Facebook
Le président de la République en visite en Gambie    
29/02/2008

Le président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi a effectué  vendredi 29 février  une visite officielle en Gambie, au cours de laquelle il s’entretiendra avec son homologue gambien,  Yahya Jammeh. Les entretiens entre les deux parties seront axés sur le renforcement des relations entre les deux pays.



Les deux chefs d’Etat examineront également les voies et moyens de mettre en oeuvre les accords de coopération entre les deux pays dans les domaines du commerce, du transport, de l’industrie, de la pêche, de la culture et de l’enseignement.

 

Caricatures attentatoires au Prophète des Musulmans: 2.000 étudiants manifestent à Nouakchott
Plus  de 2.000 étudiants de l’Université de Nouakchott ont manifesté le 28 février  à Nouakchott pour protester contre la publication, au nom de la liberté de la presse, de caricatures du prophète Mohamed (PSL).
"Non aux caricatures blasphématoires contre le Prophète Mohamed (PSL), oui au boycott des pays qui soutiennent les insultes contre notre prophète", ont clamé les manifestants, qui ont participé à un meeting sur le campus universitaire avant de se diriger vers l’assemblée nationale. Une fois devant l’assemblée nationale, les étudiants ont été  violemment dispersés par la police anti-émeutes qui a fait usage de gaz lacrymogènes.
Plusieurs autres manifestations d’étudiants ont eu lieu ces derniers jours à l’intérieur du pays, et des colloques ont été organisés par des partis politiques et intellectuels en réaction à la nouvelle publication des caricatures. Dix-sept journaux danois ont récemment publié, au nom de la liberté d’expression et en signe de solidarité, une caricature du prophète Mohamed (PSL)  .


Journée nationale en faveur des repatriés  du Sénégal

 L’Alliance pour la Justice et la Démocratie/Mouvement pour la Rénovation (AJD/MR), organise le 1er mars une journée de solidarité nationale en faveur des rapatriés du Sénégal.
M Sarr Ibrahima président de l’AJD/MR, qui s’est rendu sur les sites où sont installées les familles d’un premier groupe de 102 rapatriés, a estimé que leur situation précaire nécessite un sursaut de solidarité nationale.
"Nous voulons collecter le maximum de dons en faveur de ces rapatriés infortunés et nous pensons que toute la communauté nationale doit se mobiliser dans ce sens", a-t-il expliqué, estimant que le "premier retour test", effectué le 29 janvier, devait servir d’acte fondateur et encourager les autres au retour.
"Après 18 ans d’exil, les réfugiés sont traumatisés et ont besoin de se sentir entièrement chez eux et obtenir réparation des préjudices moraux et matériels subis", a estimé M. Sarr lors d’une conférence de presse organisée au siège de l’AJD/MR.
"Les partis politiques, les différentes composantes des forces vives, nous tous, nous étions absents pour leur donner ce dont ils ont besoin: retrouver ce contact perdu avec les leurs et sentir l’air du pays", a-t-il expliqué.

 

Une centaine de sahraouis du Polisario regagnent le Sahara sous contrôle marocain

Une centaine de sahraouis, en dissidence contre le  Polisario, ont gagné le 28 février  le Sahara sous contrôle marocain  par la Mauritanie. 102 hommes, femmes et enfants ont traversé la frontière mauritanienne et se sont rassemblés à Lamhiriz, une localité sur le littoral atlantique du Sahara, à 1.000 km au sud d’El Ayoun. Il s’agit de dissidents du  Polisario, qui avaient tenu un congrès à la mi-décembre à Gjijimat.


Un calendrier accéléré pour le retour des réfugiés du Sénégal

Une commission tripartite réunissant des représentants des Gouvernements mauritanien et sénégalais et du Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) a fixé le 27 fevrier  un calendrier mensuel accéléré pour le retour au pays de réfugiés mauritaniens au Sénégal.
Durant le mois de mars, entre 1.500 et 2.000 réfugiés pourront rentrer, en principe tous les mardi et jeudi, soit deux retours par semaine.
Depuis le lancement du programme d’urgence de l’ANAIR , les demandes de rapatriement se sont accélérées, se situant présentement à plus de 2.800 contre 109 seulement il y a moins d’une semaine.

 

Projet de loi sur le statut de l’opposition démocratique : L’UFP gagne, mais
Le projet  de loi proposé par  l’UFP, pour abroger et remplacer  l’ordonnance 2007-24 portant Statut de l’Opposition Démocratique, a été adopté le 24 février  par l’Assemblée nationale avec  34 voix pour, 13 voix contre,  et  quatre abstentions.  Cette structure de l’opposition démocratique était traversée par un différend relatif à la répartition des postes notamment celui de secrétaire général que les islamistes et Hatem avaient voulu attribuer à Sarr Ibrahima entraînant la fronde de l’UFP qui a estimé que les postes doivent être repartis en fonction du poids parlementaire, par lequel l’UFP est la seconde force politique, la plus représentée au Parlement. L’adoption de ce texte avec le concours de la Majorité a donné raison à l’UFP. Dans sa déclaration en date du 25 février Sarr Ibrahima s’est montré plutôt sportif à sa sortie d’une audience présidentielle en se félicitant de l’adoption par le parlement d’une loi proposée par un parti d’opposition. Le lendemain le RFD rendait publique une déclaration dans laquelle ce parti se déclare non disposé à cautionner une loi qui exclut un segment important de l’opposition.

 

Jemil  insiste sur les conditions de vie des populations
Jemil Ould Mansour, président du Rassemblement  National pour la Réforme et le Développement (RNRD-Islamistes), a été reçu en audience le 25 février, par le Président de la République,  Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi
Ould Mansour a indiqué, à sa sortie d’audience, que la rencontre lui a permis d’exposer au Président Ould Cheikh Abdellahi, son diagnostic de la situation dans le pays estimant  que l’accent doit être mis sur les conditions de vie économiques et sociales des populations.

 

Sarr demande plus,  pour les repatriés
Le Président de la République, a reçu l’après midi du 25 février  au Palais présidentiel à Nouakchott,  Sarr Ibrahima, Président de l’Alliance pour la Justice et la Démocratie/Mouvement pour la Rénovation (AJD/MR) . M Sarr a déclaré :
«J’ai eu une audience avec le Président de la République avec lequel j’ai  discuté de beaucoup de problèmes intéressant la vie nationale. J’ai voulu l’entretenir surtout de la situation de nos parents qui sont rentrés de la déportation et qui sont maintenant chez nous mais dont les conditions d’accueil sont aujourd’hui assez précaires. L’AJD/MR avait déjà effectué une visite à Rosso aux trois sites, où nous avons rencontré nos compatriotes que nous avons trouvés dans des conditions assez difficiles. Et je venais justement au Président de la République pour que des mesures d’urgence soient prises pour soulager ces populations. Je savais déjà avant aujourd’hui que le Président de la république avait donné des instructions, que l’Agence qui vient d’être mise en place a commencé le travail, que certaines dispositions sont prises et nous nous en félicitons. Nous pensons que ces premiers revenants doivent faire l’objet d’une grande attention de la part des pouvoirs publics pour encourager ceux qui ne sont pas encore revenus à revenir. Nous demandons d’ailleurs à toute la Mauritanie de se mobiliser pour que nos compatriotes reviennent dans la dignité, reprendre leur statut de mauritaniens, recouvrer tous leurs biens et assister à la construction nationale ».

 

Le Sénat veut enquêter
Lors de sa séance plénière du 25 février, le Sénat a adopté  la proposition du sénateur de Tevragh Zeina, Mohamed Ould Ghadda (indépendant) relative à la création d’une commission chargée du suivi et du contrôle du programme d’urgence du gouvernement. Ce programme d’urgence lancé en novembre 2007 avec une enveloppe de 7 milliards d’ouguiyas était destiné à  lutter contre la spéculation sur la farine, stabiliser les prix  des denrées de premières nécessité par la constitution de stocks alimentaires et financer à hauteur de plus d’un milliard d’ouguiyas des actions génératrices de revenus au profit des populations pauvres. Ce programme a eu le mérite d’avoir pu arrêter les émeutes déclenchées un peu partout en Mauritanie, à la même période.
La  commission parlementaire, regroupe le sénateur Mohamed Ould Ghadda, comme président et a  comme membres Vervoura Mint Mohamed Lemine; Mohamed Sidahmed Ould Mohamed Lemine; Mohamed Ould Beibou; Cheikh Ould Dedda; N’Diaye Sylla; Ahmed Salem Ould Boubacar Mohamed etMohamed Elhacen Ould Ahmednah.

 

Fin des travaux de la conférence des journalistes de l’Environnement
Les  travaux de la conférence du Réseau des Journalistes de l’Environnement ont pris fin la soirée du lundi 25 février  au palais des congrès sous la présidence de Aicha  Mint Sidi Bouna ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée de l’Environnement, et en  présence de Yahya Ould Kebd, ministre de la Décentralisation et de l’Aménagement du Territoire.
 Notre confrère Sid’El Moctar Ould Cheiguer  président du Réseau Africain des Journalistes de l’Environnement a déclaré dans son allocution : «Je souhaite que les choses aillent encore en avant, car notre objectif est de faire prendre conscience aux décideurs de la gravité de la situation environnementale en Afrique». Les  journalistes participants ont insisté dans leur déclaration sur  la nécessaire  prise de conscience des journalistes de la vulnérabilité de l’Afrique aux menaces environnementales et souhaité que  les chefs d’Etat considèrent la protection de l’Environnement comme une source de développement.
Le traitement de l’information environnementale a été  centre de la  réunion. L’ANEJ, créé en 2005 avec l’appui du Programme des Nations Unies pour l’Environnement PNUE), vise à sensibiliser la communauté internationale sur l’état environnemental de l’Afrique, "première victime de la détérioration de l’écosystème". La réunion de Nouakchott est la première d’une série de rencontres financées par l’union européenne (UE) et dont la prochaine est prévue au Mali en avril 2008

 

La libéralisation de l’audiovisuel passe au Parlement

L’Assemblée nationale mauritanienne a adopté samedi 23 février un projet de loi relatif à la libéralisation du secteur audiovisuel, accordant à tous les acteurs privés le droit d’exploiter le réseau de communication national.
La nouvelle loi permet aux opérateurs privés d’investir dans le domaine de l’information et de l’audiovisuel sous réserve de s’engager à respecter certaines "constantes nationales comme le respect des spécificités socio-culturelles et civilisationnelles du pays".
Ce texte vise à élever le rendement des acteurs du secteur de la presse et à garantir sa participation au processus démocratique engagé en Mauritanie.
Répondant aux questions des députés sur le projet de loi, le ministre mauritanien de la Culture et de la Communication, M. Mohamed Vall Ould Cheikh a insisté sur le fait que le gouvernement actuel est engagé sur la voie des libertés et n’a jamais pris de mesures pour les entraver au niveau des médias publics.
Les pouvoirs publics n’ont jamais exercé de pressions sur les institutions de presse pour limiter leur marge de liberté, a-t-il indiqué, précisant que dans le cadre des réformes que son département est en passe d’entreprendre, quelque 35 journaux ont été retenus et les autorités concernées traiteront avec eux sur la base des recommandations d’une étude qui vient d’être réalisée.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés