TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Festival Assalamalekoum 2017 : Un évènement de cultures urbaines   
30/06/2017

La 10ème édition du festival Assalamalekoum a ouvert ses rideaux ce 29 juin à Nouakchott. Cet évènement culturel de par sa programmation revêt un caractère spécifique en ce sens que cette édition place au cœur de la manifestation, la défense des droits ...



... humains. Les organisateurs l’ont fait savoir à l’occasion de la conférence de presse tenue ce jeudi 29 juin à la Communauté urbaine de Nouakchott.
Au-delà des grands concerts, Assalamalékoum Festival accueille cette année, le Ciné Droit Libre du Burkina Faso et propose une panoplie de films documentaires inédits en Mauritanie. Il s’y ajoute des rencontres avec les réalisateurs de ces films sur les droits humains mais également, le Festival traditionnel de Nouakchott, vivra un évènement de taille. La ville de Nouakchott est sélectionnée par « Arterial Network » comme « Ville Africaine Créative ». Ce programme marqué par d’innovations culturelles, s’étalera jusqu’en 2019.
Autre fait marquant, cet évènement culturel de Nouakchott, ouvre aussi la première édition du Forum des Cultures Urbaines du Sud (FOCUS) porté par des Maliens en partenariat avec trois festivals africains notamment Festa 2H du Sénégal, L’Boulevard du Maroc et sur le Fleuve Niger du Mali. Une trentaine de labels, des structures de productions et de diffusion ont été choisis parmi « les plus influentes d’Afrique et d’Europe » selon Monza et ses invités et ce, pour faciliter « la coopération, le partenariat et la circulation des compétences à travers l’Afrique et le monde». Ce sera une bonne semaine d’expression culturelle et de liberté de la parole, a soutenu le président du festival, Kane Elimane dit Monza.
Il est prévu lors de cet évènement qui aura une audience internationale, des animations, des expositions de photographies à ciel ouvert, des ateliers de formations et d’initiations, des conférences entres autres.
Il faut souligner que le Festival Assalamalekoum s’est imposé en Mauritanie comme l’évènement culturel majeur organisé pour favoriser les échanges interculturels et la circulation des artistes africain à travers leur savoir-faire du métier.
Le président du festival a par ailleurs indiqué qu’Assalamalekoum a permis de transmettre une nouvelle forme d’expression culturelle et ce, malgré le contexte politico-social qui mine l’émancipation des artistes mauritaniens. «Nous avons, en dépit de certaines embûches, pu franchir des étapes importantes et nous comptons aller de l’avant» a dit Monza. «Nous sommes une tribune de promotion pour les jeunes. Notre objectif, c’est d’émanciper les individus à travers le rap et les autres formes d’expression » soutient-il.
Pour sa part, Abdoulaye Diallo du Burkina Faso, promoteur de Ciné Droit Libre (les droits de l’homme à travers le cinéma), a indiqué que son label constitue une plateforme d’éveil de conscience créé avec la contribution d’artistes de renom, de cinéastes ou encore d’humoristes.
De son côté, Mohamed Doumbia du Mali, promoteur du Forum des Cultures Urbaine du Sud (FOCUS), a expliqué que cette musique est prédominée par le hip-hop et le rap. Avec 14 éditions à la clé, le FOCUS a fait son chemin au Mali. Tandis que Smoké, artiste musicien du Burkina Faso, l’un des artisans du balai citoyen qui a mis K.O le régime de Blaise compaoré, a soutenu «qu’on ne peut pas faire l’impasse de développer un monde. Car, c’est grâce à la culture que les pays se développent » et par conséquent, «les pouvoirs publics doivent assister les artistes et les acteurs culturels afin qu’ils puissent demeurer dignes », poursuit-il. «Passer le message à travers la musique, c’est bon, mais le faire par l’image c’est encore mieux » a-t-il dit.
Ce festival permettra donc aux jeunes mauritaniens aux talents cachés de se promouvoir et d’envisager d’autres horizons.
I.Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2014 Tous droits reservés