Facebook
Journée nationale de lutte contre les pratiques discriminatoires   
09/01/2020

La Mauritanie a célébré, jeudi à Nouakchott, la journée nationale de lutte contre les pratiques discriminatoires.



 A cette occasion, le commissariat aux Droits de l’Homme, à l’Action humanitaire et aux Relations avec la société civile a organisé un atelier de sensibilisation sur le danger des pratiques discriminatoires, dans le but de renforcer les performances des organisations nationales de défense des droits de l’homme.

L’atelier sera l’occasion d’une série d’exposés et d’interventions qui mettront en exergue le contenu de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale et les différents volets de la loi N°023-2018 incriminant la discrimination.

Le commissaire adjoint aux Droits de l’Homme, à l’Action humanitaire et aux Relations avec la société civile, M. Rassoul Ould El Khal, mis un accent particulier sur la protection et la préservation de la dignité humaine, sur la consolidation de la cohésion sociale et sur le dépassement des pratiques nuisibles à travers l’élimination de toutes les formes des disparités sociales entre les couches et les composantes de la société mauritanienne.

Il a souligné que l’atelier constitue un espace d’échange d’expertises sur l’ensemble des moyens susceptibles de faire face à ces questions et sur la manière de promouvoir les valeurs de tolérance et de la citoyenneté, et les principes des droits de l’homme.

Le commissaire adjoint a rappelé que la loi N° 023 – 2018 incriminant la discrimination constitue un important pas dans la lutte contre pratiques discriminatoires, d’une part, et une action concrète sur la voie du respect et de la mise en œuvre de nos engagements internationaux dans le domaine des droits de l’homme, d’autre part.

La cérémonie d’ouverture de l’atelier s’est déroulée en présence du président du Mécanisme national de Prévention de la Torture (MNPT), du secrétaire général de la Commission nationale des Droits de l’Homme (CNDH), du président du Forum des acteurs non gouvernementaux et de la représentante du bureau du Haut–Commissariat des droits de l’homme des Nations Unies à Nouakchott.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés