Facebook
Un meeting syndical anti-putsch violement réprimé : Une atteinte grave aux libertés   
19/08/2008

Sept organisations syndicales mauritaniennes ont dénoncé l’usage de la violence par les forces de l’ordre pour disperser mardi 19 août leur meeting de protestation contre le coup d’Etat militaire du 6 août ayant renversé le président élu Sidi Ould Cheikh Abdallahi.



"Notre meeting était pacifique, mais à notre grande surprise, la police est intervenue pour nous déloger avec force", a relaté Samory Ould Bèye, secrétaire général de la Confédération Libre des Travailleurs de Mauritanie (CLTM).
"Des instructions ont été données pour nous chasser des lieux avec l’usage de la violence. Nous avons eu des échauffourées avec les policiers qui ont fini par appréhender certains militants, dont moi-même, puis nous avons été relâchés", a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse.
"C’est une atteinte grave aux libertés syndicales", a-t-il poursuivi, promettant de donner dans les prochains jours la réponse appropriée à cette provocation.
A noter que  quelques  centrales syndicales (fantômes pour la plupart)  ont apporté leur soutien au putsch du 6 août.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés