Facebook
Macron veut renforcer l’alliance anti-jihadiste au Sahel   
12/01/2020

Le chef de l’État réunira lundi à Pau les présidents du G5 Sahel. Les armées déployées dans la zone paient un lourd tribut. 4 500 soldats français participent à l’opération Barkhane.



 Face à la multiplication des attaques jihadistes au Sahel, Emmanuel Macron réunira lundi à Pau (Pyrénées-Atlantiques) les présidents de cinq pays de la région. Le but ? Renforcer la légitimité contestée des militaires français déployés sur place et mobiliser les alliés européens.

Outre les présidents du G5 Sahel (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), le sommet accueillera lundi soir le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, le président de la Commission de l’Union africaine Moussa Faki et le président du Conseil européen, Charles Michel.


Légitimer la présence française au Sahel
Le président français est irrité par les critiques grandissantes contre les 4 500 soldats de la force Barkhane. Vendredi, un millier de Maliens ont encore manifesté à Bamako pour réclamer le départ des troupes étrangères, en particulier françaises.

Fin novembre, treize soldats français au Mali sont morts en opération, dont sept étaient originaires du régiment de Pau.

À Pau, Paris veut avant tout relégitimiser sa présence, explique l’Élysée, qui dénonce un narratif anti-français.


Appel à la solidarité internationale
Outre son volet politique, le sommet de Pau vise aussi à recadrer la stratégie militaire contre les jihadistes dans cette zone aussi vaste que l’Europe, et à appeler à une participation accrue des alliés internationaux, surtout européens.

Le président nigérien Mahamadou Issoufou entend ainsi lancer à Pau un appel à la solidarité internationale pour que le Sahel et la France ne soient pas seuls dans ce combat contre le fléau jihadiste, a-t-il déclaré.


4 000 morts en 2019
Pour Antonio Guterres, la détérioration de la situation sécuritaire au Mali et dans la région du Sahel est alarmante. Les groupes terroristes gagnent du terrain, avertissait-il début janvier.

Selon l’ONU, plus de 4 000 personnes ont été tuées dans des attaques terroristes en 2019 au Burkina Faso, au Mali et au Niger. Le nombre des déplacés a été multiplié par dix, approchant le million.

Ouest-France


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés