé de gros efforts pour traiter ce problème, dont une phase était douloureuse. « Le gouvernement s’attache, sur instructions du Président de la République, à ce que chaque mauritanien se retrouve dans toutes les actions et réformes en cours dans le pays ».

Au sujet de la drogue, le Premier a noté que le gouvernement possède une stratégie de lutte contre ce phénomène nuisible afin de protéger sa jeunesse et ses citoyens, notant que d’importantes quantités de ce produit dangereux ont été saisies.

A propos du secteur des pêches, M. Mohamed Ould Bilal a souligné que ce secteur est productif et peut générer des centaines emplois, et noté que la convention signée avec la société Hong Dong est en phase de révision, conformément aux recommandations de la CEP.

Il a ajouté que l’IMROP mène actuellement des investigations sur la réduction présumée de nos ressources halieutiques.

« Le gouvernement agira en fonction des résultats de l’étude et de ses conclusions. Le conseil des ministres avait étudié, plusieurs fois, la situation des garde-côtes mauritaniens, afin de réorganiser le travail qu’exerce cet organisme dans le but de l’affiner davantage, et de rendre les opérations de contrôle qu’il mène plus efficaces ».

S’agissant de l’agriculture, le Premier ministre a souligné l’intérêt qu’accorde le Président la République à ce secteur, où plusieurs réalisations ont été opérées comme l’offre des semences, les aménagements, le machinisme agricole, la commercialisation, le désenclavement et l’électrification des zones de production.

Il a ajouté que le citoyen commence à sentir les effets de la crise économique mondiale engendrée par la covid-19, et que le gouvernement était prévoyant et engagé des interventions pour rehausser le pouvoir d’achat du citoyen, par le bais de la distribution gratuite des produits alimentaires et l’attribution des allocations financières, la subvention de certains produits par la suppression des taxes et impôts et le financement des projets porteurs de revenu.

Au plan de la construction des barrages, M. Mohamed Ould Bilal a annoncé que le Président de la République avait donné les instructions pour la construction des barrages sur tout le territoire national, afin de mieux maitriser les eaux superficielles. « Nous envisageons la réalisation des études relatives à la construction d’un lot de barrages qui englobe ceux de Karakouro, Nbird et El Garva, dans le Guidimakha, de Tintane et Tamourit El Mehdouda, au Hodh El Gharbi, d’El Ghabra et Aguimine Leftah, dans la wilaya de l’Assa, en plus de la réhabilitation de 25 bassins d’eau à l’échelle nationale.

Abordant la question des prestataires de services d’enseignement, le Premier a précisé qu’ils sont au nombre de 4000, et qui détiennent des contrats en vertu desquels ils exercent un service moyennant une rémunération définit. « Il n’existe aucun engagement pour leur intégration à la fonction publique. Cela ne peut se faire qu’à travers les modalités définies par la loi ».

A propos de la zone franche, le Premier ministre a déclaré que des experts s’attèlent actuellement à l’évaluation de son rendement et réfléchissent les voies et moyens permettant de la rendre plus efficace et économiquement plus rentable, aussi bien, pour le développement de la ville de Nouadhibou, que pour le pays dans son ensemble.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés