TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Le bureau-Mali de la Fondation Konrad Adenauer se penche sur la problématique du terrorisme   
26/08/2017
Un symposium international sur le terrorisme au Mali, a été organisé les 24 et 25 août 2017  à Bamako, par le  Bureau-Mali de la Fondation Konrad Adenauer dirigé par Mme Christina Wagner (photo).



Les travaux du séminaire ont été ouverts par Mr Abdoulaye Diop ministre malien des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale et ont vus la participation de hauts responsables du Gouvernement malien, des représentants des FAMAs, de l’EUCAP Sahel, de la Suisse, de la CEDEAO,  de l’Autorité de la région du Liptacko Gourma, des acteurs de la crise du Nord–Mali (CMA et Plateforme), des institutions intérimaires issues de l’Accord de paix au Mali,  ainsi que  des universitaires et journalistes.

Le ministre malien des Affaires Étrangères  M. Abdoulaye Diop a estimé que l’existence de zones de non droit ainsi que la vulnérabilité sécuritaire ne sont pas une spécificité malienne expliquant la présence de ces zones, par deux raisons : internes,  à cause des  conflits et de la criminalité transfrontalière  et extérieures,   avec les  ingérences étrangères  et les conséquences de la crise libyenne et ce, malgré que des pays voisins de la Libye (Tchad et Niger) n’aient pas eu les  problèmes du Mali.
Le patron de la diplomatie malienne  a indiqué  également  que  l’activité terroriste dans son pays  n’est plus une question exclusivement liée au Nord, et que  la présence militaire ne semble plus être la meilleure dissuasion .
En effet, il a été exposé au cours du symposium que  le centre du Mali (Mopti) sur l’axe Tenekou, Djéné, Ankas, Douentza  s’est ajouté  au   Nord-Mali en termes de zones de non droit avec 200 écoles fermées et 218 villages abandonnés par L’État à des terroristes, des identitaires et des bandits.
L’impunité érigée en règle avec les  ratissages menés par l’armée malienne ont compliqué la situation avec les violations et abus liés au  raccourci établi entre Peulhs et jihadistes
Face à tout cela,  M. Diop  a plaidé  en faveur du G5-Sahel en termes de couplage des questions de défense, de sécurité et de développement ainsi que de la mutualisation des moyens.
Les  exposés  suivis de discussions ont porté au cours des journées du symposium sur  l’état des lieux des espaces de non-droit et des sociétés parallèles au Mali ;  les liens des groupes armés avec le terrorisme ; les fondamentaux de l’idéologie djihadiste ;  l’impact de l’absence de l’Etat sur l’extrémisme violent ou la radicalisation ; les  liens entre sécurité, gouvernance et développement et les  stratégies politico-institutionnelles pour la reconquête des espaces de non-droit et la dissolution des sociétés parallèles au Mali.

Il a également été question de la comparaison du cas  du Niger par rapport au Mali et aux actions que peuvent entreprendre les organisations de la société  civile et les acteurs politiques face à la lutte contre les espaces de non-droit et aux  sociétés parallèles au Mali.
Le Mali   vit des moments de grandes interrogations aux plans politique, institutionnel et sécuritaire avec   une crise profonde  qui a pu être évitée grâce à la sagesse du Président de la République qui a décidé de surseoir au  projet de referendum pour la révision constitutionnelle,  a indiqué Mme Christina Wagner.
Des recommandations ont été formulées à  l’issue de cet important symposium,  aux États, aux organisations internationales et à la société civile.  Parmi celles-ci,  le  soutien  à l’armée malienne afin de lui permettre de faire  face à ses obligations,  le financement des outils de protection des frontières,  la promotion pour les questions liées à la gouvernance et à la sécurité,  notamment  l’inter-opérationnalité  des forces de sécurité et de défense de la zone et l’utilisation des chefferies traditionnelles en matière de prévention et  de résolution  des conflits.
IOMS


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2017 Tous droits reservés