Facebook
Affaire Mauritanie-Woodside : Le juge convoque les partenaires de la firme Woodside   
06/03/2006


D’après le gouvernement, les avenants incriminés entraînent notamment "la diminution de la part de l’Etat dans les revenus de l’exploitation pétrolière". Ces partenaires, l’australienne Hardman et les britanniques Premier Oil, British Gaz et Roc oil, seront entendus comme témoins, selon les mêmes sources. Le juge d’instruction avait déjà entendu la semaine dernière le directeur local de Woodside et une vingtaine de hauts responsables mauritaniens de l’ancien régime de l’ancien président Maaouiya Ould Taya, renversé le 3 août dernier par un coup d’état militaire.
Le consortium dont Woodside (40%) est le chef de file assure la production du pétrole mauritanien, qui a démarré la semaine dernière. De sources judiciaires, on précise que parmi les membres du consortium, seule British Gaz n’a pas signé ces avenants. Des experts mauritaniens proches du dossier évoquent déjà la possibilité de voir le consortium désigner un autre chef de file que Woodside. "Cette hypothèse est légalement prévue dans le cas de l’échec du chef de file ou de la volonté du partenaire principal de traiter avec un autre interlocuteur en cas de litige", a expliqué un haut responsable mauritanien sous couvert d’anonymat. Il a cependant affirmé que le gouvernement privilégierait la solution négociée avec l’entreprise australienne "tant que cela s’avèrera possible".
AFP


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés