Facebook
Rassurés? Pas du tout !   
21/01/2008

Sur plusieurs fronts et des plus importants,  nous savons peu, très peu, de ce que fait notre Gouvernement. On a l’impression que notre pays est géré comme une entreprise. L’un des candidats à la présidentielle l’avait promis, il l’a fait.

Il ne sert à rien de s’abriter derrière des chiffres pour marteler  des réalités démenties par le quotidien des Mauritaniens, le désarroi de la jeunesse et la décrépitude des services sociaux.



Quand on nous parle de cette Mauritanie riche et assainie, on se demande si c’est  la notre,  ou s’il y a une autre Mauritanie, celle des décideurs détachés du réel et empalés dans leur confort, sous le ronronnement des clims.
Ce ne sont pas les déclarations fleuves de politique générale et autres speechs de nos ministres à l’occasion d’ateliers, qui apportent les réponses aux  citoyens honnêtes voulant être rassurés, en vivant  de la sueur de leurs fronts, loin du «lêche-bottisme» et des prébendes.

Que pouvons-nous mesurer  de l’incidence  de notre  politique économique dont l’objectif principal devait aboutir au carré magique : plein emploi, croissance, équilibre des changes et maintien des prix à des niveaux raisonnables. Echec sur toute la ligne diriez-vous, surtout, si vous êtes un diplômé chômeur, une chef de ménage ou un père de famille qui veut construire un toit avec une tonne de ciment à 54 000 UM. Un prix qui sent l’entente illicite!
Si vous êtes un économiste et non un mathématicien, et «la différence est de taille» -dirait un ami-,   vous pouvez vous demander : où  sont les perspectives de la croissance de l’économie  de votre pays  et  qu’est ce qui  contribue à créer une valeur ajoutée pour une  croissance réelle,  véritable  matelas, pour l’avenir.  Et le problème n’est pas là. Quand  vous aurez fait votre deuil d’une politique économique efficiente , demandez-vous -c’est légitime- si en plus de la faim, du chômage,  du mal logement et des autres tracasseries, si vous ne risquez à tout moment , de laisser votre peau ou de vous faire détrousser dans cette vague d’insécurité et de banditisme qui n’épargne plus les chefs d’états Major des armées nationales fussent-elles, ou particulières Comme pour le plein emploi,  le maintien des prix à niveaux raisonnables,  posez-vous des questions  sur  le taux de crimes et délits les plus répandus. Sur les dangers que comporte  l’immmigration clandestine, la drogue, le trafic de la fausse monnaie et de véhicules. Qu’est ce qui est fait pour juguler le crime sous toutes ses formes ? Si vous ne vous sentez pas rassurés, faites comme moi. Dites-le!
IOM


Toute reprise totale où partielle de cet article doit inclure la source : www.journaltahalil.com
Réagir à cet article
Pseudo
E-mail
Commentaire
Entrer le code
La rédaction de Tahalil vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue de Tahalil et de ses journalistes.
Les commentaires insultants ou diffamatoires seront censurés.

TAHALIL 2006-2020 Tous droits reservés