Facebook
Investir dans la sécurité routière pourrait doper significativement le PIB des pays à faible revenu (Banque mondiale)   
18/01/2018

Selon une récente étude de la Banque mondiale, financée par l’organisation Bloomberg Philanthropies, investir dans la sécurité routière afin de diminuer les accidents de la route pourrait impacter significativement le Produit intérieur brut (PIB) des pays à revenu faible ou ...



 ... intermédiaire.

Le rapport, intitulé en anglais « The High Toll of Traffic Injuries: Unacceptable and Preventable », inaugure une nouvelle méthodologie pour estimer l’impact économique de la sécurité routière en se penchant plus particulièrement sur la situation de cinq pays : Chine, Inde, Philippines, Tanzanie et Thaïlande.

Ainsi, pour les pays qui n’investissent pas dans la prévention des accidents de la route, le manque à gagner s’élèverait entre 7 et 22 % du PIB par habitant sur une période de 24 ans.

Un sous-investissement qui se remarque essentiellement dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire qui concentrent 90 % du nombre total de décès imputables aux accidents de la route. Touchant beaucoup plus les actifs (15-64 ans) et, parmi eux, en particulier, les plus jeunes.

Les pays étudiés dans le rapport enregistraient ainsi, en 2015, un taux de 34 décès pour 100 000 habitants, contre une moyenne de 8 pour 100 000 dans les 35 pays de l’OCDE.

Comme le met en évidence le rapport, les accidents de la route ont pour conséquence d’amputer les perspectives de croissance à moyen et long terme parce qu’ils privent la population active d’adultes dans la fleur de l’âge et qu’ils font baisser la productivité, du fait des blessures graves occasionnées.

En exploitant donc les données détaillées sur les décès et les indicateurs économiques de 135 pays, l’étude parvient à estimer qu’une réduction de 10 % de la mortalité routière entraîne en moyenne une augmentation de 3,6 % du PIB réel par habitant sur une période de 24 ans.

Outre ces gains de PIB, les mesures de sécurité routière ont aussi pour effet d’améliorer le bien-être de la population relève le rapport de la Banque mondiale.

Aussi pour y parvenir, l’étude préconise un certain nombre de mesures dont, notamment la baisse et le contrôle des limitations de vitesse, la lutte contre l’alcool au volant, la généralisation du port de la ceinture de sécurité en recourant à des sanctions et des campagnes de sensibilisation. Mais également l’intégration de l’enjeu de la sécurité routière à toutes les étapes de développement des infrastructures routières (planification, conception, exploitation).







 
(Agence Ecofin)


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés