Facebook
Accrochages Armée/Jihadistes : Les derniers développements   
08/04/2008

Le président de la République Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi s’est rendu il y a quelques instants au chevet des blessés policiers et militaires suite aux accrochages qui ont opposé dans la soirée du 7 avril, les forces de sécurité mauritaniennes et un groupe de salafistes-jihadistes. Ces accrochages ont fait 1 mort (l’inspecteur de Police Mohamed Salem Ould Ghallah) et 8 blessés parmi les forces de sécurité mauritaniennes.



Coté jihadistes, les affrontements ont fait un mort et un blessé dans un état critique. Sur la base d’un renseignement précis des forces de police avaient encerclé l’après-midi du 7 avril une maison située au «Centre Emetteur», quartier de Tevragh Zeina (Nouakchott). De cette maison un groupe de jihadistes est aussitôt sorti et s’est frayé (sous un déluge de feu), un passage dans le dispositif policier. Pris en chasse, deux de ses éléments ont été abattus et leur véhicule (une corolla) a été immobilisée. Les rescapés du groupe sont alors descendus à pied et on enlevé une voiture noire de marque «Hunydai» à un passant (Ould Nanne) avant de disparaître. A la maison d’où ils ont fui, ils ont semble-t-il, laissé quelques membres de leur groupe, animer une résistance. Cette maison a été encerclée par les forces de l’ordre et le quartier où elle se situe a été entièrement bouclé. Tôt la matinée du 8 avril des gendarmes d’élite du Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN) ont donné l’assaut contre cette maison qui s’est révélée vide. Où sont-ils donc passés les jihadistes supposés y être retranchés? On ne sait guère. Certaines sources ont avancé qu’ils (les retranchés) ont probablement profité de l’obscurité pour se faufiler entre les mailles du cordon de sécurité établi autour de la maison. D’autres sources avancent que tout le commando avait quitté la maison aux premiers moments de l’accrochage. En tout cas à l’issue de l’assaut lancé par le GIGN (dont les membres ont quand même fait beaucoup de boucan avec leurs grenades assourdissantes et leurs rafales), il n’y avait dans la maison que des munitions, deux grenades mais aussi des détonateurs dit-on. Un périmètre de sécurité continue à être établi autour de la maison en question. Toutes les forces de sécurité opérationnelles à Nouakchott ont repris leurs recherches depuis la matinée du 8 avril. Un hélicoptère de l’Armée a survolé toute la matinée le ciel nouakchottois. Les recherches se concentrent de plus en plus sur les zones de Teyarett et Dar Naim. Selon un expert sécuritaire le commando jihadiste apparemment très bien formé à la guérilla urbaine a trouvé il y a quelques jours un appui avec l’arrivée en Mauritanie de combattants depêchés par Al Qaida au Maghreb Islamique. Sont-ils venus en Mauritanie préparer des actions terroristes, monter un maquis jihadiste urbain, ou simplement exfiltrer Sidi Ould Sidna ? Ce sont des questions qui continuent à être posées.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés