Facebook
Les membres d’«Ansar Allah» présentés devant la justice   
30/05/2008

39 prévenus suspectés d’appartenance à l’organisation jihadiste : «Ansar Allah El Mourabitoune, vi biladi Chinguitt» arrêtés suite à  violences enregistrées ces derniers mois à Nouakchott  ont  déféré lundi  26 mai au parquet de Nouakchott.



Les prévenus étaient détenus  dans la  caserne de l’Etat Major National  où ils étaient entendus par une commission d’enquête mixte Gendarmerie/ Police. Ils  ont été présentés à la justice  par petits groupes de huit à dix, dans des cars de la Gendarmerie Nationale.
Tels les groupes de la «Jamaa Islamia» d’Egypte  responsables du meurtre spectaculaire en 1981   du président  Anouar Sadate les différents groupes  mauritaniens sont sortis des cars en criant "Allahou Akbar", "Nos morts sont au paradis, les vôtres en enfer", "Nous vous combattrons jusqu’à la dernière goutte de notre sang".
Après une journée d’auditions, le procureur de la République du Tribunal de Nouakchott a remis en liberté mardi  27 mai, 11 prévenus, parmi 39 pour "insuffisance de preuves".
Le parquet a renvoyé 28 prévenus  devant Mohamed Salem Ould Mah  juge d’instruction du 3eme Cabinet  en  demandant des mandats de dépôt pour 23 d’entre eux, la libération de cinq autres sous contrôle judiciaire et l’émission de mandats d’arrêt internationaux contre trois suspects  en fuite.
Les  28  étaient accusés par le parquet de "participation à un regroupement constitué dans l’objectif de préparer des actions terroristes et appartenance à une bande armée".
En plus de ceux pour lesquels le parquet avait demandé la mise sous  contrôle judiciaire le juge d’instruction.  Le juge  Ould Mah a prononcé la libération sous contrôle judiciaire d’un deuxième groupe de prévenus jugé dangereux et pour lequel le parquet avait demandé la mise sous mandat de dépôt. Ce qui a entraîné un différend entre le parquet et le juge et amené le parquet a dessaisir le juge du dossier. Sur fond de désaccord, le parquet avait officiellement écrit, à la chambre d’accusation pour lui demander de désigner un nouveau juge d’instruction.
Pour régler le litige, la chambre d’accusation de la Cour d’appel de Nouakchott a annulé les décisions du juge  et a décidé de placer les prévenus sous mandat de dépôt conformément à la demande du parquet tandisque le juge Ould Mah a été maintenu à son poste  et a repris  les auditions pour les 11 prévenus restants parmi les 28 accusés.
Les avocats de la défense ont tenu le 30 mai  une conférence de presse et ont  salué  la décision de la chambre d’accusation qui a maintenu le juge d’instruction ce qui a évité «une volonté manifeste du parquet d’inféoder la justice à l’exécutif».


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés