Facebook
Modou Niang : "…Dans le sport, seuls le travail et l’expérience payent…"   
18/04/2006


Tahalil Hebdo : Vous venez d’être sacré champion de Mauritanie pour la saison 2005/2006. Quel est le secret de votre réussite ?
Modou Niang : D’abord, je vous remercie de me donner l’occasion d’exprimer ma satisfaction. Je remercie Dieu pour cette réussite. Nous dédions ce titre d’abord à feu SIPPO.Je me rappelle son dernier tour au stade Olympique, alors qu’il emmenait son coach Baba Sangharé à l’entraînement, il nous disait : " Voilà les futurs champions de Mauritanie ". Et Dieu a exaucé ses vœux. C’est pourquoi, je lui dédie ce titre. Ensuite, je dédie également ce titre à ma chère famille qui m’a beaucoup soutenu et encouragé dans ce que je fais, particulièrement mon frère Lamine Niang, ainsi que mes amis et compagnons de toujours. Il n’y a pas de secret dans le sport. Seuls le travail et l’expérience payent. Cela ne nous a pas manqué surtout quand nous avons à nos côtés le doyen Birama Gaye. Cette réussite a été le fruit d’un travail de longue haleine durant toute la saison. Il s’y ajoute le sérieux et le bon comportement de nos joueurs et des différents responsables de Mauritel ayant compris que le sport est une affaire de tous. Chacun a bien joué son rôle durant tout le parcours. Et c’est le contraire de ce qui se passe dans la plupart de nos clubs.

T.H : Quelle différence y’a-t-il entre coacher à Nasr et coacher à Mauritel ?
M.N. : La seule différence c’est qu’à Nasr, j’étais entraîneur titulaire en même temps je faisais tout le travail en dehors du coaching. Tandis qu’à Mauritel, je me limitais juste à mon rôle d’entraîneur adjoint. Je ne faisais que ce que me disait mon chef à l’entraînement comme au match. Donc, je ne faisais que l’obéir dans ses instructions.

T.H : Vous êtes champion. Qu’envisagez-vous faire ?
M.N. : Logiquement, l’équipe championne doit représenter le pays à la coupe arabe d’abord, et à la ligue des champions ensuite. Ce sont ces deux évènements qui nous attendent et nous devons les préparer sur tous les plans pour une meilleure représentativité par rapport aux années précédentes. Simplement, je déplore toujours le manque de moyens et de soutien de nos clubs qui fait toujours défaut dans ce genre de compétition.

T.H : Pensez-vous que vous avez les potentialités nécessaires pour ce challenge ?
M.N. : Ça a été toujours un problème dans notre pays. Il est difficile d’avoir une équipe qui peut, seule, se représenter au niveau international sans avoir le soutien des autres clubs. Il faut recruter des joueurs pour renforcer notre potentiel actuel.

T.H : Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées tout au long de la saison à Mauritel ?
M.N. : Personnellement, je n’ai pas rencontré de difficultés pour la simple raison que la saison était courte et que tout le monde était conscient de cela et s’est mis à travailler d’arrache pied pour parvenir au résultat que nous avons obtenu.

T.H : Vous comptez donc toujours rester à Mauritel ?
M.N. : Nous sommes champions mais la saison n’est pas encore terminée. Il y a la coupe du Président. Pour le moment je me concentre sur l’essentiel.

T.H : Que pensez-vous du football mauritanien de manière générale quand on sait que jusqu’ici nous n’arrivons pas à nous hisser dans le concert des nations de football ?
M.N. : Nous avons tout le potentiel de joueurs, de techniciens, de dirigeants et de responsables. Mais le seul problème pour moi, c’est qu’il n’y a pas de coordination dans la gestion politique du football. C’est-à-dire manque de communication entre ces différents maillons.

T.H : un coup de cœur ou de gueule ?
M.N. : Pour terminer, je lance un appel aux dirigeants de notre football pour penser à la formation continue des jeunes entraîneurs pour une meilleure intégration dans le football moderne. Je remercie au passage tous les supporters et fans de Modou et Mauritel partout où ils se trouvent. Enfin je remercie le coach Moussa Ould Ghassoum de l’Académie du sport, pour son soutien et ses conseils qu’il ne cesse de me donner.
Propos recueillis par I.B.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés