Facebook
Santé de la reproduction : Le FNUAP et le Ministère de la Santé lancent une campagne de planification familiale   
02/10/2020

Le Fonds des Nations Unies pour la Populations (FNUAP) et le Ministère de la Santé, en partenariat avec trois organisations de la société civile, viennent de lancer une campagne de planification familiale (PF). Cette campagne qui se déroulera du 26 septembre au 22 ..



... octobre 2020 vise les femmes en âge de procréation, les couples stériles … dans trois régions de Nouakchott et à l’intérieur du pays (Assaba). L’objectif est de réduire le taux de mortalité maternelle.  Le Réseau des communicateurs et journalistes en population et développement, lui, assure la couverture médiatique de cette campagne.

Depuis le samedi 26 septembre, SOS Esclaves, Jeunesse à l’Heure d’El Mina (JAHE) et l’Association des Sages Femmes de Mauritanie se sont lancées dans une campagne pour sensibiliser les populations de Sebkha, d’El Mina et d’Arafat et ce, dans le cadre d’une planification familiale pour l’espacement des naissances et réduire les risques de mortalités néonatales.  Mieux, indique le FNUAP, il s’agira de stimuler la demande et d’assurer l’offre de services nécessaires pour préserver la santé de la mère et de l’enfant. D’ailleurs, cette campagne se déroule sous le thème : « La planification familiale sauve des vies, ensemble pour le bien être de la mère et de l’enfant».


Un atelier de mise à niveau …
En prélude à cette campagne, un atelier réunissant les organisateurs et la presse à travers le CJPOD, a été organisé le jeudi 24 septembre en vue de mettre au parfum les journalistes devant assurer la couverture médiatique de cette activité. En clair, il s’agit d’imprégner les médias sur la problématique et de les inviter à s’intéresser davantage à cette question importante pour le développement du pays. Car, soutiennent-ils, « quand on a des femmes et des hommes en bonne santé, il y aura développement ». Toutefois, il faut souligner que la couverture médiatique sera assurée par le Réseau des communicateurs et journalistes en population et développement (CJPOD) que préside notre confrère Baba Dianfa Traoré.
Concernant la campagne proprement dite, les organisateurs ont soutenu que durant le déroulement de celle-ci, le FNUAP va offrir des services de consultations gratuites en mettant à la disposition des médicaments contraceptifs aux bénéficiaires mais aussi assurer un suivi pendant et après cette campagne. Ils ont toutefois précisé qu’en Mauritanie, les produits pour la planification sont gratuits même si certains services sont payants.
Durant cette campagne de PF, il s’agira de montrer les avantages de planifier la procréation par la pratique de l’espacement des naissances pour garantir la santé de la mère et l’enfant. Cela permettra également au gouvernement, de mieux planifier son programme d’éducation, son économie et de mieux investir pour le développement du pays.


Le Poste de santé de Basra refuse du monde
C’est dans une ambiance bon enfant que les femmes se sont rendues massivement dès les premières heures de la matinée du 28 septembre au poste de santé de Basra. De l’extérieur comme de l’intérieur, le poste était bondé de monde essentiellement les femmes allaitantes ou encore avec des grossesses en gestation. Les services offerts sont la consultation gynécologique, l’octroi de médicaments contraceptifs et d’autres services parallèles surtout liés à la ménopause assurés par Dr Ahmed Ould Varwa médecin généraliste.
Notre reportage s’est intéressé aux femmes en procréation. Nos sages femmes, Mmes Awa Diallo, Salamata Touré et Haby Lopez étaient très actives dans leur mission ce jour tellement la demande était très forte. Il y avait de la pression et toutes les femmes veulent saisir l’occasion pour se planifier. Selon nos sages femmes, l’âge des visiteurs se situait entre 17 ans et 40 ans. Et toutes demandent la planification. Même si certaines le veulent par soucis d’espacer les naissances, d’autres par contre pour complications liées à l’accouchement ou maladie signalée à cette occasion et qui a perturbé entre temps leur santé et celle de leurs enfants. Autre faits marquants, elles sont pour la plupart chefs de familles avec plusieurs enfants en charge.


Témoignages de femmes ...
Interrogées sur les raisons pour lesquelles elles veulent se planifier, beaucoup d’entre elles n’hésitent pas à évoquer les difficultés de prise en charge des enfants à tous les niveaux (éducation, santé, emploi …), mais aussi pour cause de difficultés lors de l’accouchement (césarienne) aboutissant à une maladie chronique.
-Mawa Mint Aly (la trentaine) : Je veux me reposer et espacer mes grossesses pour préserver ma santé et celle de mes enfants. J’ai déjà 4 enfants dont le dernier a 13 mois. A chaque fois, j’éprouve des difficultés lors de l’accouchement, c’est trop dur. J’espère bien qu’avec une bonne planification familiale avec de bons médicaments, j’éviterai des grossesses rapprochées.
-Mariem Sy (39 ans). J’ai 5 enfants déjà. Le dernier a 3 ans. Je fais le planning parce que je suis malade. Lors des grossesses,  je fais des crises d’épilepsie et des hypertensions chroniques. Le médecin m’a conseillé de me reposer. Moi, actuellement, je préfère me reposer définitivement. Pas de grossesse, pas d’enfants. C’est fini, sinon, je risque de perdre ma vie. Je suis en train de convaincre mon mari afin que je préserve ma santé et ma vie.
-Youma Mint Mohamedou (41 ans) : J’ai accouché 5 enfants dont 2 par césarienne. C’était trop dur pour moi. C’est pourquoi, je fais le planning pour me reposer sinon je crains pour ma vie. D’ailleurs, mon mari, un agent de la garde nationale, m’a beaucoup encouragé et conseillé de le faire pour préserver ma santé.
-Aissata Gaye (25 ans) : J’ai un enfant de 14 mois. Je pratiquais la planification familiale mais à chaque fois que je prends des comprimés, je dépéris. Le pharmacien m’a dit de changer de comprimés mais je trouve toujours des complications. Cette fois-ci, je pense que je vais suivre les avis des sages femmes pour faire un bon planning. Et s’il y a des complications, je consulterai un spécialiste.
Les contraceptifs comprimés sont plus sollicités. Les rasons avancés, c’est un usage simple contrairement aux injections qui parfois, selon les utilisatrices, causent des saignements ou autres effets indésirables. Mais ce n’est pas toujours le cas.
Mme Débiya Mint Ahmed, la quarantaine, a mis au monde 10 enfants (0 décès, 0 avortement) dont le dernier a seulement 10 mois et est mongolien. C’est-à-dire a des déformations morphologiques.  Et c’est selon les sages, l’effet des accouchements rapprochés et la multiplication des naissances. Voilà pourquoi, le planning familial demeure et reste un moyen important pour non seulement préserver la santé de la mère et de l’enfant, mais aussi pour éviter certaines déformations morphologiques des enfants.
Même si les populations ignorent les avantages du PF, cette campagne a permis et permettra de comprendre que les femmes connaissent leurs problèmes et veulent désormais prendre leur destin de la reproduction en main. L’affluence du premier jour au Poste de Santé de Basra, montre, si besoin en était, qu’il y avait une bonne sensibilisation autour de la question. D’ailleurs, Mme Aîcha Fall de SOS Esclaves a souligné que son organisation a sillonné tout Basra avec sono et parfois par des visites de proximité. Et durant ces trois jours de consultations, 195 femmes ont bénéficiaires des services de PF. Un chiffre encore en deçà des attentes des femmes qui demandent la poursuite des opérations de consultations et d’offre de services de PF. Reste à savoir si les organisateurs et les Ongs qui les accompagnent dans cette campagne de PF, assureront comme prévu, le suivi surtout en ce qui concerne l’approvisionnement en médicaments contraceptifs.
Ibou Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés