Facebook
La branche de l’ex-GSPC au Nord du Mali aurait changé de Chef: Mokhtar Belmoctar remplacé par Abdelhamid Essoufi   
08/02/2008

C’est le journal algérien «Al Khabar» qui a rapporté la nouvelle, le 3 février sur son site internet : le commandement effectif  de «Katibate El Moulethémine » (en français, le Bataillon des Hommes Voilés) est passé de Mokhtar Belmoctar au dénommé Abdelhamid Essoufi après le ralliement de la plupart des éléments du bataillon d’«El Moulethémine» à ce dernier.



La «Katibate El Moulethémine » et celle de «Tarek Ibn Ziyad », toutes les deux, sous les ordres de Belmoctar, constituaient les deux phalanges de l’ex-GSPC au nord du Mali, chargées du soutien et du ravitaillement  des premieres lignes  du  GSPC en Algérie,  devenu depuis janvier 2007,  Branche d’Al Qaida au Maghreb Islamique (BAQMI). Ces deux Katibates (bataillons) qui ont commencé depuis 2002 à recruter parmi les ressortissants des pays du Sahel,  ont mené une opération conjointe, en juin 2005, contre le poste militaire de Lemgheiti. En plus des 15 soldats mauritaniens tués, six  salafistes, dont 5 algeriens et 1 mauritanien  ont également trouvé la mort au cours de cette attaque meurtrière.  Le nouveau changement intervenu à la tête du GSPC au Mali ne s’est pas accompagné d’une information supplementaire quand au sort réservé à  Belmoctar qui avait su jusqu’ici, s’accommoder des changements qui surviennent souvent à la tête  du GSPC, depuis Hassan Hattab en passant par Nabil Sahraoui jusqu’à Abou Moussaab Abdel Weddoud Droudkel. La décision du remplacement de Belmoctar intervient-elle après son éventuelle disgrâce ou sa mort ? Si, non, a-t-elle été avalisée par la Jemaa d’ «El Hal wal Aghd » (parlement salafiste). A-t-il pris le commandement d’une autre Katiba ? S’est-il rendu aux autorités algériennes ? A-t-il été liquidé par l’organisation ?
Mokhtar Belmoctar avait succédé en 2004 à Abderrazak le Para à  la tête du GSPC au Sahel. Ce dernier, est l’auteur du rapt des touristes européens en 2003 pour la libération desquels il avait obtenu une rançon de 5 millions d’euros. Le Para  avait été capturé par des rebelles tchadiens en mars 2004 et livré quelques mois après aux autorités algériennes, via la Libye. Selon la presse française qui l’avait présenté comme un «étrange Ben Laden du Sahara» il emargerait à la Securité Militaire algerienne, et serait actuellement libre de ses mouvements en Algérie. C’est le même Para,  bien avant Belmoctar,  qui  avait procédé à partir de 2003 au premiers recrutements de jeunes salafistes mauritaniens par le biais de salafistes sahraouis du Polisario. Après son arrestation  au Tibesti (Tchad) le commandement du GSPC au Sahara était passé entre les mains de Mokhtar Belmoctar. Ce dernier n’a pas mené des opérations d’envergure à part l’attaque de Lemgheiti. Selon les aveux d’un jihadiste mauritanien Abou M… arrêté en août 2006, Mokhtar Belmoctar  en plus de son soi disant Jihad contre les «impies et les croisés» racketterait parfois les trafiquants de drogue qui sillonnent le Sahel. La designation de «Essoufi» à la place de Belmoctar reste cependant compréhensible .Essoufi  était un des  adjoints de Belmoctar parmi lesquels  il y avait Abdel Hamid (Essoufi ?),  Abd El Hagh,  Abou Khaled,  et  Abou Khouzeime. Il convient  surtout  de se demander si la désignation de «Essoufi» n’est pas surtout intervenue après l’annonce par «Al Khabar» de la liquidation de cinq islamistes armés, dont l’ «Emir» de la branche maghrébine d’Al-Qaïda au Mali (Belmoctar?), lesquels ont été tués samedi 2 février , par l’armée algérienne dans le Sahara, à Roud-Ennous, au sud de Ouargla (800 Kms au sud d’Alger). Si c’est le cas, ce sera une excellente nouvelle pour les orphelins de Lemgheiti.
IOM


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés