Facebook
Ould Cheikh El Ghazouani insiste sur l’annulation totale et sans délai de la dette africaine   
18/07/2020

Le Président de la République, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a participé, jeudi matin, par visioconférence, à un panel de haut niveau, à l’initiative de Jean-Claude Junker, ancien président de la Commission



 européenne, pour appuyer la mise en place d’un nouveau partenariat entre l’Afrique et l’Europe.

Cette rencontre, à laquelle ont pris part plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement, ainsi que d’éminentes autres personnalités africaines et européennes, avait pour objet de débattre des conditions de création d’un nouveau partenariat dénommé « Africa-Med-Europa » (AME).

Á cette occasion, le Président de la République a fait une importante intervention, articulée autour des thèmes de « la relation entre l’Afrique et l’Europe », « la singularité du G5 Sahel en raison de l’ampleur et des défis auxquels il est confronté », « la pandémie de la Covid-19 » et « l’initiative de création d’un partenariat Afrique- Europe ».

Au sujet du premier thème, le Président de la République a précisé que les relations Afrique -UE sont fortement ancrées dans l’histoire, et qu’elles sont nourries par une coopération étroite et multiforme, mais qu’elles restent, en deçà de l’ambition des deux continents d’en faire le partenariat de référence d’un multilatéralisme réinventé.

Le Président de la République a souligné, qu’en plus des sommets Union Africaine - Union Européenne, des multiples outils de coopération et des différents mécanismes d’échanges, les deux continents ont besoin d’un levier supplémentaire pour rehausser et renforcer leur coopération. C’est ainsi que la Fondation Afrique-Méditerranée-Europe, dont la Mauritanie appuie la mise en place, illustre parfaitement ce grand dessein commun. Elle sera le complément indispensable des institutions classiques.

Au sujet du deuxième point relatif au G5 Sahel, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a indiqué que les pays membres du G5, dont la Mauritanie assure actuellement la présidence tournante, ont décidé de relever collectivement et solidairement les défis du terrorisme, du narcotrafic et du développement, pour donner aux populations du Sahel les bases d’une vie digne, et de se mobiliser dans la lutte contre la migration clandestine qui constitue un véritable drame dans lequel se noient les jeunes, et avec eux, les forces d’avenir des sociétés sahéliennes.

Abordant le troisième axe, relatif à la pandémie de la Covid-19, le Président de la République a souligné, qu’en plus de ses problèmes récurrents de développement, l’Afrique est frappée de plein fouet par la crise née de cette pandémie, avec des effets dévastateurs sur la société et les économies. Cette crise a révélé au grand jour la fragilité de nos systèmes, et montré à quel point nous ne pouvons nous soustraire à notre devoir de solidarité.

A cet égard, le Président de la République a rappelé que les États africains, et notamment ceux du G5 Sahel, déjà confrontés à bien des problèmes structurels, ont été durement affectés par la pandémie. Ce qui a engendré un accroissement conséquent de la pauvreté et une accentuation de la précarité, particulièrement au sein des franges les plus vulnérables des populations.

Tout en saluant l’appui des partenaires et le moratoire sur la dette, M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a souligné que ces mesures restent insuffisantes du fait de l’ampleur de la crise, et que la seule solution pour relancer les économies et faire face aux nombreux défis auxquels le continent est confronté est l’annulation totale et sans délai de la dette des États africains.

Le quatrième et dernier axe abordé par le Président de la République est l’initiative de création du partenariat Afrique- Europe, initiative dont il a dit qu’elle vient à point nommé pour construire les relations des deux ensembles africain et européen, sur des bases qui transcendent les liens formels entre les organisations continentales, qui renforcent les relations entre les peuples et instaurent une culture de paix et de sécurité.

Il a souligné que cet instrument novateur sera une opportunité pour traiter les principales problématiques qui nous interpellent, comme l’expansion de l’extrémisme violence, les transformations socioéconomiques, digitales et technologiques, ainsi que les défis climatiques et environnementaux.

M. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a enfin, formulé le vœu que ce nouveau cadre ne soit pas un instrument de plus, mais qu’il serve de véritable levier de coopération entre nos deux ensembles pour aboutir à des résultats concrets qui transforment positivement les sociétés des deux ensembles, et créent une dynamique de complémentarité et d’entraide entre les peuples.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés