Facebook
Migration: Le Réseau des femmes parlementaires mauritaniennes organise une journée d’échange   
22/02/2018

Le Réseau des Femmes Parlementaires Mauritaniennes (REFPAM), a organisé, ce 21 février 2018 à l’Assemblée nationale, en collaboration avec l’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme (AMDH), une journée d’échange parlementaire ...



... sur la migration. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du projet Loujna. Plus d’une trentaine de personnalités en majorité des femmes parlementaires du Réseau REFPAM ont pris part à cette rencontre qui a été ouverte par le vice-président de l’Assemblée nationale mauritanienne, l’honorable député Mr Mohamed Yahya Ould Kharchi.

Prenant la parole, l’honorable députée Mme Marième Baba Sy, présidente du réseau des femmes parlementaires a, à cette occasion, indiqué que son organisation s’intéresse aux questions de la migration. Elle a soutenu que lorsque  son réseau descend sur le terrain, il garde un œil plus vigilant sur la situation des migrants en Mauritanie.


La migration, un phénomène naturel …

Dans son intervention, l’honorable députée a souligné que «les droits des migrants sont souvent remis en cause dans certaines situations » et que «la Mauritanie constitue non seulement un pays de transit et d’accueil mais où le trafic des personnes au niveau de la migration est intense». Elle a aussi indiqué que des milliers de personnes se déplacent à travers le monde et donc, «la migration est un phénomène naturel »

A cet effet, l’honorable députée soutient que «les responsables et les dirigeants politiques ainsi que les gouvernements du monde entier ont le redoutable devoir de veiller à ce que la migration soit dans un contexte équitable, mutuellement bénéfique et respectueux des droits de l’homme ». Car «l’apport des migrants est énormes et contribue à la prospérité des nations». Contrairement à ce que pensent d’autres qui considèrent « la migration et les migrants comme une menace, nous en tant que parlementaires, nous avons un rôle important à jouer dans ce sens par rapport aux lois que nous votons pour voir la place des migrants et celle qu’ils doivent occuper surtout leur protection et le respect de leurs droits dans nos pays», a-t-elle dit.

Pour sa part, Mr Mbow, secrétaire général de l’AMDH, a d’abord présenté son organisation, avant de parler du contexte national, sous régional, régional et international de la migration marqué par des entraves à la libre circulation des personnes en migration.

«La Mauritanie est un pays d’émigration et d’immigration et par conséquent, les politiques et surtout les lois doivent prendre en compte les droits des personnes en transit et en résidence sur notre territoire. Parce que de façon globale, nous sommes soucieux des droits de nos compatriotes qui vivent en dehors de ce pays et c’est pourquoi, nous demandons le respect des droits des personnes étrangères en migration sur notre sol et ailleurs en générale » a souligné Mr Mbow qui, à son tour, considère la migration comme «un phénomène naturel » lié à la circulation des personnes. Du coup, note-t-il, «cette liberté qui est inscrite dans la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 en son article 13 mais aussi la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples dans son article 12, constitue un droit fondamental de la personne humaine ». «Nous retrouvons aujourd’hui (21 février 2018 ndlr), avec des personnes qui votent et discutent les lois et votre rôle est majeur dans la protection et le respect des droits des personnes en migration. Et au niveau de notre réseau Loujna qui regroupe 8 pays africains et la France, nous avons inscrits dans nos thématiques de rencontrer les parlementaires dans nos différents Etats parce que nous pensons qu’ils sont les acteurs majeurs de la migration » dit-il. Il a souligné que le réseau Loujna Tounkaranké est un collectif qui travaille au renforcement de l’accès effectif aux droits des personnes en migration à travers le soutien juridique, l’assistance d’urgence, le changement de regard sur les migrants, la sensibilisation et la prise en compte des droits humains par les autorités nationales et régionales. Et par conséquent, selon Mr Mbow, les parlementaires de façon générale, doivent être informés de toutes les questions en rapport avec la migration afin qu’ils puissent travailler à améliorer ou adapter les politiques migratoires nationales par rapport aux accords, aux conventions internationales signées et ratifiées par la Mauritanie. «Ces rencontres du genre ont été organisées dans d’autres pays comme au Sénégal, au Mali, au Maroc et au Parlement européen » renseigne-t-il.

Prenant la parole, Mr Mohamed Yahya Ould Kharchi, vice-président de l’Assemblée nationale, a souligné tout l’intérêt que son institution accorde aux questions de la migration avant de soutenir que la Mauritanie a élaboré une stratégie nationale de gestion de la migration qui doit faire l’objet de discussions avant son adoption. Il a indiqué que la problématique migratoire demande la conjugaison des efforts de tous sachant que la migration des femmes et des enfants a pris de l’ampleur ces dernières années.

Ensuite, l’honorable députée Habsa Kane, a présenté le réseau des femmes créé en décembre 2015 pour sensibiliser les femmes parlementaires sur les lois mauritaniennes. Le Réseau a été appuyé par l’union interparlementaire lui permettant d’organiser des campagnes de sensibilisation à l’intérieur du pays pour la participation politique de la femme rurale. Le deuxième volet de la sensibilisation, c’est la gouvernance foncière et enfin, une campagne accrue sur les violences faites aux femmes. Entre autres objectifs du REFPAM, l’organisation d’ateliers de formation au profit de ses membres pour mieux les outiller. C’est dans ce sens qu’il s’est intéressé aux questions de la migration, objet de cette journée d’échange parlementaire.

 

Des conventions ratifiées, l’application un problème africain

Les conventions internationales sur les droits des migrants sont ratifiées par la plupart des Etats africains. Le casse-tête se trouve au niveau de l’application effective ou tout au moins l’adaptation ou encore l’harmonisation avec les lois nationales en la matière. La Mauritanie, à l’instar des autres pays africains, n’échappe pas à ce constat. Les participants n’ont pas manqué de souligner ce problème au cours des échanges et  notamment les violations des droits des personnes en migration. Mr Daouda Sarr, chef d’antenne AMDH à Rosso (ville frontalière avec le Sénégal), a fait une présentation des différentes conventions internationales signées et ratifiées par la Mauritanie, les mécanismes nationaux de protection des droits des migrants ainsi que les conventions de l’OIT sur le travail des migrants en mettant un accent particulier sur la convention de septembre 1990 relative à la protection des droits de tous les travailleurs migrants et les membres de leurs familles. Tout comme il s’est appesanti sur les conditions d’entrée et de séjour des migrants notamment subsahariens en Mauritanie. Conditions qui constituent un véritable goulot d’étranglement pour ces migrants pour l’obtention de la carte de séjour. Un débat a été ouvert aux participants qui ont échangé sur la problématique migratoire, ont passé en revue les différents accords entre l’Afrique et l’Europe avec en toile de fonds le processus de la Valette et le problème du fonds fiduciaire auquel les Etats africains n’arrivent pas à accorder leurs violons.

Les participants ont surtout échangé sur les conditions de séjour des étrangers, leurs conditions carcérales, l’état civil et la scolarisation des enfants migrants, la traite des mineurs dont le cas emblématique des enfants guinéens qui a eu lieu au cours de ce mois de février, des questions de justice, des interpellations abusives et de la recrudescence des rafles au faciès des migrants.

Tous étaient d’accord que la question de la migration exige la création d’une synergie d’actions communes afin de trouver des solutions idoines aux problèmes qui se posent à la migration internationale de façon générale et intra-africains en particulier.

Les parlementaires ont saisi l’occasion pour dénoncer les conditions dans lesquelles, elles se trouvent confrontées lors de leurs séjours en Europe. Toutefois, elles ont promis de travailler sur toutes les questions notamment celle de la migration au sein de leur réseau et d’interpeller les autorités mauritaniennes sur les conditions de séjour des migrants en Mauritanie. Mieux, elles promettent d’être beaucoup plus regardantes sur les accords et conventions que signe la Mauritanie en matière de migration pour l’éviter à adopter des politiques migratoires aberrantes. Les femmes parlementaires souhaitent que le regard sur la migration soit changé. Car «la Mauritanie est fondée sur le socle de la migration».

I.Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés