Facebook
Covid-19, cet ennemi que le monde apprend encore à connaître   
16/04/2020

Depuis plusieurs semaines, le monde entier semble littéralement à l’arrêt. La faute à un virus que la planète apprend encore à connaître, alors même que l’Afrique en est aux premiers contacts avec ce qui devient la crise sanitaire du siècle.



Tout a commencé au mois de novembre 2019. Dans la ville de Wuhan, située au sein de la province du Hubei, des patients souffrent d’un mal que les médecins finissent par considérer comme une « pneumonie atypique ». Cela va continuer jusqu’à l’alerte lancée par 8 médecins chinois, dont le docteur Li Wenliang, décédé du coronavirus le 7 février dernier.

 Ils pensent que, loin d’une pneumonie atypique, l’origine du mal serait un virus semblable à celui du SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère). La maladie avait fait son apparition en Chine en 2002 avant de déclencher une épidémie mondiale en 2003. Etonnamment, le mal de Wuhan ne tarde pas à prendre les mêmes proportions.

Cela va continuer jusqu’à l’alerte lancée par 8 médecins chinois, dont le docteur Li Wenliang, décédé du coronavirus le 7 février dernier. Ils pensent que, loin d’une pneumonie atypique, l’origine du mal serait un virus semblable à celui du SRAS.

Au fil des jours, les autorités, qui accusaient les 8 médecins de propagation de rumeurs, commencent à prendre la mesure de la situation. Une dizaine de cas, une centaine, puis des milliers de cas finiront par convaincre les autorités chinoises de la gravité de la situation. En janvier, après l’alerte de l’OMS, le premier cas en Thaïlande va jeter un froid sur le reste du monde. La maladie n’est plus seulement un problème chinois, ni même asiatique. L’Italie, la France, les Etats-Unis… Le mot coronavirus va progressivement entrer dans le quotidien de tous les pays de la planète avant de  changer les habitudes de ses habitants qui, jusque-là, ne le connaissent pas vraiment.

 

Carte d’identité provisoire du Covid-19, le nouveau coronavirus

C’est en janvier 2020 qu’a réellement démarré la course contre la montre des institutions sanitaires de la planète pour cerner le virus.

 C’est en effet au début de ce mois, marqué par les premières mesures drastiques de confinement mises en place pour freiner la propagation du virus, que les médecins chinois identifient la séquence génétique du virus responsable de la maladie. Ils s’empressent de la partager avec l’OMS qui donnera les premières informations sur le virus. Ce dernier fait partie des coronavirus, une sous-famille de virus dont le nom signifie « virus à couronne », à cause de l’apparence des virions (particules virales, ndlr) sous un microscope électronique. Le virus responsable de la maladie est nommé SARS-CoV-2. Son ainé, le SARS-CoV était responsable du  SRAS, qui faisait également partie de la sous-famille des coronavirus. Le 11 février 2020, l’OMS nommera la maladie de Wuhan Covid-19. « Co » pour « corona », « vi » pour « virus » et « D » pour «  disease » (maladie en anglais, ndlr). Le chiffre 19, quant à lui, indique l’année de son apparition : 2019.

Le 11 février 2020, l’OMS nommera la maladie de Wuhan Covid-19. « Co » pour « corona », « vi » pour « virus » et « D » pour « disease » (maladie en anglais, ndlr). Le chiffre 19, quant à lui, indique l’année de son apparition : 2019.

A ce moment, l’Europe et les Etats-Unis commencent à enregistrer les premiers cas  de Covid-19. A ce moment, des théories du complot vont inonder internet, prêtant au virus, qui aurait été « créé en laboratoire », des origines proches du bioterrorisme. Finalement, des scientifiques de l’institut américain de recherche Scripps prouveront que le génome du virus est le résultat d’un processus naturel. Quant à son origine, rien n’est vraiment sûr. La piste la plus probable est celle du passage du virus d’un animal à l’être humain.

 Le principal suspect est le pangolin, un mammifère dont les écailles sont très recherchées dans la pharmacopée chinoise. Certaines pistes mènent également vers la chauve-souris. Ces découvertes vont provoquer un véritable tollé. Les deux animaux sont régulièrement vendus au marché Huanan de Wuhan, avec d’autres animaux sauvages vivants. Quoi qu’il en soit, le virus finit par toucher toute la planète avec des conséquences inimaginables. Les personnes considérant la maladie comme une simple grippe vont déchanter. Pendant ce temps, l’OMS s’attèle à faire connaître les symptômes de la maladie et les mesures barrières contre sa propagation.

 

Symptômes du Covid-19, transmission et mesures barrières

Selon l’OMS, la maladie se caractérise par des symptômes bénins à savoir : un mal de gorge, de la toux sèche, de la fatigue, des difficultés respiratoires et une forte fièvre. L’organisation précise également que certains patients peuvent présenter des douleurs, une congestion nasale, un écoulement nasal, des maux de gorge ou une diarrhée. L’OMS précise également que « certaines personnes, bien qu’infectées, ne présentent aucun symptôme et se sentent bien. La plupart (environ 80 %) des personnes guérissent sans avoir besoin de traitement particulier. Environ une personne sur six contractant la maladie présente des symptômes plus graves ».

 Ces dernières, présentant des formes sévères de la maladie, qui peut être mortelle dans leurs cas, sont la plupart du temps des personnes âgées ou souffrant d’autres problèmes médicaux comme l’asthme, le diabète, ou une maladie cardiaque.

L’OMS précise également que « certaines personnes, bien qu’infectées, ne présentent aucun symptôme et se sentent bien. La plupart (environ 80 %) des personnes guérissent sans avoir besoin de traitement particulier.

Elle se transmet par des personnes porteuses du virus essentiellement par le biais de gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche lorsqu’une personne tousse ou éternue. « Ces gouttelettes peuvent se retrouver sur des objets ou des surfaces autour de la personne en question. On peut alors contracter le Covid-19 si on touche ces objets ou ces surfaces et si on se touche ensuite les yeux, le nez ou la bouche. Il est également possible de contracter le Covid-19 en inhalant des gouttelettes d’une personne malade qui vient de tousser ou d’éternuer. C’est pourquoi il est important de se tenir à plus d’un mètre d’une personne malade », explique l’OMS. Selon l’organisation, jusque-là, le Covid-19 ne peut pas se transmettre par voie aérienne. Pourtant, la maladie, qui sera déclarée pandémie le 11 mars, affiche une capacité de propagation effrayante.

 Il faut savoir que la capacité d’un virus à se propager dans la population est établie à partir de son indice de contagion, encore appelé taux de reproduction de base (R0). Il exprime le nombre moyen d’individus qu’une personne contagieuse peut infecter dans une population où tous les individus sont sains. Si le R0 d’une maladie est inférieur à 1, cela signifie qu’une personne en infecte en moyenne moins qu’une autre. Le virus finit donc par disparaître de lui-même. À l’opposé, si le R0 est supérieur à 1, le virus prolifère. Au début du mois de mars, le R0 du Covid-19 était mesuré à 2 par l’OMS. Bien qu’il soit inférieur au R0 de la tristement célèbre grippe espagnole (2,2) et du SRAS (2,8), il faut tout de même faire attention. Le R0 n’est qu’une moyenne. En gros, un malade peut en contaminer 100, tout comme un autre peut n’en contaminer qu’un. L’indice signifie qu’en moyenne, un malade du Covid-19 transmettra la maladie à 2 personnes. Au final, les estimations de l’OMS laissent penser qu’on a affaire à une des maladies les plus contagieuses de l’histoire.

L’indice 2 signifie qu’en moyenne, un malade du Covid-19 transmettra la maladie à 2 personnes. Au final, les estimations de l’OMS laissent penser qu’on a affaire à une des maladies les plus contagieuses de l’histoire.

Pour freiner sa propagation, l’organisation va alors communiquer des recommandations à suivre dans le monde entier. Elles sont d’abord d’ordre individuel. Il s’agit essentiellement de se laver fréquemment et soigneusement les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon pour tuer le virus s’il est présent sur les mains et de maintenir une distance d’au moins un mètre avec les autres personnes qui toussent ou qui éternuent pour éviter la projection de petites gouttelettes qui peuvent contenir le virus. Il faut également éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche pour éviter que le virus, s’il est sur les mains, entre dans l’organisme. Pour les personnes qui toussent, l’OMS préconise de se couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude, ou avec un mouchoir à jeter immédiatement après, pour protéger son entourage immédiat.

 Les personnes qui ne se sentent pas bien ou celles étant allées dans des zones où la maladie s’est propagée doivent rester chez elles en quarantaine pendant 14 jours, le temps maximum qui s’écoule entre la contamination et le développement des symptômes. Enfin, les personnes s’occupant de malades doivent ajouter au lavage des mains le port de masques adéquats et l’utiliser correctement. En cas de maladie, il faut contacter les numéros mis à disposition par les autorités. En plus de tout cela, l’institution recommande aux populations de s’informer régulièrement sur la pandémie. Pour les Etats, l’OMS a préconisé le confinement de la population, la surveillance des personnes en quarantaine, le test des cas suspects et la prise en charge des malades dans des centres d’isolement. Mal appliquées ou mises en oeuvre tardivement, ces mesures n’ont pas suffi à endiguer la pandémie qui s’est révélée plus létale que prévu.

 

Des conséquences désastreuses

Dans le monde, presque tous les secteurs de l’économie sont à l’arrêt, mais l’impact économique de la maladie, dont on ne pourra réellement mesurer l’ampleur qu’une fois la crise passée, n’est pas la conséquence la plus douloureuse. En effet, selon l’Organisation internationale du travail (OIT), la maladie aurait précipité le marché de l’emploi dans sa « plus grave crise depuis la Seconde Guerre mondiale ».

  Selon les premières informations, 1,25 milliard de travailleurs seraient potentiellement touchés par une réduction de salaire ou un licenciement. La maladie a mis en confinement 4 milliards de personnes sur la planète, soit plus de la moitié de la population mondiale, dans 192 pays du monde. Mais le plus dur, ce sont les morts. Effectivement, aux premiers jours de la crise, la maladie était principalement crainte pour sa capacité de propagation, plus que pour sa létalité. Mais, au fil des jours, le monde a sombré dans la peur face au nombre de morts.

Aux premiers jours de la crise, la maladie était principalement crainte pour sa capacité de propagation, plus que pour sa létalité. Mais, au fil des jours, le monde a sombré dans la peur face au nombre de morts.

A la date du 8 avril, le virus a infecté 1,504 million de personnes sur la planète et en a tué plus de 87 000. De quoi déclencher une véritable psychose sur la planète, car, si sur les premiers territoires touchés, les chiffres commencent à reculer, les pics de décès font craindre le pire à un continent comme l’Afrique qui commence à être touché.

 

L’Afrique et le Covid-19

Le 7 avril 2020, l’Afrique a franchi la barre des 10 000 cas. Selon le bilan du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), l’Afrique comptait alors 10 075 cas du Covid-19, répartis dans 52 pays, pour un nombre total de 487 décès et 913 guérisons. Exception mondiale au début de la pandémie, le continent a pris son temps, mais a fini par entrer dans la macabre danse de la pandémie. Dès les premiers cas, la plupart des gouvernements ont pris des mesures ayant fait leurs preuves sur d’autres continents. Seulement, l’Afrique n’a pas les moyens des autres continents et tous les pays africains ne sont pas logés à la même enseigne.

Dès les premiers cas, la plupart des gouvernements ont pris des mesures ayant fait leurs preuves sur d’autres continents. Seulement, l’Afrique n’a pas les moyens des autres continents et tous les pays africains ne sont pas logés à la même enseigne.

Plusieurs raisons font craindre un scénario catastrophe à l’Afrique. Pour commencer, les pays africains n’ont pas autant accès aux kits de test que sur les autres continents et même en cas de détection, les systèmes sanitaires sont peu équipés pour faire face à la pandémie. Ensuite, des mesures comme le confinement sont difficiles à mettre en place. D’une part, sur le plan sociologique, la distanciation sociale est un concept difficile à faire accepter dans des sociétés africaines au sein desquelles les membres sont habitués à la proximité. D’autre part, sur le plan économique, la pauvreté de la population complique la mise en place d’un confinement. En effet, très peu d’Africains disposent de moyens pour se ravitailler et rester enfermés sur une longue durée. Dans la plupart des pays du continent, une grande partie de la population vit au jour le jour. Face à cette situation, plusieurs pays se retrouvent dans l’incapacité de décréter un confinement.

 En plus, les théories du complot qui fourmillent sur internet n’arrangent pas la situation. Sur la webosphère africaine, le bruit a longtemps couru que le virus avait été créé en laboratoire.

En plus, les théories du complot qui fourmillent sur internet n’arrangent pas la situation. Sur la webosphère africaine, le bruit a longtemps couru que le virus avait été créé en laboratoire.

Même si cette rumeur sera démentie par la séquence génétique du virus qui prouve qu’il est d’origine naturelle. D’autres évènements comme les nombreux articles de presse s’interrogeant, un peu trop, sur l’exception africaine au début de la vague de contamination, vont rendre la population paranoïaque. Par exemple au Nigeria, les autorités ont dû démentir une rumeur selon laquelle la 5G et ses infrastructures seraient à l’origine de la propagation du Covid-19.

Pour ne rien arranger à la psychose des populations africaines concernant tout ce qui a un rapport avec la pandémie, des propos diffusés par la chaîne de télévision LCI vont choquer le continent. Dans une séquence télévisée, Camille Locht, directeur de recherche à l’Inserm à Lille, était interrogé sur des recherches menées sur le vaccin BCG contre le Covid-19. Son interlocuteur, Jean-Paul Mira, chef de service de médecine intensive et réanimation à l’hôpital Cochin, va alors prononcer les phrases de la discorde. « Si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n’y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation, un peu comme c’est fait d’ailleurs sur certaines études avec le sida, ou chez les prostituées : on essaie des choses parce qu’on sait qu’elles sont hautement exposées. Qu’est-ce que vous en pensez ? »

Ulcérée, la réaction de l’Afrique se fera cinglante. Chefs d’Etat, sportifs et internautes vont condamner fortement ces propos pour lesquels les intéressés s’excuseront. Mais le mal est fait. En Afrique, toutes les initiatives prises dans le cadre de la lutte contre la pandémie font face à une grande méfiance de la population. Le comportement des Etats occidentaux va renforcer cette méfiance. Des articles de presse font état de détournements de commandes de masques destinées à certains pays, par d’autres.

 

Les différentes méthodes de sortie de crise envisagées

Face à la pandémie, le moyen conventionnel de sortie de crise est le vaccin contre le coronavirus. Mais les instituts de recherche ont prévenu dès le début de la crise : on ne peut raisonnablement pas espérer de vaccin avant les six prochains mois. Pendant ce temps, on ne peut a priori qu’œuvrer pour limiter la propagation. Une autre piste, rejetée par les organismes officiels, semble pourtant convenir à de nombreux pays. Il s’agit de l’utilisation de la chloroquine.

 Cet antipaludéen, dont l’utilisation est notamment préconisée par l’infectiologue français Didier Raoult suscite beaucoup d’espoir, en raison de résultats prometteurs dans le traitement de la maladie. Néanmoins, là aussi, il faut attendre les résultats des essais cliniques. Même si une grande partie de la communauté scientifique rejette ses propositions. « Les gens qui nous critiquent ne savent pas de quoi ils parlent », assure le médecin français. En attendant, le président français Emmanuel Macron s’est dit disposé à rencontrer le scientifique.

Donald Trump, le président américain accorde également du crédit à l’efficacité thérapeutique de la chloroquine. Seulement, le soutien de cet homme politique, truculent et polémique, n’est pas forcément de nature à servir la cause de Didier Raoult. « Personnellement, je pense que ce chiffre (le taux de mortalité du virus) est bien inférieur à 1 % », affirmait le président américain au début de la crise, alors même que la Chine comptait, chaque jour, les morts par centaines. Dans une interview téléphonique accordée à Fox News, en mars, Donald Trump a même déclaré que le chiffre des 3,4% avancé par l’OMS était faux.

Dans une interview téléphonique accordée à Fox News, en mars, Donald Trump a même déclaré que le chiffre des 3,4% avancé par l’OMS était faux.

En attendant, de nombreux pays, notamment africains traitent les cas de coronavirus avec ce médicament. Dans le même temps, sur le continent justement, certains médecins proposent des traitements contre le mal. Mais pour le moment, leurs solutions ne sont soumises à aucun test et sont simplement balayées du revers de la main par les autorités qui ne veulent pas prendre de risque. Pendant ce temps, le virus continue d’infecter et de tuer.

 

Coronavirus et libertés individuelles

Les mesures d’urgence nécessaires pour la lutte contre la propagation du virus ont pris des proportions qui laissent penser que la pandémie pourrait affecter définitivement certaines habitudes et possiblement participer à une réduction des libertés individuelles.

 Déjà, les opérateurs de télécommunications tracent, dans plusieurs pays du monde, les données téléphoniques des abonnés pour aider le gouvernement à vérifier que les populations respectent le confinement. En plus, de nombreuses personnes sont verbalisées dans le monde, non pas pour avoir violé le confinement, mais pour des erreurs minimes. On parle par exemple de ne pas mentionner sur les autorisations de sorties, nécessaires pour le ravitaillement, tous les articles à acheter. Dans plusieurs pays, des drones de surveillance parcourent des propriétés privées. Avant cette pandémie, la plupart de ces mesures auraient provoqué une monumentale levée de boucliers. Dans certains pays, la situation d’urgence a donné des pouvoirs quasiment illimités à des dirigeants qui affichaient déjà leurs tendances autocratiques. Ces mesures sont censées être limitées dans le temps, seulement, personne ne sait vraiment quand la pandémie sera vaincue. En effet, la planète entière continue d’apprendre à connaître le Covid-19 et ne semble pas au bout de ses peines.

(Ecofin Hebdo)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés