Facebook
Accrochage entre les forces de sécurité mauritaniennes et les jihadistes (Reportage)   
07/04/2008

Des échanges de coups de feu  se sont produits  lundi 7 avril en début de soirée,  un peu avant 19 H GMT dans le quartier du "Centre Emetteur" de Tevragh Zeina à Nouakchott  entre des forces de police et un présumé groupe salafiste-jihadiste.



Les membres de groupe  étaient filés semble-t-il dans le cadre de l’enquête sur l’évasion de Sidi Ould Sidna, un des trois tueurs présumés de quatre touristes français assassinés à Aleg. Tout a commencé quand une maison de ce quartier a été  subitement encerclée par des voitures de police. Aussitôt une Toyota Corolla a jailli comme une fusée du garage de cette  maison et a tiré en direction des policiers avant de s’enfoncer au nord du "Centre Emetteur" en direction des antennes. Ce véhicule a été pris en filature par les policiers. Des éléments de la Gendarmerie, de la Garde nationale et de l’armée sont venus en renfort. L’action des forces de sécurité a semblé s’exercer en  deux directions : l’encerclement de la maison  où sont restés des membres du groupe et la traque des fugitifs qui ont réussi à briser le blocus de la police. Les habitants du quartier loin d’avoir peur sont sortis de leurs maisons pour suivre l’accrochage. Le paisible quartier du "Centre Emetteur" était en début de soirée du 7 avril, le quartier le plus militarisé de Nouakchott. Des unités militaires y patrouillaient partout.  Deux morts sont signalés sans que l’on ne réussisse à établir leur identité. Plusieurs blessés ont été enregistrés dans les rangs de la police et ont été évacués à l’hôpital national, ont rapporté des témoins occulaires. Selon certaines sources, un  premier accrochage avait eu lieu en terrain découvert, au nord d’une "ceinture verte"  et les combats se sont ensuite déplacés vers le "Centre Emetteur". Il semblerait enfin que la maison où sont retranchés les jihadistes n’était pas une planque pour eux, et que ses propriétaires sont pris en otages.
IOM


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés