Facebook
Nouakchott: Ouverture de la première session ordinaire de l'année parlementaire 2020-2021   
03/10/2020

La première session ordinaire de l’année parlementaire 2020-2021 s’est ouverte jeudi à Nouakchott.



 La cérémonie d’ouverture de la session, qui s’est déroulée en présence de plusieurs membres du gouvernement, a commencé par la récitation de versets du Saint Coran, suivie de l’exécution de l’hymne national.

Dans un discours prononcé à cette occasion, le président de l’Assemblée nationale, M. Cheikh Ould Baya, a indiqué que notre pays, à l’instar de la communauté internationale, a été touché par la pandémie de Covid-19, en particulier sur le plan économique, espérant qu’il en surmontera les conséquences, grâce à Allah et aux plans que les autorités du pays ont élaborés.

Voici l’intégralité du discours du président de l’Assemblée nationale :

« Messieurs les ministres

Collègues députés

Frères et sœurs

Nous voilà de retour, à la date constitutionnelle correspondant à la tenue de notre première session parlementaire ordinaire au cours de laquelle nous continuerons - avec la grâce d’Allah - à exercer nos fonctions de législation et de contrôle, en particulier notre activité annuelle d’étude et d’approbation du projet de loi de finances dont se démarque cette session.

Je n’ai pas besoin de vous rappeler que nous vivons toujours avec la pandémie du COVID 19 qui nous a imposé un style de travail inhabituel en raison des mesures requises par la nécessité de combiner la régularité constante de notre institution avec le respect des mesures de prévention de la épidémie : mesures auxquelles nous devons adhérer volontairement tant que besoin s’en fait sentir.

Collègues députés,

A l’instar de la communauté internationale, notre pays a été touché par cette pandémie, en particulier sur le plan économique, et nous espérons pouvoir faire face à ses conséquences, grâce à Allah et aux plans que les autorités du pays ont élaborés pour surmonter cette étape d’autant plus que différentes régions de notre patrie aient joui d’une saison d’hivernage qui s’annonce emplie de bénédiction.

La préservation de cette aubaine nécessite de l’organe exécutif qu’il prenne, en temps réel, les précautions nécessaires pour protéger les pâturages des incendies et qu’il adopte une politique circonspecte de nature à rationaliser les réserves pastorales et à éviter les fuites d’eau.

De plus, il ne faut pas oublier qu’il y a des zones du pays comme l’Adrar et le Tiris qui n’ont pas bénéficié des mêmes précipitations enregistrées dans les autres régions du pays. Cet état de fait nécessite des efforts exceptionnels pour aider les habitants de ces wilayas, particulièrement les nomades et les agriculteurs, à faire face à cette situation qui est venue aggraver le déficit hydrique chronique qui sévit dans ces zones. En effet, les citoyens de la wilaya du Tiris Zemmour s’approvisionnent en eau potable grâce à des camions-citernes en provenance de la wilaya de Dakhlet Nouadhibou. Mais force est de constater que cela ne suffit plus pour répondre aux besoins des citoyens en raison de l’augmentation des activités traditionnelles d’exploration aurifère qui est devenue une destination pour les citoyens qui recherchent une source de revenus et de développement économique durable.

Messieurs les ministres

Collègues députés

Frères et sœurs

Le véritable garant à la poursuite de ce essor demeure la protection de l’unité nationale et la préservation de l’atmosphère de liberté dont nous jouissons. Mais cela requiert qu’on la pratique conformément à des normes juridiques qui préservent et les droits, et l’honneur et la propriété d’autrui.

Dans ce contexte, je renouvelle une fois de plus, mon appel au gouvernement pour qu’il applique strictement les lois régissant l’espace audiovisuel et les réseaux sociaux. Il doit également veiller à l’application des textes qui incriminent les discours claniques, raciaux ou tribaux. J’appelle également tous les acteurs politiques et les leaders d’opinion à redoubler d’efforts pour diffuser un discours inclusif, adhérer aux valeurs de la République et céder la priorité à l’intérêt suprême du pays.

Cet intérêt doit demeurer la seule commande qui régit nos décisions internes et externes et nous devrons être soucieux d’accorder à cet intérêt suprême la priorité plutôt que toutes autres constantes.

Enfin je vous souhaite de bonnes vacances parlementaires et je déclare ouverte la première session parlementaire ordinaire 2020 – 2021 conformément aux dispositions de l’article 52 nouveau de la Constitution et aux articles 54 et 55 du Règlement intérieur de l’Assemblée Nationale ».

Après la lecture du discours, M. Cheikh Ould Baya a invité les députés à réciter la Fatiha à la mémoire du défunt émir du Koweït, Son Altesse Cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés