Facebook
Les députés grognards réagissent à la démission du Gouvernement   
04/07/2008

C’est l’après-midi du 4 juillet,  vingt quatre heures  après la démission du Gouvernement de Yahya Ould Ahmed El Waghef, que les députés initiateurs de la motion de censure ont rendu publique un communiqué dans lequel (comme pour répondre aux sorties  antérieures de l’UFP)...  



...ils déclarent enregistrer "avec satisfaction la démission du Gouvernement, qui constitue une réponse aux attentes du Peuple  et ses représentants, et non la preuve, de la faiblesse ou de l’humiliation de quiconque".

Soucieux de fixer leurs conditions à la veille de la formation du nouveau Gouvernement, - et c’est ce  qui les intéresse-,notanment   l’exclusion dans le futur cabinet des partis (UFP et Tawassoul-(islamistes modérés)),  les députés grognards  ont indiqué  qu’en vue "d’éviter les fautes commises lors de la formation de la précédente équipe, que le futur Gouvernement doit être issu de la majorité reflétée par les élections présidentielles"pour qu’il traduise disent-ils,  le changement, la reforme et les attentes des mauritaniens. Ainsi, Changement et Reforme se revelent  l’apanage d’un camp :  Celui des députés à écrasante majorité ex-PRDS, puis  indépendants,  et maintenant,  ADIL frondeurs ou grognards en attendant de nouveaux ordres.Qu’importe!
 Esquivant le concept «Roumouz El Vessad» utilisé dans un premier temps pour s’ attirer la solidarité de  la redoutable organisation "Conscience et Resistance", les députés grognards  ont  souhaité que «des personnes aptes par leur, Nadhavetihim (en français, cela peut signifier: propreté physique ou morale, mais  le communiqué ne le précise pas),  ainsi que « leur compétence et poids électoral soient conviées pour matérialiser le contrat entre la Majorité et le Peuple». Le communiqué  précise dans une logique exclusiviste tant pour des partis, (et pour certaines communautés),  et dans une salve machiavélique, (visant à  ramener l’UFP et Tawassoul à l’opposition  démocratique et  faire revivre ainsi ,  les conflits que ces deux partis,  avaient  eu avec le RFD),  qu’«ils (les députés grognards) restent conscients de l’importance  d’une interaction positive avec l’opposition démocratique». Et d’ajouter : «Laisser une opposition forte et riche par sa diversité, donne une plus grande crédibilité au système démocratique mauritanien,  renforce ses capacités de contrôle, et constitue un mécanisme de régulation  indispensable à la vie politique nationale». En d’autres termes, l’UFP et Tawassoul qui ont des problèmes avec le RFD, chef de file de la structure de l’opposition democratique doivent revenir à cette structure, et  demander des comptes, notamment, suite à l’attribution du poste de secrétaire général de celle-ci, à Sarr Ibrahima et suite, aussi, au putsch municipal de Tevragh Zeina, dans lequel Tawassoul avait décelé  la main du RFD.  Bonjour les dégats, pour le RFD et tant mieux.
En refusant le retour de Tawassoul et de l’UFP dans la nouvelle équipe,  les  députés grognards poursuivent deux objectifs:  créer de nouveaux  problêmes à Ahmed Ould Daddah et s’opposer à  l’élargissement de la majorité présidentielle. Ce qui devait  pourtant, constituer un noble dessein pour toute majorité qui voudrait gouverner de manière confortable, dans un pays où il y a  un besoin de cohésion et de resserrement des rangs.
 IOM


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés