Facebook
Reprise du rapatriement des réfugiés mauritaniens au Sénégal    
23/10/2008

Le rapatriement des réfugiés mauritaniens du Sénégal a repris mercredi 22 octobre, après un arrêt de quatre mois. 105 personnes (18 familles) ont été acheminées par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) jusqu’à Rosso, ville mauritanienne frontalière du Sénégal, où elles doivent être réinstallées.



Le dernier rapatriement avait été effectué le 1er juillet, avant que le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi soit renversé par un coup d’Etat militaire le 6 août.
Avant le coup d’ état , 4.691 négro-mauritaniens au total ont pu retrouver leur pays natal qu’ils avaient dû fuir ou dont ils avaient été chassés, entre 1989 et 1991, sous le régime de Ould Taya, à la suite d’un déchaînement de violences interethniques, dans le cadre d’un conflit entre Nouakchott et Dakar.
Les rapatriements des réfugiés ont lieu dans le cadre d’un accord tripartite entre la Mauritanie, le Sénégal et le HCR. Il doit en principe concerner quelque 12.000 candidats au retour volontaire sur un total de 24.000 réfugiés, selon le HCR.
Le Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi avait adressé le vendredi 29 juin 2007 son premier discours à la nation, après son investiture le 19 avril 2007 dans lequel il avait  abordé en donnant le ton, les questions qui divisaient les mauritaniens : l’esclavage, le passif humanitaire et le retour des mauritaniens déportés au Sénégal et au Mali. Le président Ould Cheikh Abdellahi, avait courageusement  présenté des excuses aux victimes des violations passées des droits de l’homme, notamment les mauritaniens réfugiés au Sénégal et au Mali.
"Je voudrais ici, au nom de la République, exprimer ma compassion à l’égard de toutes les victimes de ces années sombres. l’Etat assumera entièrement sa responsabilité pour assurer le retour dans la dignité de tous les citoyens actuellement réfugiés à l’extérieur du pays", avait-il déclaré.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés