Facebook
Réactions au niveau national   
06/08/2008

L’APP a rendu publique, mercredi 6 aout , une déclaration dans laquelle il condamne le putsch militaire contre le président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi.




                                              Déclaration
Sur la base de sa vision et en adéquation avec ses positions constantes de principe et considérant son attachement à la stabilité et au développement du pays d’une part, et suite à la tournure dangereuse prise par les événements ce 06/08/2008, d’autre part, APP : Regrette amèrement le stade auquel est arrivée la situation du pays, en dépit des initiatives de bons offices prises par le président Messaoud Ould Boulkheir en vue d’un règlement pacifique de la crise née entre le président de la République et les Généraux.
Condamne sans réserve et réfute le coup de force dangereux tant pour la légalité constitutionnelle que pour notre expérience démocratique naissante et les acquis enregistrés en ce domaine et qui font notre gloire au niveau arabe, africain et international.
Demande instamment aux Généraux de reconsidérer leurs positions qui nous ramène aux périodes antidémocratiques d’exception ayant détruit le pays et la société.
Lance un appel pressant pour le retour à l’ordre constitutionnel et à la légalité en rétablissant le Président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi dans ses fonctions dans lesquelles le peuple mauritanien l’a investi démocratiquement.
Appelle les forces vives de la nation à réfuter le coup d’état à bannir les propagandes et les agissements qui conduisent le pays vers le chaos et la déstabilisation.
Invite la communauté internationale à rejeter ce coup de force contre la légalité.
Nouakchott, le 06 août 2008
Le Bureau exécutif

 

 

          Balla TOURE,  Secrétaire Exécutif  de Conscience & Résistance


"Fidèles à nos principes démocratiques, nous Conscience & Résistance, ne pouvons que condamner avec vigueur la déposition, par un groupe de militaires, du Président démocratiquement élu Sidi Ould CHEIKH ABDALLAHI. En attendant une déclaration plus claire des putschistes sur leurs intentions et la réunion de nos instances, voilà ce que je peux vous déclarer".

                                                                                                                                                                             
                                    Déclaration de l’AJD/MR
L’Alliance pour la Justice et la Démocratie/Mouvement pour la Rénovation (AJD/MR) a toujours estimé que la transition démocratique était ratée.  Avant de confier le pouvoir aux civils, le Comité Militaire pour la Justice et la Démocratie (CMJD) aurait du résoudre les problèmes causés par les militaires : à savoir le retour des déportés, le règlement passif humanitaire, entre autres. 
Très tôt, nous avons exprimé notre neutralité dans la crise qui opposait le Président de la République à certains parlementaires de sa majorité et avons prédit l’éventualité de sa destitution si le conflit perdurait. En toile de fond, c’était un bras de fer entre le Président de la République et les principaux artisans de la transition qui avaient activement contribué à son élection. 
Nous prenons acte que cette crise institutionnelle a eu comme issue fatale et prévisible la reprise du pouvoir par  les militaires.
Nous pensons que leur place est dans les casernes et sommes opposés à leur pérennisation  à la tête de l’Etat.    
L’AJD/MR, résolument engagée pour un retour rapide à la légalité constitutionnelle, seule garante d’un Etat de Droit :  
1.      réaffirme son attachement à la démocratie et met en garde contre tout recul qui mettrait en péril ses acquis fragiles
2.      demande la tenue d’élections générales libres et transparentes dans un délai raisonnable       
 Nouakchott le 06 août  2008
Le Bureau Politique


                                    Déclaration du RFD
Ce jour, 06 Août 2008, la haute hiérarchie militaire a pris les leviers du Pouvoir Exécutif, sous la dénomination « Conseil d’Etat », suite à la grave crise institutionnelle que vit le pays depuis plusieurs mois.

Le refus obstiné du Président de la République de voir les problèmes politiques trouver leurs solutions dans un cadre constitutionnel régulier, la conception patrimoniale qu’il avait de la chose publique, l’incurie et la gabegie de son administration face aux graves défis qui interpellent le pays ont , parmi d’autres facteurs-,eu raison de l’espoir du Peuple mauritanien de voir s’instaurer le changement  dont le pays avait besoin et qui était  tant attendu au lendemain des dernières élections présidentielles, besoin  de changement sur lequel s’accorde  l’unanimité de la classe politique.

Le Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) avait, à plusieurs reprises, tiré la sonnette d’alarme au sujet de cette attitude et de l’engrenage négatif qu’elle pouvait engendrer pour le pays tout entier. Mais en vain.

Aujourd’hui, le RFD prend acte de la nouvelle situation tout en lançant un appel pressant à toutes les forces politiques et à toutes les bonnes volontés afin que s’instaure rapidement un débat national responsable, franc et sincère dans le but d’assurer un retour rapide à une vie constitutionnelle normale, en évitant tous les dérapages préjudiciables à l’unité de notre pays et à la pérennité de l’Etat.

Nouakchott, le 06 août 2008
Le Comité Permanent


                    DÉCLARATION DES FLAM
 
 Un cartel de militaires mauritaniens constitué en "Conseil d´Etat", vient de perpétrer un coup de force, contre le Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, mettant ainsi brutalement fin au régime civil, reconnu démocratiquement élu par les populations mauritaniennes et la communauté internationale, après plus de trois décennies de pouvoirs militaires despotiques et autocratiques.
 Les Flam condamnent fermement cette conspiration des militaires devenue permanente.
L´opinion internationale devra comprendre que ces putschistes et autres colonels de la transition demeurent les responsables secrets de la crise politique et institutionnelle qu´ils ont suscitée et entretenue afin de légitimer leur forfaiture.
 En collusion avec certaines forces politiques rétrogrades et racistes, ces militaires impliqués dans le génocide des Négro-africains et partisans du Système d´exclusion, s´opposent, en réalité, à la politique de réconciliation nationale amorcée par le Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Ces généraux  et leur groupe de parlementaires allié ne veulent pas d’une Mauritanie négro-africaine et arabe réconciliée .
 Les Flam continueront de combattre inlassablement leur projet hégémonique d’une Mauritanie exclusivement  arabe.
Elles appellent   l’ensemble des forces progressistes de l’intérieur et la communauté internationale à s’opposer activement à la restauration de la dictature militaire et des régimes d´exception en Mauritanie, en oeuvrant rapidement au rétablissement du Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi dans sa légitimité et dans ses fonctions. 
 Les Flam attirent l´attention de L’Union Africaine, l’Union du Maghreb Arabe, l’Union Européenne et des organisations de défense des droits humains  sur les risques de déstabilisation du pays dont les putschistes  seront les seuls responsables.
Enfin les Flam invitent à la constitution d´un front national démocratique et patriotique du changement afin de barrer définitivement la route à la coalition des forces d´inertie.
 La lutte continue.
 Stockholm le 06 août 2008
 Pour le Bureau Exécutif national
 Le Département de la communication


                            Déclaration de la société civile en Mauritanie
     
     Notre pays traverse, depuis quelques  semaines, une profonde crise institutionnelle qui aurait pu trouver une solution conformément  aux principes de la concertation et des valeurs démocratiques qu’incarne notre Constitution.
     Cette crise a finalement aboutit à une prise de pouvoir par  l’armée.
     Face à cette situation, nous organisations de la société civile mauritanienne exprimons :
- notre position de principe contre toute prise de pouvoir par la force ;
- notre attachement à la préservation des acquis démocratiques, qui ont permis à notre pays d’être cité en exemple dans le monde arabe et africain ;
- notre attachement à la consolidation de l’unité nationale et à la paix sociale ;
Demandons le retour sans tarder à une vie constitutionnelle normale.

Signataires :
Noms / Prénoms
Ahmed o/ ZEIDAN
Mme SY Lalla Aicha
Sarr Mamadou Moctar
Pr Cheikh Saad- Bouh KAMARA
Hademine o/ SALEK
Mboirick o/ Mohamed
WANE Ibra Mamadou
Lehbouss o/ ELID
Dadde WEDDAD
Cheikh Sidia TANDIA
Mohamed o/ BAGGA
Oumoukelthoum Khaliva
Khadijétou CHEIKH
Maimouna Alpha SY
Houleye SALL
Bouhmane GYED
Med o/ Meda FALL
Khadijetou MOHAMDI
Boubacar MESSAOUD
Abdoul Aziz  NIANG
Juma o/ Meissera
Mohamed GHASTELAM
Ahmed JIDDOU o/ zein
NGAIDE Alioun Moctar
Moulaye ould mohamed Lehbib
SIDIBE Abou
Sid’Ahmed o/ HABOTT
BA Issa Sidi
Aminetou m/ ELY
Fatimetou m/ Cheikh’Ahmed
Amadou Oumar DIA
Cheikhna HAIDARA
Mine ABDALLAHI
Ba Alassane (BALAS)
Fatimetou Bnane mnt Mohamed
Taher o/ AHMED
Maitre Diabira Maroufa
Sidi El Moctar Ould Taleb
El Kowry Ould Tar
Dewel Diop
Dah ould Sid Ahmed
Yeslim Ould El Hadramy
Siyidé Mint Yengé


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés