Facebook
Urgence pour la sécurité alimentaire au Sahel   
21/12/2019

Les productions agricoles sont globalement satisfaisantes mais pourtant l’insécurité alimentaire et nutritionnelle s’accroît au Sahel en raison notamment des niveaux élevés de l’insécurité et des conflits intercommunautaires. 



Près de 10,8 millions de personnes sont actuellement en situation d’insécurité alimentaire grave, souligne la FAO dans son rapport sur la situation au Sahel. Un chiffre qui pourrait monter à 15,5 millions de personne lors de la période de soudure (juin-août 2020), dont 7,3 millions au Burkina Faso, au Tchad, au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal.

Des niveaux élevés d’insécurité et de conflits intercommunautaires persistent dans diverses régions du Sahel, en particulier dans certaines parties du Burkina Faso, du Mali et du Niger. Les déplacements de population augmentent considérablement, avec plus de 800 000 réfugiés et près d’un million de déplacés internes dans la région, observe la FAO. En outre, si les productions agricoles au Sahel sont globalement satisfaisantes, l’accès aux champs et aux intrants est entravé dans les zones en conflit et la FAO constate de fortes disparités dans les productions céréalières entre les zones géographiques. Des déficits localisés de production et la fermeture des frontières terrestres du Nigeria ont provoqué des hausses de prix. En outre, des déficits fourragers ont été enregistrés dans l’extrême ouest du Sahel, en particulier en Mauritanie et au Sénégal, et dans certaines parties du Burkina Faso, du Tchad, du Mali et du Niger. Cela a conduit à des mouvements de transhumance précoces et augmenté le risque d’une aggravation des conflits entre agriculteurs et éleveurs.

 

Au Mali, la FAO souligne que la situation humanitaire instable s’est encore détériorée en 2019 et en particulier au cours des deux derniers mois en raison de l’augmentation des attaques de groupes armés et des conflits intercommunautaires récurrents. « Outre les faiblesses structurelles et la pauvreté chronique, les conflits et les catastrophes naturelles affectant le pays a provoqué la destruction des infrastructures, la perturbation des moyens de subsistance et les déplacements forcés, en particulier dans la région de Liptako Gourma, entraînant un accès limité aux services sociaux de base et exerçant une pression supplémentaire sur des ressources déjà limitées ». Ainsi, l’insécurité a entraîné la perte de récoltes et de bétail et perturbé les canaux de production et les marchés, entravant ainsi l’accès à la nourriture des populations vulnérables. De plus, se sont ajoutées les inondations et les pluies irrégulières affectant la production en particulier dans le centre et le nord du pays.

Au Niger, la FAO observe que l’escalade récente de la violence armée au Niger et l’intensification des conflits intercommunautaires dans les zones frontalières avec le Burkina Faso, le Mali et le Nigéria ont provoqué une crise humanitaire sans précédent dans le pays et des niveaux d’insécurité alimentaire plus élevés parmi les populations locales. Outre l’insécurité accrue, les crues soudaines depuis juillet 2019, en particulier à Agadez, Diffa, Maradi et Zinder, ont entraîné une perturbation des moyens de subsistance et des pertes du bétail. Avec une mauvaise répartition pluviométrique, le résultat de  la campagne agricole 2019/20 pourrait être compromis.

COMMODAFRICA


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés