Facebook
Coronavirus- Les tests de dépistage sont-ils-fiables?   
30/04/2020

Une adolescente de 16 ans est décédée à l’hôpital Necker, à Paris, des suites du Covid-19, alors que les tests avaient d’abord été négatifs. Un cas qui pose la question de la fiabilité du dépistage du coronavirus.



 Comme l’explique le docteur Jimmy Mohamed, il y a toujours une marge d’erreur, «un test n’est jamais fiable à 100%».

 «On estime que le test de dépistage du coronavirus, dit ’PCR (un prélèvement des cellules nasales profondes, ndlr), est fiable à environ 70%», précise-t-il. Il est donc possible d’avoir des faux négatifs, c’est-à-dire, d’être testé négatif tout en étant porteur du virus.

Cela peut s’expliquer par plusieurs raisons. La première c’est que le prélèvement dans les fosses nasales se fait via une technique particulière, qui n’est pas simple.

En effet, «le coton-tige doit aller de façon perpendiculaire au palais, quasiment au niveau des sinus. C’est assez profond. Plusieurs centimètres doivent rentrer dans les fosses nasales. Cette technique de prélèvement n’est pas facile», ajoute Jimmy Mohamed.


«IL N’Y A PAS DE RETARD DE DIAGNOSTIC»
D’autre part, et c’est peut-être la vraie explication, note le docteur, «le coronavirus n’est pas retrouvé dans les fosses nasales à tout les stades de la maladie».

Au moment où l’on va réaliser le test, «le virus est peut-être par exemple dans les poumons ou dans le sang». Mais ce n’est pas forcément une histoire de délais, souligne-t-il, «chaque personne n’exprime pas le virus de la même façon».

«On peut certes faire le test trop tôt, et à ce moment-là, il n’y a pas suffisamment de virus pour qu’il soit détecté». Mais chez certaines personnes, «on n’en trouvera peut-être jamais dans les fosses nasales. Dans ce cas, on pourra faire le test cinq fois dans la semaine, et on aura toujours pas de positivité.»

Mais que le test soit positif ou négatif, dans les deux cas, «on a pas de traitement à proposer, rappelle-t-il, et donc, il n’y a pas de retard de diagnostic». «On va vous donner du paracétamol si vous avez de la fièvre, puis on va surveiller l’état du patient, et attendre une éventuelle dégradation».


«LA SEULE FAÇON DE POUVOIR LIMITER L’ÉPIDÉMIE»
Le vrai problème selon lui, c’est qu’une personne qui est testée négative, alors qu’elle est en réalité porteuse du virus, «risque alors de contaminer d’autres personnes», en pensant qu’elle n’est pas contagieuse.

Enfin, dans le cas où un test se révèle négatif, mais que les médecins ont toujours une forte suspicion de coronavirus, «il vont donc faire un scanner pulmonaire, qui est bien plus sensible et efficace que le test par prélèvement nasal», précise-t-il.

On peut également faire ce scanner directement chez les personnes à risque afin de faire un état des lieux global et savoir «si les deux poumons sont atteints, et dans quelle proportion. Si le scanner est catastrophique dès le quatrième jour, on sait que la personne a un haut risque de dégradation».

Même si les tests ne sont pas fiables à 100%, «la stratégie de dépister les gens massivement, en plus des mesures de confinement, conclut le docteur, est la seule façon de pouvoir limiter l’épidémie».
cnews


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés