Facebook
FNUAP/Lutte contre les VBG : Une session de redynamisation et de renforcement des capacités des plateformes multisectorielles   
11/11/2020

Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) a organisé, le jeudi 5 novembre 2020 à Nouakchott et dans les locaux de la Coordination Sud du MASEF, une session de redynamisation et de renforcement des capacités des plateformes multisectorielles de lute ...



... contre les violences basées sur le genre (VBG). Quinze participants ont pris part à cette activité.

Dans le cadre de la lutte contre les violences basées sur le genre, une session de redynamisation et de renforcement des capacités des plateformes multisectorielles a été organisée à Nouakchott, le 5 novembre dernier. L’objectif de cette rencontre était de renforcer les capacités des membres de la plateforme sur leur mission, leur rôle et les sensibiliser sur le lien entre l’autonomisation des femmes et le dividende démographique/VBG.
L’atelier a été ouvert par la coordinatrice Sud du Ministère des Affaires Sociales, de l’Enfance et de la Famille (MASEF) qui a souhaité la bienvenue aux participants en rappelant que les acteurs présents sont issus de la plateforme d’El Mina. Mais qu’aujourd’hui, elle considère qu’il est important de redynamiser cette plateforme. Elle a exhorté les participants à mieux s’impliquer en jouant pleinement leur mission et leur rôle.
De son côté, Mme LO Khadijetou Cheikh a souligné l’importance de la plateforme de lutte contre les VBG avant d’appeler tous les acteurs de cette plateforme à se mobiliser pour sa redynamisation.
Mr Djibril BA, expert national VBG/MGF, consultant FNUAP, a fait une présentation d’une plateforme de prise en charge des VBG qui s’inspire sur le modèle ivoirien. A travers cette présentation, il a parlé des objectifs d’une plateforme de lutte contre les VBG, sa composition, le niveau d’intervention de ses membres, les rôles et qualités du point focal et du fonctionnement de la plateforme de lutte contre les VBG.
A cet effet, il a mis l’accent sur la mise en place d’un système fonctionnel de référence et de contre référence des survivantes de VBG, des groupes de travail spécifiques pour aborder certaines questions urgentes et la réalisation des actions conjointes de lutte contre les VBG ainsi que la collecte des données consensuelles en vue de l’élaboration de rapports.
Tout comme il a décliné la composition d’une plateforme de lutte contre les VBG ainsi que les différentes structures qui doivent composer cette dernière.
Pour sa part, Mme Salimata Sy Camara a abordé, dans son exposé, le thème relatif à l’autonomisation des femmes, dividende démographique et VBG. Dans son intervention, Mme Camara a rappelé l’importance du poids démographique des femmes qui représentent plus de 52% de la population mauritanienne. Toutefois, et en dépit de ce poids, les femmes sont exposées quotidiennement aux violences de tout genre. Elle a ainsi partagé l’expérience de son organisation, l’AMPEF, sur l’autonomisation des femmes.  C’est ainsi qu’elle a soutenu que l’autonomisation de la femme survivante de VBG, dépend étroitement, de la prise en charge qu’elle a reçue du traitement du type de VBG subi. Car l’autonomisation des femmes, lui impose une certaine posture et capacité que cette survivante doit avoir (estime de soi, affirmation, capacité d’entreprendre …).  Mme Camara a mis en exergue certaines expériences d’autonomisation réussies par les femmes évoluant dans le secteur informel telles que les foires, les boutiques communautaires détenues par les femmes, les AGR, l’agriculture des femmes rurales et la transformation des céréales et des légumes.
Après les interventions, il a été question de discuter et d’échanger sur des questions soulevées.  Les participants ont manifesté leur intérêt par rapport aux expériences réussies des femmes.
A la fin de la session, les participants ont formulé des recommandations pour l’Elaboration d’un plan d’action, la sensibilisation sur l’existence de la plateforme, le  renforcement des capacités des points focaux membres de la plateforme, la coordination avec les PTT et les PTF pour que la plateforme joue mieux son rôle et répond mieux à sa mission. Tout comme il faut développer les activités qui amèneront les points focaux à se déployer dans leurs secteurs pour faire connaitre l’existence de la plateforme et aider à mieux assurer leur mission.
Ibou Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés