Facebook
Brakna : Le rapatriement des réfugiés se poursuit    
31/03/2008

 Une foule nombreuse a fait le déplacement le 26 mars 2008 au débarcadère de Boghé-Escale pour accueillir un contingent  de 81 familles  longtemps parquées dans le camp de Ndioum (Sénégal). Ces familles sont originaires de Houdallahi zone relevant de la commune de Boghé.



 Cette vague  des réfugiés revenant du Sénégal est estimée à plus de 400 personnes. Elle est  composée  majoritairement  des femmes, d’enfants, et de vieilles personnes. Cette opération de grande envergure  était supervisée par le Wali Mouçaid  du Brakna en  charge des affaires administratives. Il était assisté par le Hakem de Boghé, du commandant de la compagnie et du commandant de brigade de Gendarmerie et du commissaire de police. Le HCR  était représenté par le chef du bureau de Kaédi. La  mairie de Boghé,  par le maire  M. Ba Adama Moussa.
Etait également de la partie,  la responsable de l’antenne du Commissariat à la Protection Sociale  Mme  Ba Aissata  Sileimani .Toute  âme férue d’humanisme ne saurait rester insensible face aux larmes d’une sexagénaire qui louait le maître de l’univers pour l’avoir maintenue en vie pendant toute cette période, loin des siens .   Quelques représentants  des partis politiques  comme l’Ajd/Mr et  le Plej étaient représentés par des émissaires locaux. La société civile  a  tenu une fois encore à être au chevet des rapatriés. L’Amdh représentée par son coordinateur régional en la personne de  Ciré Aliou Dioum et une assistante  Ba Aminata ont tenu à observer toutes les phases du rapatriement  avec une attention particulière. Les rapatriés  ont traversé à bord de pirogues  motorisées. L’Ong Apld en collaboration avec le HCR  a déployé  son personnel qui a aidé les revenants à embarquer à bord des bus  chargés avant de  les déposer à la maison des associations  située à  quelques mètres du Fleuve.
C’est dans ce centre que s’effectue les formalités  préliminaires: prise de  la photo et de l’empreinte digitale. Après quoi,  ils sont acheminés dans leurs sites d’accueils, cette fois la majorité des rapatriés se rendront à Houdallahi localité relevant de la commune de Boghé  d’où ils sont originaires. Ils bénéficient  d’une assistance immédiate : prise en charge de l’alimentation  durant 45 jours, une assistance à court terme  qui consiste à les doter d’un matériel de construction. La dernière phase appelée intégration  serait celle de la mise en œuvre des projets de développement  qui permettront à cette catégorie de s’épanouir en bénéficiant de conditions de vie  acceptables  en rupture avec celles ,  vécues pendant deux décennies,  dans la précarité et la pauvreté.
Kalidou Ngaidé  CP/Brakna


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2018 Tous droits reservés