Facebook
Lutte contre la pauvreté au Sahel: Coumba Gawlo African Tour arrive en Mauritanie   
19/07/2018

CoumbaGawloSeck, la star de la musique sénégalaise, ambassadrice itinérante de l’Unicef, déroule son programme African Tour dans la capitale mauritanienne. La diva sénégalaise et son groupe, en collaboration avec les artistes mauritaniens, a présenté, ...



... ce 18 juillet 2018, à l’occasion d’une conférence de presse et devant ses partenaires du système des nations unies et de la Mauritanie, la thématique de son programme de lutte contre la pauvreté au Sahel.

African Tour Programme que porte la chanteuse sénégalaise, Coumba Gawlo Seck, consiste à sensibiliser les femmes et les jeunes, à travers la musique, pour lutter contre la précarité dans la zone du Sahel. « Nous avons jugé utile, en ce 21ème siècle, d’aider les femmes à s’autonomiser financièrement, à avoir la liberté d’activité afin d’aboutir à l’entreprenariat féminin » a-t-elle dit à l’entame de son propos. «Dans le cadre du dividende démographique au Sahel, il est aussi important que les femmes se scolarisent, afin qu’elles soient représentatives dans les sphères de décisions» a-t-elle soutenu. L’objectif visé pour la star sénégalaise, c’est de faire la promotion de la femme à travers le dividende démographique au Sahel. Et c’est pourquoi, selon elle, «il est important d’avoir des relais» dans chaque pays du Sahel. «Je ne vais pas dans un pays en tant qu’artiste international mais pour travailler avec les artistes locaux dans le cadre de ce programme» dit-elle. C’est ce qui explique la présence des artistes mauritaniens tels que Seydou NourouGuèye pour la communauté pular, Koudia Mbaye, pour la petite enfance et MounaMintDendeni pour la communauté maure. Evidemment, «toutes les communautés ne peuvent pas être représentées » souligne Coumba Gawlo qui soutient qu’il s’agit juste de porter le message à travers la musique, véritable vecteur de communication. Il s’y ajoute, l’implication des ministères mauritaniens des Affaires Sociales, de l’Enfance et de la Famille (MASEF) ainsi que de la jeunesse et des sports dont les actions visent ces couches sociales.
Depuis plus de 12 ans, CoumbaGawlo, déroule ce programme, en partenariat avec les agences du Système des Nations unies telles que l’UNFPA, l’OIM, l’OMS, le HCDH, l’UNICEF et l’ONUSIDA. En Mauritanie, ce programme se déroule du 18 au 21 juillet en cours et s’articulera autour de l’autonomisation des femmes et le dividende démographique au Sahel.


L’autonomisation, la clé de liberté économique et d’émancipation des femmes

Dans le projet pour l’autonomisation des femmes et le dividende démographique au Sahel, six pays portent cette initiative qui est financée par la Banque Mondiale. Il s’agit du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad. Le projet vise l’amélioration des conditions de vie des femmes, des filles et des enfants. Le projet vise également, selon les promoteurs, «à combler le retard du Sahel en matière de transition démographique, qui, malgré une baisse rapide de la mortalité infantile, est ralentie par des taux de fécondité les plus élevés au monde». C’est pourquoi, il faut, selon les porteurs du projet, «accélérer la transition démographique et réaliser les objectifs plus larges qui consistent à déclencher le dividende démographique» dans la zone du Sahel.


Trois axes majeurs de la thématique

Le projet a trois composantes : la création de la demande pour les produits et services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle; le renforcement des capacités régionales pour l’offre de produits de santé reproductive et des actions de plaidoyer pour l’engagement politique en faveur du dividende démographique. En outre, le programme n’exclut pas la sensibilisation contre les mariages précoces et l’excision des filles. Dans ce contexte, CoumbaGawlo est revenue largement sur son expérience du terrain dans certains pays du Sahel dont le Niger où elle a déroulé d’importantes thématiques sur des sujets précis qui retardent le développement de la femme au niveau du Sahel. L’implication des leaders religieux ou d’opinion pour lever certains tabous à cause des réalités sociétales et communautaires a été un facteur important et déterminant.
A Nouakchott, trois activités seront réalisées à savoir, l’organisation, le 19 juillet d’un forum sur l’autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel, le 20 juillet, d’une soirée de gala «pour réunir les pouvoirs politiques, la société civile et privée, les décideurs et Ongs internationaux, les institutions onusiennes et toutes les bonnes volontés afin de les sensibiliser sur les thématiques », soulignent les organisateurs à travers un communiqué de presse.
L’autre activité est un concert populaire gratuit le 21 juillet au stade de Sebkha (Basra). L’objectif, c’est de réunir plus de 100.000 spectateurs, tous âges confondus autour de ce méga concert pour sensibiliser cette population sur les thématiques retenues. Les artistes mauritaniens Seydou NourouGuèye, MounaMintDendeni et KoudiaMbayeet des rappeurs mauritaniens se reproduiront sur scène avant que la grande diva sénégalaise, CoumbaGawlo, n’arrive pour casser la baraque avec à la clé, le message du principal thème : l’autonomisation des femmes et le dividende démographique au Sahel dans l’espoir que la cause sera entendue et que le projet atteindra les objectifs escomptés.
I.Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés