Facebook
Organisation à Nouakchott de l’atelier de la revue annuelle du secteur de la santé   
04/05/2018

Les travaux d’un atelier relatif à la revue annuelle du secteur de la santé organisé par la direction de la coopération, de la programmation et de l’information sanitaire au ministère de la santé, en collaboration avec les partenaires, ont démarré, mercredi à Nouakchott.



 Cet atelier vise à évaluer la situation du secteur de la santé notamment les réalisations accomplies, à identifier les problèmes et les obstacles auxquels a fait face le secteur durant l’année écoulée et de poser des esquisses pour en améliorer les performances et relever les capacités des institutions sanitaires pour les prochaines années en exécution du plan national de développement sanitaire 2017-2020.

 A cette occasion, le ministre de la santé, le Pr Kane Boubacar, a indiqué que la revue annuelle du secteur revêt une importance particulière, du fait qu’elle donne l’occasion d’une évaluation objective des réalisations obtenues au cours de l’année écoulée et permet de renforcer les acquis et d’établir un état des lieux des insuffisances et des dysfonctionnements qu’il convient de corriger.

 Cette question est au cœur des préoccupations des pouvoirs publics ainsi que le dictent les orientations du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz que le gouvernement du Premier ministre, M. Yahya Ould Hademine s’attelle à mettre en œuvre sur le terrain, dit-il.

 Le département a pu, ajoute -t-il, grâce aux moyens mis à sa disposition en 2017 par l’Etat et les partenaires au développement, recruter 416 infirmiers d’Etat et sagefemmes en plus des 369 qui poursuivent actuellement leur formation au niveau de l’Ecole Nationale de Santé Publique (ENSP), notant que les mesures pour recruter 120 médecins dont 30 spécialistes sont à leur dernière phase.

 Il a précisé qu’en matière d’infrastructures, le Centre des spécialités de Nouadhibou a vu le jour avec une capacité de 250 lits et celui de Nouakchott a fait l’objet d’une extension ainsi que le Centre Hospitalier Cheikh Zayed et l’ENSP de Nouakchott en plus du Centre Hospitalier de Boghé qui dispose d’une capacité de 50 lits. De même, 3 centres de santé de type ’’A’’ , 5 de type ’’B’’ et 89 points de santé ont été réalisés.

 A cela s’ajoute d’autres infrastructures hospitalières comme le Centre Hospitalier de Néma, le nouveau centre hospitalier d’Atar, le centre national des maladies du cœur et l’Institut national d’hépato-virologie.

 Le ministre a rappelé que la couverture sanitaire immunitaire s’est étendu à de nombreux domaines pour toucher en 2019 environ 30% de tous les travailleurs soulignant que, côté médicaments, l’approvisionnement et le contrôle ont été renforcés par la CAMEC.

 Il a demandé aux participants d’accorder une importance particulière à cette revue, de l’étudier et de trouver des solutions aux insuffisances et lacunes qu’elle permis de constater.

 Pour sa part, l’ambassadeur chef de la délégation de l’Union Européenne en Mauritanie a félicité le gouvernement mauritanien pour le développement du système sanitaire et pour l’adoption, en décembre dernier, de la loi sur la santé reproductive, ce qui représente un engagement fort de l’Etat pour améliorer la santé.

 L’atelier, qui se poursuit trois jours durant, va débattre de thèmes portant sur les ressources humaines (quantité et qualité), les infrastructures, les équipements et examiner les déséquilibres dont souffre le système avant de concevoir des approches pour atteindre les objectifs fixés.

 Prennent part à cet atelier le staff sanitaire central du ministère, les directeurs régionaux, les directeurs des établissements hospitaliers en plus de différents autres travailleurs du domaine de la santé.





AMI



Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés