Facebook
Exclusif, les premières révélations sur l’enquête concernant les meurtres des touristes français : «Quand nous leur a avons de monter avec nous, ils ont commencé à rire et à se moquer de nous»   
05/02/2008

Les circonstances qui ont entouré le  meurtre des touristes français à Aleg,  commencent  à s’éclaircir, après le déferrement des prévenus impliqués de prés ou de loin dans  cette affaire. Première révélation, les meurtriers des touristes français ne les ont pas suivi  de Nouakchott,  comme l’avait souligné le ministre de l’intérieur Yall Zakaria.



C’est plutot du  restaurant  «Zem Zem»  à la sortie Est de Boutilimit (150 kms à  l’Est de Nouakchott)  que les meurtriers présumés avaient suivi le 24 décembre,  leurs victimes.  Et c’est à plus de 100 kms , toujours plus à l’Est de cet endroit, que le crime a été commis. Sur les circonstances du meurtre,  l’enquête a révélé que les meurtriers présumés avaient  dans un premier temps dépassé leur victimes puis sont revenus les surprendre alors qu’elles (les victimes)  déjeunaient  sous un arbre, au bord de la route.
«Quand nous  leur avons  dit de monter avec nous, ils ont commencé à rire et à se moquer de nous» indique l’un des suspects. Et d’ajouter : «Puis subitement, l’un d’eux a fait un bond en direction de l’une de leurs  oitures» precise-t-il. «Nous avons pensé qu’il allait récupérer une arme et Abou Mouslim a fait feu, le blessant à la jambe» déclare l’un des suspects. «Nous les avons dépossédés de leurs passeports et de leur argent (4000 Euros), puis, nous sommes partis, mais notre «Emir» nous a donné l’ordre de revenir et de les liquider,  ce qui a été fait.» souligne-t-il.
L’enquête a fait ressortir plusieurs  autres élément troublants : Moustapha Ould Abdel Kader alias «Abu Said» n’a pas été associé à la préparation du crime et n’a pas non plus été informé de sa mise en œuvre. Quand les trois suspects  après avoir abandonné leur véhicule sont venus le voir à Lehleiwa, ce fut pour lui demander de leur chercher un transporteur qui les amènera à Boghé où ils partaient disaient-ils «en mission de prêche». Deuxième élément : l’arme du crime a été cachée chez une tante de l’un des membres du commando alors que les enquêteurs  déclaraient l’avoir trouvée dans une décharge publique à Aleg. Troisième élément: les trois meurtriers présumés  étaient déjà à Boghé le 24 décembre à 15 GMT. Puis ils se sont dirigés à Richard Toll et  Dakar où ils sont restés quelques jours et d’où ils ont établi des contacts avec l’ex-GSPC l’informant de l’exécution d’une opération «jihadiste». Pourquoi sont-ils allés  dans  des diverses directions ?
 L’enquête révèle que Ould Sidna et Ould Chabarnoux ont constaté que leurs photos étaient déjà publiées sur les journaux sénégalais à leur arrivée à Dakar,  alors que celle de Maarouve ne l’était pas encore. «C’était lui qui pouvait donc voyager jusqu’au nord du Mali sans être inquiété. Nous lui avons donné les passeports des touristes français pour qu’ils soient diffusés par l’organisation qui nous a demandé de partir en Guinée Bissau».Comment ont-il financé l’opération avec l’achat de véhicule et l’arme du crime ? « Nous volons et vendons les voitures après leur avoir falsifié des nouvelles cartes grises. Nous en avons vendu une au «Wali» du Brakna et une autre en Gambie qui nous rapporté 16 000 dollars» a déclaré l’un des principaux suspects. Sont-ils responsables de l’attaque du fourgon de transport des fonds le 23 octobre 2007 à Nouakchott ?«Non, mais il est possible que cela soit l’œuvre de l’une des dizaines de cellules qui opèrent à Nouakchott et que nous ne connaissons même pas»
Comment sont-ils devenus des jihadistes ? Réponse : « En écoutant les cassettes de prêche de Abou Mouss ab Zarkawi, de Oussama ben Laden et de Ayman Adhawahiri» avoue un suspect.
IOM


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés