Facebook
Paris fixe un préalable à la visite du secrétaire d’Etat Français à la coopération   
21/10/2008

La France conditionne une visite ministérielle en Mauritanie, pour chercher une issue à l’impasse institutionnelle provoquée par le coup d’Etat, à la libération du président légitime Sidi Ould Cheikh Abdallahi, a déclaré mardi 21 octobre  le ministère des Affaires étrangères.



"Nous voulons que le président soit libéré et on imagine mal une visite de niveau ministériel dans un pays où le président légitime serait encore emprisonné", a dit à la presse le porte-parole du ministère, Eric Chevallier. Le secrétaire d’Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, avait annoncé lundi, à l’issue d’une rencontre à Paris entre l’Union européenne et la junte au pouvoir, qu’il espérait pouvoir se rendre "prochainement" en Mauritanie. Il avait précisé avoir "obtenu l’assurance" du chef de la délégation mauritanienne, le Premier ministre nommé par la junte Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, qu’il aurait "la possibilité de rencontrer le président Abdallahi". "C’est pour le rencontrer, mais pas pour le rencontrer en prison", a précisé mardi M. Chevallier, ajoutant : "Il nous paraît difficile qu’une visite puisse être organisée avec le président légitime en prison".


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés