Facebook
Retour des réfugiés au Sénégal : Report du rapatriement du deuxième contingent    
22/02/2008

"Rien ne sera négligé pour bien accueillir et bien insérer nos frères réfugiés dans le tissu social de leur pays" a déclaré  Moussa Fall, Directeur Général de  l’Agence Nationale pour l’Accueil et l’Insertion des Réfugiés (ANAIR) lors d’une conférence de presse tenue le 18 février à Nouakchott.



M. Moussa  Fall a expliqué  les différentes composantes du programme de  l’ANAIR  parmi lesquelles des programmes prioritaires pour les  familles déjà de retour dans le cadre du  «retour test». Chaque famille sera dotée de la valeur de 700.000 UM  (1,4 million de F CFA) sous forme de moyens de travail. Les familles seront également  dotées d’équipements qui leur permettront de régler leurs problèmes quotidiens en attendant le démarrage des grands projets, prévus dans une année, a précisé  le Directeur de l’ANAIR. Il existe aussi des  programmes à long termes qui  porteront sur des infrastructures de base comme les écoles, les centres de santé, les routes, les points d’eau, l’aménagement des terres, la formation professionnelle et le financement des activités génératrices de revenus. L’ANAIR  -a précisé Moussa  Fall- oeuvrera de concert avec les autorités publiques pour régler les éventuels problèmes fonciers et autres qui surgiraient, soulignant  que la Mauritanie dispose de 150.000 hectares cultivables sur la vallée du Fleuve Sénégal dont 10.000 seulement sont exploités. Des études relatives aux grands  projets seront lancées dans les semaines à venir sous la supervision d’un cabinet spécialisé, et  des requêtes de financement seront adressées aux partenaires de la Mauritanie."Chacun d’entre nous, quelqu’en soit sa position, doit tout entreprendre pour la réussite de l’opération retours de nos frères réfugiés et la communauté nationale entière doit répondre aux exigences des temps présents" a déclaré  Moussa Fall. Après avoir passé en revue les composantes de l’ambitieux programme d’accueil et d’insertion conçu par les autorités,   le directeur de l’ANAIR  a informé la presse que  les problèmes des terres des familles installées à Medina Salam (arrondissement de Tekane) ont trouvé une solution grâce à  428 hectares remis par le député El Ghassem Ould Bellali au Directeur de l’ANAIR, lequel  a tenu à remercier  Ould Bellali  pour son geste «patriotique de grande portée». Il est à  noter que les 428 hectares en question  avaient  été attribués à El Ghassem Ould Bellali en 1988,  bien avant les événements de 89, qu’il n’a donc spolié, ni déporté personne, et que les terres en question sont déjà aménagées et  intéressaient des investisseurs espagnols. Par ce geste honorable,  le député  El Ghassem a voulu concrètement apporter sa contribution  à une opération nationale. Son  geste,  il faut l’espérer doit servir d’exemple dans  une dynamique  participative au niveau national et ne  doit pas surtout  susciter l’envie des cupides et  les commentaires mesquins.  
Pourquoi le report ?
Après l’arrivée d’une première vague de 102 personnes le 29 janvier, 82 négro-mauritaniens, réfugiés au Sénégal devaient être  rapatriés le 22 février. Dans la  conférence de presse organisée le 18 février M Moussa Fall a déclaré qu’un  second contingent de 82 personnes devait être  accueilli le 22 février sur trois sites préparés à cet effet dans la région de Boghé. Cette deuxième opération devait  porter à 184 le nombre de réfugiés négro-mauritaniens rapatriés en moins  d’un mois. Néanmoins   le rapatriement de ce deuxième groupe, allait se faire  à la lumière des résultats d’une évaluation du premier "retour-test" au cours d’une réunion tripartite Sénégal-Mauritanie-Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) prévue mardi 19 février à Nouakchott.Or cette réunion entre le Sénégal, la Mauritanie et le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) initialement annoncée pour mardi 19 février, a été reportée au 27 février. L’ajournement de cette réunion a  entraîné le report du rapatriement en Mauritanie  de 82 réfugiés Mauritaniens prévu le 22 février. "La réunion est reportée pour des raisons techniques et de calendrier, notamment en raison de l’absence du Sénégal du ministre de l’Intérieur (Ousmane Ngom) qui pilote l’opération côté sénégalais, actuellement en mission à l’étranger", a déclaré  Kane N’Diawar, responsable de l’accueil des réfugiés au niveau de l’ANAIR. La réunion avait été reportée une première fois le 17 février également pour des "questions d’organisation", a rappelé Kane N’Diawar , précisant que le retour du second contingent de 82 personnes le 22 février n’est plus confirmé.

Les Flam dénoncent les «manquements»  et le Fonadh la «gestion peu transparente»
Les Forces de libération africaines de Mauritanie (Flam), mouvement négro-mauritanien en exil, ont dénoncé le 21 février  des "manquements" dans le début du rapatriement fin janvier de Négro-Mauritaniens réfugiés au Sénégal depuis des violences ethniques entre 1989 et 1991. Dans un communiqué les Flam affirment "déplorer les manquements graves ayant caractérisé le rapatriement du premier contingent des déportés" le 28 janvier. Ces réfugiés "ont été réinstallés dans des sites d’accueil non viabilisés, c’est-à-dire sans eau potable, sans latrines, sans assistance médicale d’urgence", estime le communiqué. Les Flam critiquent par ailleurs "avec véhémence l’improvisation, la précipitation du premier rapatriement et recommandent "d’associer les représentants légitimes" des réfugiés à toute opération future. Le 20 février , une ONG mauritanienne, le Forum des organisations nationales de droits humains en Mauritanie (Fonadh), avait accusé le HCR de "gestion peu transparente" de la question du retour des réfugiés.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2019 Tous droits reservés