Facebook
Attaque du 1er février : Six suspects libérés faute de preuves    
19/02/2008

Six présumés jihadistes interpellés dans le cadre de l’enquête sur l’attaque le 1er  février de l’Ambassade d’Israël ou de la boite de nuit «VIP», ont été déférés lundi  18 février devant le parquet de Nouakchott et libérés faute de preuves. Il s’agit de Sidi Ould Habott, Alioune Ould Mbaye, Sidi Mohamed Ould Tlamid,  Mohamed Ould Weiss et deux tunisiens Wayel Zribi et Abdel Karim Bouarawi.



Leur interpellation a été effectuée sur la base de profils et signalements établis par les enquêteurs à la suite de l’audition des témoins de l’attaque,notanment des clients de la boite de nuit «VIP». Ces signalements n’ont pas permis en definitive  l’identification des assaillants et pourraient  donc avoir  été donnés  par les clients du «VIP»; soit sous le choc de l’attaque,  sinon sous l’effet du Whisky.  Parmi les personnes déférées, deux  jihadistes connus des services de sécurité, ayant  déjà séjourné dans les camps de l’ex-GSPC au nord du Mali mais leur implication dans l’attaque du1er  février revendiquée par Al-Qaïda n’a pas pu être  établie.
Un seul prévenu  arrêté simultanément avec les suspects élargis le 18 février est resté  en détention. Il s’agit de Brahim Ould Sidi alias Abderrahmane «Ellibi» (photo) cité par les auteurs de l’attaque d’Aleg comme membre de leur cellule jihadiste. Son dossier sera donc joint à celui de l’attaque d’Aleg et ne semble pas être en relation avec l’attaque du 1er février.   Cette attaque avait fait trois blessés, une française et deux franco-mauritaniens. Aucun membre du personnel de l’ambassade d’Israël en Mauritanie n’avait été blessé lors de cette attaque.


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés