Facebook
Festival des musiques nomades : La culture à l’honneur   
09/04/2008

La 4ème édition du festival international des musiques nomades a débuté le lundi 07 avril au stade du Ksar. De nombreux artistes venus d’Afrique Subsaharienne, du Maghreb, d’Europe et du Moyen Orient étaient au rendez-vous.



Le festival a été ouvert par M. Mohamed Vall Ould Cheikh ministre mauritanien de la Culture et de la Communication en présence de M. Ahmed Ould Hamza, président de la Communauté Urbaine de Nouakchott qui a prononcé un discours à travers lequel il a retracé les contours qui font la richesse de la culture en général et mauritanienne en particulier. Auparavant, Mme Khady Mint Cheikhna, présidente du comité d’organisation du festival, a eu, elle aussi, a prononcé un discours de bienvenue aux hôtes culturels de la Mauritanie, cette terre d’hospitalité avec sa richesse culturelle qui fait d’elle le carrefour des civilisations.
Coté festival, c’est d’abord l’artiste Halpulaar Ousmane Gangué  qui a ouvert  le bal de l’évènement tant attendu dans un stade pris d’assaut dès 18 heures par le public et des mélomanes. Le public venu nombreux, n’a pas regretté son déplacement. Comme à son habitude, Ousmane Gangué et le Kodé Pinal ont fait une belle prestation donnant ainsi un avant-goût du festivalqui accueillera tous les soirs deux groupes de musique. Après Ousmane Gangué, l’orchestre Barbes a livré également une musique plaisante et y a fermé la soirée.
Le mardi soir c’était Moneim Adwan de la Palestine avec sa voix digne des ténors de l’âge d’or de la musique arabe du début du 20ème siècle qui fut  le premier des étrangers venus à l’occasion, à nous offrir une belle  musique. Les Espagnols de Ojos de Brujo lui ont succédé. Eux aussi, feront une belle prestation. Le mercredi, ce fut  le tour du Sénégalais Didier Awadi et Smadj Ehel Nana de monter sur le podium. Tandis que Fama Mbaye, sera elle avec son orchestre à Sebkha.
Une vingtaine d’autres  concerts musicaux sont organisés de manière décentralisée dans les 9 autres moughataa de la capitale mauritanienne. Et ce, pour atteindre le public de la banlieue et lui permettre de vivre l’évènement et saisir cette heureuse occasion pour rencontrer d’autres artistes.
Outre l’ambiance musicale, la 4ème édition du festival des musiques nomades est une opportunité pour les artistes mauritaniens et leurs homologues venus d’horizons divers, d’échanger des expériences et de nouer des contacts fructueux qui pourront aider à l’épanouissement de la culture, ce facteur d’intégration et de brassage.
Le Centre Culturel Français Antoine de Saint-Exupéry de Nouakchott (CCF), a servi de lieu de campement abritant un bureau d’informations, de points de presse, de conférences et de restauration. Une Khaïma (tente) a été érigée pour servir d’espace d’échanges, de rencontres et de convivialité.
Le festival qui se terminera  le 11 avril prochain, a été  sans nul doute enrichissant en dépit des évènements liés à l’affaire dite des jihadistes qui n’a pas troublé outre mesure la quiétude des populations.
Ibou Badiane


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés