Facebook
Interpellation d’un invité d’une émission de la Télévision de Mauritanie    
21/10/2008

Imam Cheikh Ould Ely et Sidi Ould Lemjad respectivement ex-directeur général de la Télévision de Mauritanie, et ex-présentateur de l’émission «Hiwar Tahte Eddaw’e»(en français, débat sous les projecteurs) ont été entendus par les gendarmes dans la soirée du mardi 21 octobre, dans le cadre d’une procédure pénale lancée contre l’un des invités de cette émission  diffusée la première décade du mois d’octobre 2008.



Imam Cheikh Ould Ely et Sidi Ould Lemjad vraisemblablement auditionnés comme témoins à charge, ont été relâchés tandisque l’invité de l’émission, l’ancien ministre Isselmou Ould Abdel Kader a été maintenu en garde à vue pour être présenté le 22 octobre devant le parquet. Selon des sources concordantes Imam Cheilkh Ould Ely a déclaré avoir donné un blame au présentateur de l’émission suite aux «dérapages verbaux» d’ Isselmou Ould Abdel Kader,   mais le présentateur Sidi Ould Lemjad a nié catégoriquement avoir reçu une quelconque demande sanction  de la part de son ex-directeur.
La brigade de Gendarmerie mixte de Nouakchott a diligenté le 21 octobre  une enquête suite  à une plainte du ministère de la Défense transmise au parquet de Nouakchott  à l’encontre d’ Isselmou Ould Abdel Kader, poursuivi par le même ministère pour ses propos au cours d’une émission de la Télévision de Mauritanie, propos  relatifs au Bataillon de la Sécurité Présidentielle (BASEP) par lesquels  Isselmou Ould Abdel Kader  avait fait part d’informations (qu’il avait déclaré ne pas confirmer) concernant la présence d’étrangers au niveau du BASEP,  considéré -avait-il dit- comme une "milice". 


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés