Facebook
Sénégal : les pêcheurs manifestent contre des mesures prises par les autorités mauritaniennes   
04/02/2020

Des dizaines de pêcheurs sénégalais ont manifesté ce mardi à Saint-Louis du Sénégal pour demander aux autorités de leur pays d’intervenir auprès de la Mauritanie pour demander l’annulation d’une mesure prise à leur encontre les



empêchant d’accéder aux eaux territoriales de la Mauritanie considérant que leurs licences avaient expiré.

Des dizaines de pêcheurs sénégalais ont manifesté ce mardi à Saint-Louis du Sénégal pour demander aux autorités de leur pays d’intervenir auprès de la Mauritanie pour demander l’annulation d’une mesure prise à leur encontre les empêchant d’accéder aux eaux territoriales de la Mauritanie considérant que leurs licences avaient expiré.

Selon les médias locaux sénégalais les manifestants en colère ont bouclé certains axes principaux, fermé l’un des ponts de la ville, mis le feu à des pneus et ont affronté la police antiémeutes.

Les pêcheurs considèrent qu’ils ont été  floués par les autorités mauritaniennes auxquelles elles ont payé la totalité des taxes exigées pour l’accès à la pêche pour une durée d’un an alors qu’ils n’ont été autorisé à pêcher que pendant deux mois seulement, après quoi on leur a signifié que leurs licences avaient expiré.

Les mêmes sources ajoutent que les garde-côtes mauritaniens ont arraisonné trois pirogues de pêche sénégalaises et confisqué leur pêche prétextant la caducité de leurs licences de pêches.

« Nous avons perdu des millions de francs CFA et nous ne pouvons pas continuer comme cela » ont déclaré les manifestants.

Les manifestants étaient particulièrement remontés contre les garde-côtes mauritaniens qu’ils accusent de brutalité, accusant par la même leur gouvernement de passivité devant cette situation.

La Mauritanie autorise des dizaines de pêcheurs sénégalais à accéder à leur ressource halieutique en vertu d’un accord signé avec le Sénégal, mais des incidents opposent assez souvent les pêcheurs sénégalais considérés en situation irrégulière aux garde-côtes mauritaniens.

 Des dizaines de pêcheurs sénégalais ont manifesté ce mardi à Saint-Louis du Sénégal pour demander aux autorités de leur pays d’intervenir auprès de la Mauritanie pour demander l’annulation d’une mesure prise à leur encontre les empêchant d’accéder aux eaux territoriales de la Mauritanie considérant que leurs licences avaient expiré.

Selon les médias locaux sénégalais les manifestants en colère ont bouclé certains axes principaux, fermé l’un des ponts de la ville, mis le feu à des pneus et ont affronté la police antiémeutes.

Les pêcheurs considèrent qu’ils ont été  floués par les autorités mauritaniennes auxquelles elles ont payé la totalité des taxes exigées pour l’accès à la pêche pour une durée d’un an alors qu’ils n’ont été autorisé à pêcher que pendant deux mois seulement, après quoi on leur a signifié que leurs licences avaient expiré.

Les mêmes sources ajoutent que les garde-côtes mauritaniens ont arraisonné trois pirogues de pêche sénégalaises et confisqué leur pêche prétextant la caducité de leurs licences de pêches.

« Nous avons perdu des millions de francs CFA et nous ne pouvons pas continuer comme cela » ont déclaré les manifestants.

Les manifestants étaient particulièrement remontés contre les garde-côtes mauritaniens qu’ils accusent de brutalité, accusant par la même leur gouvernement de passivité devant cette situation.

La Mauritanie autorise des dizaines de pêcheurs sénégalais à accéder à leur ressource halieutique en vertu d’un accord signé avec le Sénégal, mais des incidents opposent assez souvent les pêcheurs sénégalais considérés en situation irrégulière aux garde-côtes mauritaniens.

 Des dizaines de pêcheurs sénégalais ont manifesté ce mardi à Saint-Louis du Sénégal pour demander aux autorités de leur pays d’intervenir auprès de la Mauritanie pour demander l’annulation d’une mesure prise à leur encontre les empêchant d’accéder aux eaux territoriales de la Mauritanie considérant que leurs licences avaient expiré.

Selon les médias locaux sénégalais les manifestants en colère ont bouclé certains axes principaux, fermé l’un des ponts de la ville, mis le feu à des pneus et ont affronté la police antiémeutes.

Les pêcheurs considèrent qu’ils ont été  floués par les autorités mauritaniennes auxquelles elles ont payé la totalité des taxes exigées pour l’accès à la pêche pour une durée d’un an alors qu’ils n’ont été autorisé à pêcher que pendant deux mois seulement, après quoi on leur a signifié que leurs licences avaient expiré.

Les mêmes sources ajoutent que les garde-côtes mauritaniens ont arraisonné trois pirogues de pêche sénégalaises et confisqué leur pêche prétextant la caducité de leurs licences de pêches.

« Nous avons perdu des millions de francs CFA et nous ne pouvons pas continuer comme cela » ont déclaré les manifestants.

Les manifestants étaient particulièrement remontés contre les garde-côtes mauritaniens qu’ils accusent de brutalité, accusant par la même leur gouvernement de passivité devant cette situation.

La Mauritanie autorise des dizaines de pêcheurs sénégalais à accéder à leur ressource halieutique en vertu d’un accord signé avec le Sénégal, mais des incidents opposent assez souvent les pêcheurs sénégalais considérés en situation irrégulière aux garde-côtes mauritaniens.

 Selon les médias locaux sénégalais les manifestants en colère ont bouclé certains axes principaux, fermé l’un des ponts de la ville, mis le feu à des pneus et ont affronté la police antiémeutes.

Les pêcheurs considèrent qu’ils ont été  floués par les autorités mauritaniennes auxquelles elles ont payé la totalité des taxes exigées pour l’accès à la pêche pour une durée d’un an alors qu’ils n’ont été autorisé à pêcher que pendant deux mois seulement, après quoi on leur a signifié que leurs licences avaient expiré.

Les mêmes sources ajoutent que les garde-côtes mauritaniens ont arraisonné trois pirogues de pêche sénégalaises et confisqué leur pêche prétextant la caducité de leurs licences de pêches.

« Nous avons perdu des millions de francs CFA et nous ne pouvons pas continuer comme cela » ont déclaré les manifestants.

Les manifestants étaient particulièrement remontés contre les garde-côtes mauritaniens qu’ils accusent de brutalité, accusant par la même leur gouvernement de passivité devant cette situation.

La Mauritanie autorise des dizaines de pêcheurs sénégalais à accéder à leur ressource halieutique en vertu d’un accord signé avec le Sénégal, mais des incidents opposent assez souvent les pêcheurs sénégalais considérés en situation irrégulière aux garde-côtes mauritaniens.

Sahara Media


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés