TAHALIL en Arabe
ÊÍÇáíá
ÇáãæÞÚ ÈÇáÚÑÈíÉ


Facebook
Que retient-on de 2014 ?   
01/01/2015

L’année 2014 a débuté avec l’annonce de la création d’un tribunal de répression de l’esclavage, l’organisation  du deuxième tour d’une élection municipale et législative largement boycottée et la publication d’un article blasphématoire du Prophète Mohamed (PSL).



Des  sujets encore  à la Une, en ce début de 2015, comme si le temps,  a suspendu son vol.

Le tribunal pour l’esclavage n’a pas encore siégé. Ce sont  des anti-esclavagistes qui sont à la barre de la correctionnelle de Rosso dont le verdict est attendu le 15 janvier. 
L’élection sénatoriale annoncée le 31 décembre  pour mars 2015, sera évidement boycottée comme les précédentes et  les réactions fusent aujourd’hui après la condamnation à mort en première instance et certainement pour la forme de l’auteur de l’article blasphématoire.

Des faits  à  similitude frappante se sont produits en 2014. Des marcheurs avec revendications à partir du Brakna  en mai et des  marcheurs  à partir  de Zouerate en novembre. 
Le viol et meurtre des jeunes filles s’est répété  avec les cas de Kadji  (juin),  El Mamiya (octobre) et  Zeineb  (décembre).  Les détournements des derniers publics  enregistrés au sein de  l’Armée en mars 2014 ont également touché  des  établissements publics.

L’année s’est  terminée avec  un événement majeur.  La Banque Centrale de Mauritanie (BCM) a décidé le 31 décembre du retrait des agréments de deux établissements bancaires  qui ne respectent pas la loi et compromettent l’argent des déposants : la Maurisbank et FCI. 
Des dossiers ont été transmis  au parquet à cet effet et des cartes d’embarquement pour Dar Naim pourraient  être délivrées.

Que retient-on de 2014?  Qu’elle fut une année sans la fameuse émission télévisée organisée depuis 2010,  dite «rencontre avec le peuple».
Qu’elle a été l’année  de l’élection du président Aziz pour un mandat à  la tête de l’Union Africaine et pour un deuxième mandat  à la tête de la Mauritanie. L’année aussi, des excuses plates de certains des détracteurs extérieurs du Président Aziz, notamment,  le député Mamère et site Afrik.com. 

2014 a donné une grande visibilité à la Mauritanie sur le plan extérieur :  Addis, Bruxelles, Paris, Kidal, Pretoria, Koweit,  Provence, Malabo,  New York,  Brisbanne,  Dakar, Ouaga, auxquels, s’ajoutent les sommets de chefs d’Etats du «Processus de Nouakchott» et du G5-Sahel  tenus à Nouakchott.

Elle  a connu  de grands bouleversements avec la  curieuse profanation du Saint Coran dans une mosquée de Nouakchott,  la dissolution en mars de l’Ong  al-Mostaghbal  présidée par le Cheikh Dedew, la feuille de route sur l’esclavage, la mise à sac de l’Ambassade Mauritanie en France et les «Manifestes» des Haratines,  des Forgerons et des Soninkés.
Ces derniers  avec leur  sens inné de l’organisation (depuis les  Kaya Maghan?)  ont ravi la palme de la Culture  en février  2014 avec le plus beau  festival jamais organisé en Mauritanie.
Rien à voir en tout cas,  avec ce que nous voyons  à Chinguitti, Tichitt,  Walata et Wadane.

Le  départ inattendu le 22 août 2014 de l’ex-Premier ministre Moulaye Ould Mohamed Leghdaf en poste depuis août 2008 et pressenti  un moment,  comme un Medvedev  potentiel,  a été l’un des événements de l’année 2014 . Les jeux sont  ouverts pour 2019 même si  comme l’a si bien dit un ami, les Mauritaniens ne sont pas  portés sur les dauphins,  auxquels,  ils préfèrent les «Kibarou» et les «Yayeboy».

Parmi les  faits marquants de l’année  qui s’achève, les démêlés soumis à un arbitrage international du Gouvernement avec l’investisseur Bumi, le retrait de Pizzorni , le lancement de la grande campagne d’assainissement  de Nouakchott , le  retour sans tapage au week-end universel , le  découpage de Nouakchott en trois wilayas,  le tollé soulevé par les incitations accordées à un moment donné à la Délégation à la surveillance  maritime,  ainsi que  la vague de détournements qui a secoué  des entités parmi les plus  détestables : la Somelec  (parfois pénalisée par les aléas de la Sogem), le Trésor et  les Douanes.

D’autres faits importants ont également capté l’attention : la fermeture de la prison secrète de la base militaire «Salahdine» (Adrar) où étaient détenus les durs à cuire du jihadisme local, la construction d’un port de pêche artisanale à Tanit , le pavage de plusieurs avenues de Nouakchott, l’inauguration d’une usine de quartz , le  lancement à partir de Zouerate  d’un programme d’appui aux  éleveurs , la randonnée de l’agence «Tadamoun» dans 7 wilayas du pays,  la tentative de remplacer les charrettes de Nouakchott par les tricycles ainsi que la neutralisation de bandes de trafiquants de drogue aux frontières nord-ouest du pays...  Bonne et heureuse année 2015!
IOMS



Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2014 Tous droits reservés