TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Migration irrégulière et terrorisme : Le réseau des jeunes de Nouakchott en formation pour une campagne de sensibilisation   
06/02/2017

Une campagne de sensibilisation sur la migration irrégulière et l’extrémisme violent a été lancée ce samedi 4 février 2017 à la mairie d’El Mina par une formation destinée au réseau des jeunes de Nouakchott. Cette formation vise à renforcer les capacités des jeunes pour ...



... lutter contre la migration irrégulière, le crime organisé et le terrorisme en Mauritanie. Plus de 40 jeunes ont pris part à cet atelier de formation pour le lancement de cette campagne en présence des représentants des autorités locales, du ministère de la jeunesse et de l’OIM, porteur du projet financé par le gouvernement nipponne.
Dans le cadre du projet de renforcement des capacités à lutter contre la migration irrégulière, le crime organisé et l’extrémisme violent, initié par l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM), le Réseau des jeunes de Nouakchott a organisé un atelier de formation des jeunes sur ces fléaux. Il s’agit de l’association Jeunesse à l’Heure d’El Mina (Padhem/JAHE), de l’Association des Jeunes Mauritaniens pour la Culture, les Loisirs et les Techniques (AJMCLT) et le Forum Panafricain des Jeunes (FORPAJA).
Dans son intervention, Mme Tomoko Sato, gestionnaire de projet à l’OIM, a souligné l’importance des thèmes choisis et la campagne à mener pour lutter contre ces phénomènes. Elle a indiqué que l’OIM travaille avec la police, la gendarmerie, la marine pour améliorer leurs capacités dans la gestion des frontières, la sécurité et le contrôle en mer. Elle s’est en outre réjouie de la participation massive des jeunes et la présence des autorités locales et du ministère de la jeunesse.
Pour sa part, Mme Mariem Mint Abdallahi, représentante du maire a souligné l’importance de cette formation pour nos pays en développement dont les jeunes représentent 60% de la population.
De son côté, Mr Moussa Mbareck, coordinateur du réseau des jeunes de Nouakchott, il a présenté le programme de cette campagne avant de souligner tout l’intérêt pour les jeunes de s’engager dans la lutte contre la migration irrégulière et l’extrémisme violent. Car, dira-t-il, « pour que nous soyons une nation unie, il faut combattre l’extrémisme violent ». Il a également déclaré qu’une caravane sera organisée entre El Mina et Sebkha. Cette campagne de sensibilisation, a-t-il souligné, sera sanctionnée par un forum qui sera organisé le 15 mars à la CASE autour des trois thèmes : la migration irrégulière, le crime organisé et l’extrémisme violent.


Un danger pour les jeunes

On a mauvais souvenir des dangers que représentent la migration irrégulière et le terrorisme. Si la migration irrégulière a décimé des milliers de jeunes en mer, le terrorisme, lui, a causé des dégâts humains très important dans de nombreux pays d’Afrique et du monde. Le continent africain ayant payé pour les deux un très lourd tribut. C’est pourquoi, l’expert, formateur, Mr Isselmou Ould Moustapha Ould Salehi, a tenu à définir d’emblée, les différents concepts avant de démontrer leurs méfaits. Toutefois, il a également remonté l’histoire pour souligner les causes du terrorisme, de l’extrémisme violent et de l’immigration irrégulière avant d’étaler les conséquences sur les populations vivant dans la tourmente, le désarroi et la psychose. Mais aussi les mers qui ont englouti des milliers d’âmes à la recherche de l’eldorado européen. Selon les estimations, a-t-il dit, 19144 immigrés africains et maghrébins sont morts entre 1988 et 2013 avec  8479 disparus en mer.
Dans son intervention, Mr Issemou Ould Moustapha, n’a pas manqué de souligné les succès enregistrés par la Mauritanie dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent en Mauritanie.


Recommandations
Au titre des recommandations, l’expert a exhorté les jeunes de s’armer d’idéologie pertinente pour faire face à ces phénomènes. Toutefois, il a soutenu qu’il faut combattre le radicalisme sur le Web, devenu un véritable outil de communication très puissant. Il faut également engager des campagnes de récupération pour les radicaux, organiser des programmes de rééducation religieuse et d’insertion sociale.
Concernant la migration, l’expert formateur, a insisté sur la lutte contre les réseaux des passeurs, sensibiliser et conscientiser les candidats. Mieux, il faut proposer des programmes de prévention et d’autonomisation des jeunes, lutter contre le chômage, la pauvreté, le désœuvrement … principales racines du mal. Mais aussi, améliorer les gouvernances locales et assouplir les conditions de séjour des migrants.
Toutefois, les participants ont exprimé le souhait  de décentraliser ce genre de formation à l’intérieur du pays où beaucoup de jeunes se lancent dans cette aventure ambigüe aux conséquences désastreuses.
Auparavant, des débats riches et variés ont été engagés par l’ensemble des participants qui ont montré tout l’intérêt que revêt ce genre de formation sur des thèmes aussi importants que la migration irrégulière, le crime organisé et l’extrémisme violent.
I.Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2014 Tous droits reservés