Facebook
Le CCF fête les lauréats    
01/04/2008

La cérémonie de remise des prix des lauréats des concours organisés dans le cadre de la fête de la Francophonie a eu lieu lundi 24 mars 2008, au Centre Culturel Français (CCF). Plusieurs personnalités ont pris part aux festivités, parmi lesquelles, on notait la présence du Ministre de la Culture et de la Communication, M. Mohamed Vall Ould Cheikh.



Il y avait aussi le nouvel ambassadeur de France en Mauritanie, le Président de la Communauté Urbaine de Nouakchott et Président de l’Alliance franco-mauritanienne, M. Ahmed Ould Hamza, M. Isselkou Ould Izid Bih, Président de l’Université de Nouakchott, le Secrétaire Général de la Commission de l’UNESCO en Mauritanie ainsi que de plusieurs autres invités. Le CCF a, pour l’occasion mis les petits plats dans les grands pour imprimer à la soirée un cachet particulier. Ainsi, il s’est adjugé les services d’un Dj, bien connu de la place et d’une animatrice, elle, bien moins en verve lors de la soirée, pour tenir en haleine un public que les sièges de la salle de spectacle n’ont pu contenir. Plusieurs concours avaient été organisés. C’est ce qui explique la profusion des prix et la longueur de la cérémonie même si l’on a observé des pauses pendant lesquelles des musiciens et des comédiens se sont produits. La réception des prix par les récipiendaires, des mains des personnalités présentes a suscité des réactions chaleureusement applaudies par le public. La fête a été réussite.
Aussi, l’on a enregistré pour le Concours Etudiants, réservé aux étudiants du CREL et de l’Alliance franco-mauritanienne: 10 prix, le Concours Poésie, Réseau des Alliances et Concours d’Excellence du CREL : 7 prix, Dictées Senior, Junior, et CREL : 11 prix, Concours d’Ecriture et Course d’ Orientation LTFM : 17 prix et enfin, le Concours «Allons en France» : 6 prix.
Par ailleurs, il a été noté quand même que l’épreuve reine des concours qui reste la dictée a laissé sur les carreaux bien de champions qui croyaient en leur maîtrise la langue de Flaubert. A en juger par le nombre de fautes commises par les trois premiers : 18 et demi pour Madame Oumou LY, la première, 20 pour Cheikhna Aliou Diagana, le deuxième et 22 pour le troisième, Souadou N’Diaye, il reste évident que l’accord du participe passé, l’accord du nombre des mots composés, la bonne orthographe du lexique français auront pendant longtemps encore, raison des plus aguerris.
Biri N’Diaye


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés