Facebook
Pour avoir apporté des éclairages sur un «non lieu» : Deux journalistes derrière les grilles    
22/07/2008

La justice a ordonné le 21 juillet  l’arrestation  et l’incarcération de deux journalistes qu’elle accuse d’ «injures à l’encontre de juges »". Mohamed Nema Oumar, directeur de publication de l’hebdomadaire «Al Houriya»  et Mohamed Ould Abdel Latif, journaliste au sein du même organe, ont été arrêtés,  suite à la publication d’articles dans la dernière parution d’«Al Houriya» évoquant «la corruption»  des magistrats de la chambre d’accusation, à l’origine du  non lieu prononcé en faveur de prévenus accusés de trafic de drogue.



Les articles d’ «Al Houriya» parlaient du  partage d’un pactole de 25 millions d’UM qui aurait été « fourni par l’avocat des prévenus aux  trois juges de la chambre d’accusation».
C’est la deuxième fois en un mois  que cette publication  est traînée devant la justice . En juin dernier, son directeur Mohamed Nema Oumar  a été détenu 48 heures dans un commissariat de police et présenté à la justice sur la base d’une plainte déposée par le puissant  sénateur de Rosso Mohcen Ould El Haj, après qu’ «Al Houriya» ait évoqué dans l’une de ses éditions,  sa participation présumée à un congrès d’une association sioniste aux USA. Avec cette cascade de plaintes,  «Al Houriya» est en train de devenir un martyr de la presse mauritanienne. Au lieu de s’en prendre aux journalistes d’ «Al Houriya» ne convenait-il pas de s’interroger d’abord sur la véracité des informations apportées par ce journal ? Il y a quand même un  fait têtu. Parmi  les dizaines de prévenus accusés dans les affaires de trafics de drogue,  ceux qui restent en prison sont rares! Pourquoi donc  tant de magnanimité à l’endroit de présumés  trafiquants de cocaïne, et tant de sévérité, à l’endroit des journalistes ?


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés