Facebook
«Abderrahim» est au Mali   
20/06/2008

«Tiyeb Ould Sidi Aly est au nord de Kidal(Mali). Nous comptons sur la coopération de nos amis maliens, pour l’arrêter» nous a déclaré, sous l’anonymat,  une source sécuritaire. Surnommé «Abderrahim», Tiyeb Ould Sidi Aly (voir photo) est présenté comme  dangereux et déterminé.Il  est  l’unique jihadiste toujours  en cavale, après sa participation à l’accrochage meurtrier du «Centre Emetteur».



 Accrochage qui avait  opposé le 7 avril 2008, une unité antiterroriste de la Police au  noyau dur de l’organisation salafiste-jihadiste «Ansar Allah».
Les 39  membres (ou proches) de cette organisation  (à l’exception de Dahoud Ould Sebty, le chargé de la communication de «Ansar Allah», qui n’a pas participé du reste, à l’accrochage),  ont  tous été arrêtés et présentés, le 26 mai 2008, devant le Parquet. La justice mauritanienne en a libéré 16, faute de «preuves suffisantes» tandisque 23 prévenus sont encore détenus dans un prison spéciale à l’état Major des Forces Armées, en attendant leur jugement.
«Abderrahim» était à bord de la voiture «Corolla» qui avait  brisé (avec un déluge de feu) le blocus de la police sur  une villa au «Centre Emetteur » où s’était retranché le noyau dur d’«Ansar Allah». La «Corolla» avait été enlevée quelques jours auparavant à notre ambassadeur à Washington qui  séjournait à Nouakchott.
«Abderrahim»  avait participé à l’accrochage  avec six de ses comparses, dont deux ont été tués («Oussama» et «Abou Mouadh») et quatre arrêtés, par la suite : (Maaouve, Moctar Ould Louly,  Khadim Ould Semane et Sidi Ould Sidna).
Inconnu des services de sécurité avant l’accrochage du «Centre Emetteur»,  Ould Sidi Aly est également accusé d’avoir planifié et fourni un appui considérable (sans participer directement) au braquage du fourgon de transport  des fonds du Port Autonome de Nouakchott. Une opération menée au milieu de la journée du 23 octobre 2007, et qui avait rapporté à ses auteurs (et leurs commanditaires algériens), la bagatelle de 55. 000. 000 d’ouguiyas.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés