Facebook
Le chef de la junte réagit aux pressions de l’Union Européenne   
20/10/2008

Le Général Mohamed Ould Abdel Aziz chef de la junte militaire au pouvoir en Mauritanie, a exclu lundi 20 octobre au soir, lors d’une visite à la Société Nationale d’Eau  tout "retour en arrière" exprimant ainsi son refus de rétablir le président constitutionnel  Sidi Ould Cheikh Abdallahi qu’il a déposé le 6  août par coup d’Etat militaire



Selon  le Général Ould Abdel Aziz , «la démocratie en Mauritanie se porte mieux » depuis l’éviction le 6 août de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, et «ceux qui réclament son retour ne sont que deux à trois personnes attachées à des intérêts égoïstes».
 La réaction du General Ould Abdel Aziz est intervenue le jour même de l’échec des consultations menées à Paris entre l’Union Européenne  et junte au pouvoir, représentée par son Premier ministre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf. Consultations au cours desquelles  l’Union Européenne a donné un mois aux militaires pour rétablir "l’ordre constitutionnel". En cas de refus, elle a menacé d’imposer des sanctions prévues par l’Accord de Cotonou la liant aux pays de la zone Afrique-Caraïbes-Pacifique, soit un gel de la coopération en dehors des aides humanitaires.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés