Facebook
Des membres du gouvernement commentent les travaux du Conseil   
07/05/2020

Les ministres de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et Technologies de l’Information et des Communications, porte-parole officiel du Gouvernement, Dr Sidi Ould Salem ; de la Justice, Dr Haimoud Ould



 Ramdhane, des Finances, M. Mohamed Lemine Ould Dhehbi ; de la Santé, Dr Mohamed Nedhirou Hamed ; et le secrétaire général du gouvernement, M. Niang Hamady Djibril, ont commenté les travaux de la session du Conseil des ministres qui s’est tenu, ce jeudi, à Nouakchott.

Le porte-parole officiel du Gouvernement a indiqué que le Conseil a examiné et approuvé plusieurs projets de loi, de décrets et de communications, dont le projet de loi relatif à la lutte contre la violence à l’égard des femmes et des filles, et celui portant loi de finances rectificative 2020, tout comme il a suivi une communication relative au bilan et à l’allègement progressif des mesures prises par le Gouvernement pour lutter contre la pandémie du covid-19.

De son côté, le ministre des Finances a présenté des explications au sujet de la loi de finances rectificative 2020, précisant que ce projet de loi vise particulièrement à respecter les délais légaux de présentation aux fins d’approbation du décret de prêt en date du 6 avril 2020 au profit de l’Assemblée Nationale, et à mobiliser des allocations budgétaires supplémentaires pour faire face à la pandémie du coronavirus et alléger ses impacts économiques et sociaux dans une dynamique d’adaptation à toute évolution de la situation qui lui est consécutive.

Il a ajouté que le projet de loi en question vise la réalisation d’autres objectifs non moins importants parmi lesquels celui de la création d’un fonds spécial de solidarité sociale et de lutte contre le coronavirus, révélant le parachèvement de la grille d’exécution de ce fonds et la création de deux comptes dont le premier est destiné à recevoir une partie de la taxe sur l’importation et le second à recevoir un don de 30 millions de dollars, acquis en fin d’année dernière. Le ministre a précisé que les modalités de gestion de ces deux comptes seront déterminées par arrêté du département des Finances.

M. Mohamed Lemine Ould Dhehbi a fait observer que les objectifs de ce projet de loi visent également à adapter le cadre économique global aux évolutions éventuelles, dans la mesure où une récession sans précédent de l’économie mondiale, dans l’ordre de 30% en 2020 est prévisible en raison des mesures de confinement appliquées ; mesures qui demeurent le meilleur moyen d’endiguer ce fléau.

Le ministre des Finances a indiqué que l’économie nationale, qui commence à ressentir les effets de la crise, connaitra un recul du taux de croissance de 2% alors que les prévisions pour 2020 tablaient sur un taux de croissance de 6,3%.

Il a ajouté qu’elle sera marquée également par un déficit budgétaire de 5% du PIB, précisant que des dispositions sont prises en vue de relever le niveau de la fiscalité, à travers la révision à la hausse de l’ensemble des taxes en plus de l’institution de nouveaux critères d’agrément des représentations de sociétés étrangères pour éviter la fraude fiscale et la réduction des assiettes de prélèvements.

Le ministre a affirmé qu’un montant de 7,9 milliards de nouvelles ouguiyas a été mobilisé sur le budget dont deux milliards dégagés par la rationalisation de la gestion des structures de l’Etat et par le rééchelonnement du service de la dette dont la Mauritanie a bénéficié et qui permettra de disposer de 1,4 milliards de nouvelles ouguiyas en plus de 4,5 autres milliards correspondant à la franchise des biens et services qui s’inscrivent dans le cadre de la lutte contre la pandémie.

Il a souligné que le budget s’équilibre à 70 milliards MRU au moment où le déficit s’établit à 15 milliards MRU en raison des dépenses liés au financement des mesures économiques et sanitaires d’urgence, d’une part, et du recul des recettes, de la faiblesse des activités et du repli du commerce ainsi que des franchises de taxes dictées par les impératifs de lutte contre la pandémie.

Lui succédant, le ministre de la justice a déclaré avoir présenté devant le conseil des ministres un projet de loi relative à la lutte contre la violence à l’égard des femmes et des filles, notant que celle-ci est composée de 55 articles que son premier chapitre s’articule sur la sensibilisation et la prévention, tandis que le second détaille des dispositions punitives et des mesures de protection des femmes et des filles contre la violence et toutes autres violations .

Il a ajouté que la loi propose des mesures judiciaires, sanitaires et sociales portant sur l’aide des victimes de cette pratique et apporte une définition à ce crime afin que les femmes puissent faire appel devant les tribunaux et assurent son suivi jusqu’à ses phases finales.

Pour sa part, le ministre secrétaire général du gouvernement a déclaré avoir présenté au conseil des ministres, au nom du Premier ministre, une communication relative au bilan de l’action du gouvernement et à l’allègement progressif des mesures prises pour lutter contre cette pandémie.

Il a ajouté que la communication présente le bilan des mesures prises par le Gouvernement pour faire face à la pandémie du Covid-19 et de discuter d’un plan de déconfinement progressif visant à alléger les restrictions en vigueur, et permettant aux citoyens de reprendre le cours normal de leurs activités dans des conditions garantissant le maximum de précautions pour éviter la propagation du virus.

Le ministre secrétaire général du gouvernement a également passé en revue les mesures anticipatives prises par le gouvernement mauritanien dès l’apparition du premier cas du virus en République Islamique de Mauritanie, notant que le Président de la République, très attaché à tout ce qui touche à la vie des citoyens, a donné des instructions pour qu’il fasse l’allégement progressif des mesures préventives du covid-19.

« Il a été décidé qu’à partir de demain, jeudi, la prière du vendredi dans les grandes mosquées est autorisée avec un strict respect des mesures de sécurité ordinaires : port des masques, lavage des mains au savon avant l’entrée à la mosquée, la distanciation entre les fidèles et la désinfection des tapis avant chaque prière. Les marchés seront également ouverts pour permettre la reprise des différentes activités économiques, tandis que les restaurants peuvent reprendre leurs activités, à condition de servir leurs clients à domicile et il est formellement interdit aux citoyens dans les restaurants. Pour ce qui est du couvre-feu, il sera désormais de 23 à 06heures du matin. Des comités techniques étaient mis sur pied pour étudier les questions relatives à la reprise des cours, le transport entre les villes et les mauritaniens bloqués à l’extérieur. Les conclusions de leurs travaux seront rendus public ultérieurement », a-t-il, conclu.

Pour sa part, le ministre de la santé a précisé que le risque existe toujours, en dépit de l’allégement des restrictions des mesures, qui ont permis, avec l’aide d’Allah, de contenir la pandémie, qui continue à se propager dans les pays voisins et que nous devons rester vigilants.

Il a ajouté que le gouvernement évaluera la situation et s’il constate le non-respect des mesures ou la réapparition de la maladie, il rétablira des mesures plus dissuasives. Le ministre a appelé au respect des règles préventives, lavages des mains au savon, port de masques et le non attroupement dans les centres commerciaux.

Commentant le plan national multisectoriel de riposte au Covid19, le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des technologies de l’information, porte-parole du gouvernement, porte-parole du gouvernement a précisé que le Président de la République, M. Ould Cheikh El Ghazouani, a instruit le gouvernement à l’effet de donner la priorité, dans le cadre de ce plan, à la valorisation du potentiel national notamment dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de de la pêche artisanale et de faire de cette option la base du développement économique et social du pays.

Il a ajouté : Pour l’application de ces directives un comité interministériel de veille économique a mis en plan d’action comportant un certain nombre de projets qui seront financés sur le budget de l’État et avec la contribution de nos partenaires au développement.

Le ministre a enfin précisé que la communication expose les grandes lignes du Plan National Multisectoriel de riposte au Covid19, plan structuré autour de cinq piliers complémentaires suivants: i) santé; ii) planification, coordination et suivi du plan de veille économique; iii) mesures d’atténuation de l’impact socio- économique de la pandémie; iv) résilience, relance économique et accès aux services de base et v) aspects sécuritaires et prévention de la pandémie.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés